MELJAC, des interrupteurs haut de gamme pour toutes les envies !

MELJAC, leader des interrupteurs haut de gamme, apporte une touche colorée pour l’été. Vitaminé, pastelle, uni ou décoré…, l’interrupteur s’adapte à vos intérieurs dans une multitude de teinte !

Fabriqués en France dans le respect de traditions ancestrales, tous les produits MELJAC sont labélisés « Origine France Garantie » et « Entreprise du Patrimoine Vivant » et résultent d’un savoir-faire manuel combiné aux outils technologiques les plus avancés.

Une palette de choix pour voir la vie en couleurs

MELJAC propose des modèles pétillants et colorés pour une esthétique rayonnante, adaptée aux envies de
chacun. Les matériaux nobles utilisés comme le laiton, le verre et la porcelaine de Limoges peuvent revêtir la teinte recherchée qui s’accordera avec la décoration d’un intérieur.

Chaque modèle est personnalisable avec de la gravure ou des motifs peints à la main. Les collections en laiton et en verre trempé sont réalisables en nombreuses teintes du nuancier RAL. Les produits en porcelaine (émaillée ou biscuit) sont disponibles dans une trentaine de couleurs à sélectionner dans une palette spécifique. MELJAC propose également une gamme en plexiglass qui permet un rendu discret pour mettre en valeur les couleurs d’un revêtement mural.

Fabriqués à la main, les produits MELJAC sont le résultat de nombreuses compétences appliquées pour l’étude, l’usinage, la gravure, le chanfreinage, la pose d’inserts, l’estampillage, le polissage, le traitement des plaques et des vis (bains et rinçages), le brossage, le vernissage, le montage et le conditionnement du produit. La fabrication fait appel à la fois aux outillages de haute précision et à l’irremplaçable main de l’homme.

Fort d’une expérience très pointue dans le domaine de l’hôtellerie, MELJAC répond aux besoins les plus spécifiques. Interrupteurs classiques ou systèmes domotiques, liseuses, sonnettes, thermostats, commandes de climatisation, lecteurs de carte mais aussi plaques avec numéros de chambre et autre signalétique intérieure. Parmi ses références, on trouve le Château de Versailles, le musée du Louvre, les boutiques Cartier et Chanel, l’hôtel Four Seasons George V, le Meurice, La Réserve à Paris, le Mandarin Oriental à Marrakech, , ou encore l’Intercontinental à Genève. La marque permet aux architectes et décorateurs d’exprimer leur créativité en personnalisant des réalisations. MELJAC habille également des systèmes multimédia avec toutes sortes de connectiques : USB type A ou C, HDMI, Bluetooth, activation à distance…

Les showrooms 

3 rue de la Procession – 75015 PARIS

5 rue Charles Dullin – 69002 LYON

www.meljac.com

 

Pierre Charpin « Similitude(s) »

Cinq ans après Marbles & Clowns, sa dernière exposition personnelle à la Galerie Kreo, Pierre Charpin présente Similitude(s), un ensemble de nouvelles pièces aux typologies et matériaux variés. Tables basses et bouts de canapé, vases et miroirs, luminaires et dessins sont assemblés dans une scénographie originale conçue comme une succession de paysages verticaux et horizontaux.

Portrait Pierre Charpin durant l’installation de son exposition « Similitude(s), à la galerie Kréo. © Pierre Antoine Courtesy.

Les constantes recherches chromatiques et formelles du designer s’enrichissent d’innovations techniques, conduites au sein d’ateliers français de production. Parmi les pièces phares de l’exposition, les tables basses Translation qui associent métal et pierre de lave émaillée pour créer une marqueterie inédite et vibrante.

© Pierre Antoine Courtesy.

Qu’est-ce qu’une forme ? Comment se déploie-t-elle, se regarde-t-elle, s’emploie-t-elle ? Comment, tout simplement, se métamorphose-t-elle ? Comment y répondons-nous, en fonction de ses dimensions, de son dessin, de ses accidents ? Autant de réflexions qui informent continûment la pratique de Pierre Charpin, aussi bien lors de ses collaborations avec des éditeurs de design que dans sa pratique dessinée et ses expériences à la Galerie kreo. Les sept expositions monographiques qu’il y a présentées depuis 2000 l’ont chaque fois démontré : avec Ignotus Nomen (2011), il greffait aux pièces du vocabulaire domestique (table, banc, étagère) des « formes noires et blanches, énigmatiques et sensuelles qui captent notre attention, aiguisent notre imagination » afin de proposer des objets qui soient des « récepteurs plutôt que des émetteurs de signification ».

Pour l’exposition Platform (2006), des tables basses et des miroirs étaient conçus selon une combinatoire de couleurs et d’échelles à partir de formes identiques, chaque fois ré-agencées. Cette pensée de la forme, cette esthétique de l’articulation met en jeu les notions de présence, de série, de justesse, d’intuition et d’émotion pour élaborer un design de recherche qui s’intéresse à la fois aux objets – à leur autonomie, à leurs singularités, à leurs usages spécifiques – et au tout qu’il forme ensemble. Dans un entretien à Marco Romanelli en 2014, Pierre Charpin explicite : « Je crois que je vois les objets avant tout comme des formes, puis seulement comme des objets d’usage avec une fonction explicite. »

© Pierre Antoine Courtesy.

Nouvelle étape de ces réflexions, l’exposition Similitude(s) propose un paysage formel animé d’anamorphoses, de rebonds, de mises au point – au sens photographique du terme – et de résonances successives. À l’entrée de l’exposition, une série de six grands cercles réalisés à l’encre de chine et aux crayons de couleur donnent le ton : remplis à la main, chacun d’entre eux est simultanément l’image du cercle et un cercle à la texture imparfaite.

© Pierre Antoine Courtesy.

En face, deux figures parallélépipédiques convoquent dans l’exposition, par effet de perspective, la dimension spatiale – sentiment immédiatement renforcé par la découverte des vases Plump, condensés anthropomorphes d’énergie, presque futuristes. Tout objet est une forme et toute forme est en mouvement, grâce à nos regards, nos corps, nos envies et au travail par série que Pierre Charpin affectionne particulièrement.

© Pierre Antoine Courtesy.

Dans un second espace, pour les tables Translation, le principe de composition et d’imbrication des formes et des matières est toujours le même, seules changent la morphologie et les couleurs choisies. Avec les miroirs Satellite, il est question de formes et de contre-formes, entre une surface réfléchissante et son encadrement irrégulier, tantôt visible, tantôt caché. Dans ces deux séries, l’espace des contours est finement travaillé, entre ouverture et clôture pour les miroirs – c’est également le cas pour les vases Lunettes –, entre lisse et granuleux, net et flou pour les tables basses.

Pierre Charpin

Dans Similitude(s), l’esprit de géométrie et la recherche des équilibres chromatiques – lesquels peuvent fermer, ouvrir, altérer la forme – donnent naissance à un « minimalisme chaud » : les tables basses, les vases, les suspensions et les miroirs y sont aussi bien des signes dans l’espace que des invitations à l’usage.

Tables basses Translation et Bouts de canapé Fraction : Chacune des tables basses Translation résulte d’opérations combinatoires précises. À l’intérieur d’une forme-cadre élémentaire (un carré, un rectangle), une forme identique est répétée avec une différence sensible : la seconde fois, c’est le bord de la table qui en constitue l’un des côtés. Chacune des formes possède sa propre couleur, mettant ainsi en action le principe de composition par « différence et répétition ». Enfin, l’association de la pierre de lave émaillée et du métal donne naissance à une variété de textures et d’intensités qui crée une marqueterie contrastée où les fines craquelures de l’émail confèrent au plateau une esthétique vibrante, une « peau aux reflets changeants ».

Vases Lunettes : Pur exercice de composition, les vases Lunettes offrent des variations de forme à partir d’un vocabulaire élémentaire : un cylindre, un trou et un rectangle. Ils démontrent qu’un langage formel minimaliste peut être la source de projections ludiques et sensibles. Des lunettes pour contempler la vie des fleurs et observer la vie des formes.

Vases Plump : Avec leurs courbes généreuses et rebondies, les vases Plump proposent un répertoire de silhouettes organiques qui soulignent le goût de Pierre Charpin pour l’étude des zones de contact entre différentes formes. La grande stylisation permise par la noirceur voluptueuse de la faïence émaillée donne l’impression que nous surprenons ces vases en train d’être tournés.

Miroirs Satellite : Les miroirs Satellite présentent un dialogue ludique et rythmé entre l’opaque et le reflet, l’ouvert et le fermé, la forme et sa contre-forme. Ils sont à la fois un centre focal où se regarder et une proposition pour peupler l’espace domestique de formes géométriques monochromes.

Plafonnier Trapeze : Avec leurs différentes combinaisons, les plafonniers Trapeze sont des exercices d’équilibre – et d’équilibriste. L’articulation des sphères noires et des tubes de lumière – dont les ampoules ont été spécifiquement développées – dessinent des mobiles lumineux cadrant l’espace, tout en l’éclairant.

Dessins : Designer reconnu, Pierre Charpin est également scénographe et dessinateur. Pour Similitude(s), il a pris en charge l’ensemble des paramètres de l’exposition, créant aussi bien les stèles où les vases Lunettes et Plump sont présentés, qu’un ensemble de dessins réalisés sur papier et au mur. Avec ces derniers, il expérimente des effets de texture et de profondeur, de contrastes chromatiques et d’associations formelles.

« Cela fait maintenant plus d’une trentaine d’années que je développe mon travail, ce qui n’est pas sans conséquences sur ma façon de travailler et sur ce que je dessine. C’est au regard de ce fait que je voudrais ici avancer quelques réflexions sur ma nouvelle exposition pour la Galerie kreo : Similitude(s). Il me semble, et le constat n’a rien d’amer, me trouver davantage dans une situation où je redessine, reprends, reformule des choses, de façon plus ou moins consciente faut-il préciser, plutôt que dans une situation où je chercherais à dessiner de « nouvelles choses ». Je n’ai d’ailleurs jamais été adepte de la nouveauté pour la nouveauté.

Autrement dit, ce que je dessine aujourd’hui a un lien plus ou moins affirmé, plus ou moins direct, lisible et assumé avec ce que j’ai déjà dessiné, réalisé où parfois simplement esquissé. Cela me semble inhérent à la dynamique du travail sur le long terme : prendre son propre travail en « héritage », le considérer comme un des agents qui stimule et active le présent, en restant attentif à ce que cela ne finisse pas par constituer une fermeture. Se répéter est sans aucun doute un des travers dans lequel il est aisé de s’égarer avec les années et s’auto-plagier est le signe, si on en a conscience, qu’il est sans doute temps de renoncer et de se consacrer à d’autres activités. J’ai le sentiment de naviguer dans un espace qui se situe entre ce que j’ai déjà réalisé et ce que je n’ai pas encore tout à fait réalisé. Cet espace est ténu, mais il offre suffisamment de perspectives pour pouvoir s’y mouvoir.

Voici donc la nouvelle configuration, peut-être provisoire, dans laquelle je me trouve. Elle coïncide avec le moment où je commençais il y a presque 4 ans à dessiner les toutes premières pièces de cette exposition. Cet espace ténu est pour moi le lieu où s’affirme et s ’affine certaines orientations de mon travail. Je pense par exemple à la présence conjointe de la couleur et de la géométrie dans mon langage formel. La géométrie donne forme à la couleur et la couleur « dé-géométrise » la forme, dans le sens où elle produit une « géométrie chaude » qui s’appréhende sensiblement plutôt que quantitativement. Au-delà de la pure jouissance que procure sa présence, la couleur est de nouveau un moyen pour distinguer différents éléments constituant l’objet, révélant la forme globale de l’objet comme le produit d’un agencement de formes préexistantes plutôt que comme le produit d’un pur dessin mis en espace.

Quant à la géométrie, elle a toujours été pour moi explicitement liée à la recherche de simplification de l’objet et du langage. Elle me semble aussi s’affirmer aujourd’hui comme un rempart, peut-être illusoire, contre le travers du maniérisme, autre dérive possible de la dynamique du travail sur le long terme dont j’ai parlé auparavant. Le propos de ce texte n’est pas de mettre en lumière ou d’expliciter les liens que je viens d’évoquer plus haut. Il conviendra à chacun de le faire selon sa volonté et son propre regard. Pour ma part, il me semble avoir déjà, ici, suffisamment commenté ! »

– Pierre Charpin, 2020

Du 20 mai au 31 juillet 2020
Mardi à Samedi de 11h à 19h

Galerie Kreo
www.galeriekreo.com
31, Rue Dauphine 75006 Paris

Images : Permission de Pierre Antoine et Alexandra de Cossette.

Bayanne, une gamme qui a du style, by Lafuma Mobilier

Que l’on opte pour la version Chaise longue, Bain de soleil ou pour le Transat accompagné de son Repose-jambes, les trois produits phares de la collection Bayanne sont une invitation à la relaxation absolue !

 

Leurs lignes minimalistes et leurs proportions idéales leur assurent une esthétique et un design élégants. Dotés d’un système d’articulation breveté qui offre la position « zéro gravité », comme en apesanteur, avec les jambes légèrement au-dessus du niveau du cœur, la Chaise longue Bayanne procure immédiatement un sentiment de confort et de relaxation.

Le Bain de soleil, quant à lui, est doté d’une excellente ergonomie qui conjugue souplesse et maintien. Il bénéficie d’un système de suspensions clippées, brevet exclusif LAFUMA MOBILIER. Ce système en élastomère injecté assure non seulement un confort dorsal incomparable, mais offre également une tension permanente de la toile, lui permettant ainsi de garder son aspect initial. En fonction des envies, on choisira les positions inclinées ou totalement allongées, tellement propice à la sieste !

Le Transat Bayanne, associé à son repose-jambes, est l’alibi parfait pour s’octroyer des moments de farniente à toute heure de la journée. Une structure accueillante, des formes enveloppantes, trois positions dont une allongée et un coussin têtière réglable, ce Transat au style contemporain trouvera sa place dans tous les extérieurs.

Bayanne, une gamme qui a du style, fabriquée dans la Drôme et labellisée Origine France Garantie.

La structure est en acier HLE, peinture 100% polyester ultra-résistante aux UV, disponible en blanc Kaolin ou gris Titane.

Matelassage Hedona In/Out innovant aux effet textiles recherchés et toile Batyline® Eden de Serge Ferrari, disponible en six coloris : Ocre, Argile, Céladon, Jade, Latte, Onyx. Et garantie 5 ans !

PVC :

  • Bayanne Bain de soleil : 499,90€
  • Bayanne Chaise longue : 349,90€
  • Bayanne Transat : 299,90€
  • Bayanne Repose-jambes : 99,90€

https://www.lafuma-mobilier.fr/collection-privilege.html

Images :  Lafuma mobilier – Pierrick Verny.

 

Degrenne x Starck, la nouvelle collab’ économe 

La Maison Degrenne s’associe de nouveau à Philippe Starck. Ensemble, ils réinventent l’art de la table !

En 2017, ils avaient commencé leur collaboration au travers d’un objet simple, l’économe, aujourd’hui ils prolongent cet élan créatif avec une gamme de vaisselle et verrerie novatrice et pratique.

Des objets économes pour faciliter les repas du quotidien, telle est la devise de cette nouvelle ligne. Empilables, modulables, les ensembles de bols et assiettes-couvercles s’emboitent et passent du réfrigérateur au four, du four à la table et de la table au réfrigérateur.

Un toucher bi-matière à la fois émaillé et satiné, la gamme de porcelaine n’a pas fini de faire parler d’elle tout en vous simplifiant la vie !

 

Degrenne x Starck

45 Rue Saint-Placide 75006 Paris

Ouvert le lundi de 10h à 14h et de 15h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h

01 42 79 98 18

https://www.degrenne.fr

https://www.starck.fr

Texte : Lucille Doudement – Images : DR

 

Le Portugal se visite désormais au cœur de Paris au BHV !

Du 6 mai au 25 juin, le BHV Marais sera sous le soleil du Portugal ! À travers les étages, marques, créateurs et artistes portugais prennent leurs quartiers dans le grand magasin des Parisiens.

Du style, une créativité débordante et une cuisine aussi raffinée que généreuse : le Portugal et le BHV Marais ne pouvaient que se rencontrer. Un ensemble d’artistes portugais avec des offres exclusives de décoration, cuisine, accessoires et mode sont à découvrir.

L’événement accueille des invités exclusifs : le concept-store Lusa Luso et l’artiste céramiste Anna Westerlund.

Influencée par ses origines portugaises et suédoises, Anna Westerlund imagine des collections en céramiques faites à la main, mélange d’un design épuré nordique et d’une joie de vivre colorée propre au sud. Laissez-vous emporter par la cruche haute, porcelaine façonnée et peinte à la main (95 €), le lot de 2 petits bols (20 €)…

Profondément attachée à ses racines, Sandra Da Costa Blanc crée Lusa Luso en 2016. Elle nous invite à une promenade intime dans ce petit bout d’Europe étonnant, à la culture riche et métissée. Découvrez ses produits en boutique avec le petit panier en roseau Lusa Luso (40 €) ou encore les hirondelles Borboleta De Alcobaça (12€).

BHV Marais

52 Rue de Rivoli, 75004 Paris

Ouvert du Lundi au dimanche de 9h30 à 20h – le mercredi de 10h à 20h

Texte : Lucille Doudement – Images : DR

BHV

 

 

 

 

 

 

Farrow&Ball lance une collection de papiers peints métallisés

Farrow&Ball décline ses papiers peints iconiques en version métallisée ! Une touche haut de gamme qui fera briller votre intérieur.

Depuis 1946, Farrow&Ball utilise des méthodes ancestrales et originales pour sublimer intérieurs et extérieurs. Aujourd’hui, l’éditeur lance une gamme de 25 papiers peints avec motifs, confectionnés par des artisans experts qui utilisent des méthodes d’impression traditionnelles comme le rouleau gravé pour appliquer la peinture métallique.

Chaque motif est associé à une couleur de peinture Farrow&Ball, pour pouvoir mixer les effets de matières…

Pour Charlotte Cosby, directrice artistique de la marque, « cette collection qui inclut des motifs à forte personnalité, de somptueux damassés, des figures graphiques et géométriques ou encore des motifs floraux délicats, s’inscrit dans l’air du temps à plus d’un titre. »

La preuve, ultra tendances, ces papiers peints sont aussi 100 % recyclables avec leur papier sourcé de façon responsable et de peinture à base d’eau.

www.farrow-ball.com

 

Texte : Axelle Amiot – Photos : DR

Terres De Café, des nouveautés qui nous font voyager !

Amateurs de Café, le pionnier français du café « de spécialité », Terres de café vous propose de découvrir leurs nouveaux arômes de qualité. 

Trois capsules recyclables, trois exclusivités, des cafés 100 % français et de spécialité.

Mais qu’est-ce qu’un café de spécialité ? Ceux sont des cafés choisis soigneusement, avec rigueur et un contrôle des méthodes de culture et de récoltes mais aussi un respect du processus de fermentation, de séchage et de tri.

Qu’elle voyage gustatif allez-vous choisir ?

Las Margaritas Bourbon Pointu est un café où le cacao et les fruits rouges stimulent nos papilles. Cultivé dans les fermes de Colombie Ganga, on vous offre un café rempli de douceur et de raffinement.

Finca La Mikay, un café composé de grenades et tomates. Ce café de sélection aux odeurs de fleurs et de tarte à la cerise est parfait pour le printemps.

Himalaya Bourdon Rouge, entre chocolat et fruit, ce « bourbon rouge » est rond à la bouche et ajoute une touche de noisette. Un café tout en finesse.

 

« Un bon café, un bon matériel, une bonne mouture adaptée, le bon poids de café par tasse et le bon volume d’une bonne eau à la bonne température sont nécessaires à l’élaboration d’un café de qualité. » d’après Christophe Servell.

Entre Las Margaritas Bourbon Pointu, Finca La Mikay et Himalaya Bourbon Rouge, lequel de ces cafés vont vous faire voyager ?

 

Terres De Café, des nouveautés qui nous font voyager !

14 rue rambuteau, 75003 Paris

www.terresdecafe.com

 

 

Texte : Axelle Amiot – Photos : DR

 

Cotto d’Este présente Vanity, une collection basée sur la beauté du marbre

Des motifs tout en finesse, des veines claires et des nuances douces composent les dessins de cette ligne de surfaces en céramiques qui mettent en valeur l’élégance du marbre. Comme pour une sculpture de la Renaissance italienne, Cotto d’Este a recherché les marbres et les surfaces les plus fins, faisant des veines une caractéristique subtile des grandes dalles.

Les finitions Bianco Luce, Bianco Statuario et Dark Brown sont disponibles en version tactile et brillante.

La version Bianco Luce évoque une caractéristique particulière du marbre de Carrare, à la fois dense et pur, illuminé par de fins rayons argentés qui accentuent le fond blanc pur.

Bianco Statuario met en avant le caractère de la pierre typique des Alpes Apuanes, avec son blanc crayeux et cristallin à motifs à veines grises.

Quant à Dark Brown, la finition s’inspire d’un marbre espagnol, avec des tons brun et beige et un effet nuageux caractéristique.

Synonyme de qualité supérieure et de luxe, Cotto d’Este réalise des produits avec une extrême précision graphique pour un look raffiné.

www.cottodeste.fr

Texte : Lou-Ann Heckel – Photos : DR

Des chocolats de Pâques aux notes colorées et fruitées chez Hugo & Victor !

Cette année préparez-vous à la chasse aux oeufs et autres gourmandises avec la nouvelle gamme de chocolats Hugo & Victor ! Ces nouvelles créations végétales s’habillent de rouge, de jaune, d’onctuosité, de croquant et de fondant ! On craque nous-même rien qu’en les regardant…

Les grandes nouveautés de cette collection ?

De gros oeufs à la coque rose ou en deux couleurs rouge et jaune, le choix se fait selon les goûts ! De légères notes de framboise et de fruit de la passion vont réveiller vos sens avec l’oeuf végétal NOIR poudre de framboise et l’oeuf végétal LAIT poudre fraise-passion (29,90 €).

Pas d’inquiétude pour les adeptes du traditionnel oeuf de Pâques, retrouvez l’inconditionnel oeuf en chocolat « l’oeuf pépite » ! Réelle découverte gustative et visuelle avec sa coque en chocolat enrobée d’éclats d’amande praline, garnis de petits oeufs au praliné feuilleté… Oeuf aux éclats de pralines (29,90 €).

Pour des Pâques colorés ou plus traditionnels, retrouvez la collection entière avec ses poissons, lapins et poules en chocolat, à partir de 19 € ou encore les pochettes surprises à partir de 65 €, sur le site internet Hugo & Victor (Expédition dans toute la France) !

Hugo & Victor

https://hugovictor.com

40 Boulevard Raspail – 75007 Paris

Ouvert du dimanche au jeudi de 10h à 19h, le vendredi de 10h à 20h et le samedi de 09h30 à 20h

Texte : Lucille Doudement – Images : DR

Acqua di Parma… la sophistication à l’italienne dans votre intérieur

Symbole d’excellence à l’italienne, Acqua di Parma crée dix nouvelles fragrances déclinées en bougies et diffuseurs d’ambiance pour vos intérieurs.

Cinq compositions capturent les moments délicieusement clichés de la dolce vita… comme Luce di Colonia, Buongiorno ou encore Oh, L’amore. Les autres, vous feront voyager dans les paysages inoubliables de la Méditerranée : Arancia di Capri, Fico di Amalfi, Chinotto di Liguria.. pour ne citer qu’eux.

Les bougies en verre ainsi que les diffuseurs d’ambiance offrent deux expériences sensorielles différentes et deux façons de décorer votre maison. La flamme de la bougie s’allume et vibre doucement en créant un jeu de lumière et de notes parfumées. Les diffuseurs, aux lignes Art Déco, vont créer une ambiance élégante et design dans votre maison.

 

 Acqua di Parma

 6 rue des Francs Bourgeois, 75003 Paris

 01 42 74 87 08

Ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 19h30, le dimanche de 12h à 19h30 et le lundi de 13h30 à 19h30

https://www.acquadiparma.com/fr-fr

Texte : Lucille Doudement – Images : DR

Illuminez vos intérieurs même en hiver avec Bloomon !

Les bouquets d’hiver Bloomon apportent beauté et équilibre à votre home sweet home en vous reconnectant avec la nature ! 

Ce sont les fleurs les plus inspirantes de la saison qui sont utilisées chaque semaine pour donner vie au moindre espace de la maison. Composés dans des tons frais et pastel aux parfums délicats, ces bouquets instillent énergie, lueur printanière et bonne humeur à vos intérieurs.

Les valeurs de la marque ? La fraîcheur et c’est primordial, Bloomon livrant ses fleurs directement depuis le producteur… Résultat ? Vous profitez de senteurs exaltantes à chaque composition.

Cet hiver l’anémone, la fleur de cerisier, le renoncule ainsi que les premières tulipes sont mis à l’honneur ! Associés à des accents de lavande et de pêche, mélangés à des feuillages parfumés comme le romarin, ces bouquets hauts en couleur sauront vous charmer.

Fleurir vos intérieurs avec élégance ! Telle est la devise de Bloomon.

 

Bloomon

01 75 85 98 44

Texte : Lucille Doudement – Images : DR

 

Vitra au BHV MARAIS pour une expérience unique !

Du 6 mars au 14 avril 2019, BHV accueille un pop-up Vitra de 60 mètres carrés, où sera mis à l’honneur la mythique chaise Eames Plastic Chair.

Testez l’expérience ! Dans ce pop-up nouvelle génération, on vous invite à fabriquer votre propre chaise Eames Plastic Chair. Entre la multitude de piètements, de coloris de coques et variantes de rembourrage, vous avez vraiment le choix grâce à un outil de configuration digital qui vous permettra de recustomiser ce classique du design. Un siège emblématique qui existe depuis 1948, fabriqué à l’occasion d’un concours du Museum of Modern Art de New York.Le plus ? La collection Vitra Home Accessoires, des objets de design, accessoires et textiles imaginés par les plus grands designers : George Nelson, Alexander Girard, Erwan et Ronan Bouroullec ou encore Jasper Morrison.Une collaboration unique qui permet au grand magasin d’exposer l’une des plus belles références du design.

À partir de 230 € pour les sièges Eames Plastic Chair,

À partir de 35 € pour les accessoires.

www.vitra.com

www.bhv.fr

BHV MARAIS : 42 Rue de la Verrerie, 75004 Paris

 

Texte : Axelle Amiot – Photos : DR