Discrètement chic, brute et raffinée, Villa Corsica s’insère subtilement dans son environnement

Par ses choix radicaux et son implantation dans le paysage aride avec des effets de continuité entre dedans et dehors, la villa Corsica évoque l’architecture des Case Study Houses de Los Angeles dans les années 1960, les projets de Pierre Koenig, Charles et Ray Eames, ou Richard Neutra.

La modernité vient du travail de l’espace et des juxtapositions raffinées de matériaux bruts avec des matières plus précieuses. La subtilité des espaces est obtenue, comme souvent dans le vocabulaire AW2, par la juxtaposition des volumes simples de différentes hauteurs qui s’intersectent et s’assemblent pour créer des jardins, des patios, des cours qui ancrent la maison dans le paysage.

Le chic des matériaux, c’est d’opposer les murs en pierre rugueux et texturés au lisse du béton brut, d’utiliser un bac acier brillant pour le plafond ou un claustra en brique brut, de marier des tissus chamarrés à des palettes industrielles en bois.

Les espaces extérieurs sont la prolongation naturelle de l’esprit de la maison, rythmés qu’ils sont par les volumes simples des ombrières en acier galvanisé qui supportent des canisses.

La longue piscine est mise en scène par un mur de fond coloré et la confrontation des deux rives : d’un côté un alignement rythmé de pergolas qui créent des effets d’ombre, de l’autre un confortable salon extérieur.

A l’intérieur, l’originalité et le cachet de la maison viennent du contraste entre l’effet presque industriel d’un loft (béton brut, bac acier) au grand espace fluide, avec le raffinement des tissus, des meubles vintage ou des vasques sur mesure.

Discrètement chic, brute et raffinée, joyeuse, méridionale et californienne, moderne, la villa ne s’en insère pas moins parfaitement dans son environnement grâce à l’implantation de ses volumes dans la topographie existante, à la texture de la pierre et à son recours à la végétation aride.

AW2 

AW² est une agence internationale d’architecture et d’intérieurs, installée à Paris depuis 1997. Elle est menée par Reda Amalou et Stéphanie Ledoux, architectes associés. Les deux associés ont un rôle actif dans la société et sont personnellement impliqués dans la conception architecturale de tous les projets.

www.aw2.com

Images : Mikaël Benard.

LUXURY, la nouvelle collection de revêtements Dizzonanze by Raffaello Galiotto

La nouvelle collection de revêtements Dissonanze présente son premier modèle : luxueux, exclusif, unique et surprenant. Née de la combinaison de marbres raffinés, de métaux d’origine naturelle et d’un savoir-faire, Dissonanze démontre, une fois de plus, les infinies possibilités du marbre.

En parfait équilibre entre recherche formelle et innovation, Dissonanze est une collection ouverte, une sorte d’atelier de création au sein de l’industrie Lithos Design. En effet, l’entreprise, s’adonne toujours à l’expérimentation, elle inclue dans cette collection différents modèles de revêtements en marbre basés sur des combinaisons de matériaux associés à l’élément en pierre. Conçu par Raffaello Galiotto, le premier modèle de la collection Dissonanze s’appelle Luxury. Ses caractéristiques ? Des gravures minutieuses en or, cuivre ou bronze, de différents diamètres, qui créent une chaîne graphique façonnée dans le marbre. Un produit de design industriel unique pour un rendu esthétique  et sophistiqué !  Le choix des textures permet diverses possibilités de composition, et est renforcé à la fois par le choix judicieux des nuances des marbres, mais ainsi par l’incidence (non aléatoire) de lumière sur le matériau. Lithos Design, depuis ses débuts, travaille avec la vraie nature du marbre. La connaissance et le profond respect de la matière, le désir inépuisable de recherche et l’approche industrielle toujours innovante permettent à l’entreprise de faire ressortir les particularités, parfois cachées, du marbre, offrant ainsi des produits exclusifs et contemporains au charme évident. Une célébration authentique du matériau de la pierre qui se réalise également en travaillant avec des procédés de production durables et avec un gaspillage de matière proche de zéro. Lithos Design apporte son Made in Italy et sa culture du marbre au monde grâce à la coopération avec les studios internationaux d’architecture et de design d’intérieur les plus brillants et à la réalisation de projets prestigieux.

Les revêtements muraux Luxury de la collection Dissonanze sont proposés en 7 palettes authentiques. Les noms de ces palettes mènent à un voyage optique-sensoriel qui évoque des perceptions, des émotions qui à leur tour évoquent d’autres symboles de l’excellence naturelle.

Lithos Design, collection Dissonanze 

www.lithosdesign.com/fr/revetements-collections/dissonanze-fr

Une maison rurale restaurée autour de la pierre, des vues, et du soleil grâce à des puits de lumière

La maison est située à Miraflores, Muros en Espagne, un petit noyau rural traditionnel, formé par un ensemble de maisons en pierre et un grand nombre de greniers qui autrefois abritaient, séchaient et traitaient les plantations de maïs.

Située sur un terrain escarpé, elle était à l’origine composée de deux volumes attenants, qui répondent au schéma traditionnel du logement galicien;  les espaces principaux étaient les écuries et la cuisine : avec le four et la fresque en pierre.

Au fil du temps, un 3ème volume s’est rajouté. Les trois volumes s’adaptent à la pente, sont protégés des vents et presque fermés aux vues imposantes de l’estuaire de Muros, donnant naissance à un intérieur compartimenté, composé de petits espaces sombres.

La lumière du soleil et les vues sont au centre du projet

La proposition est basée sur la compréhension du lieu : le logement préexistant, la matérialité de la pierre, les vues à 180 ° de l’estuaire ou la lumière du soleil sont les paramètres qui ont été pris en compte lors de la restauration.

L’idée du projet vise à mettre en avant son identité : valoriser l’ architecture préexistante et créer un espace intérieur baigné de lumière et orienté vers les vues.

Les façades en pierre conservent leurs espaces d’origine, tandis que dans le nouveau volume il y a de grandes fenêtres qui s’ouvrent sur les vues de l’estuaire, en prenant en compte leur position d’origine. En limitant l’entretien de la pierre, les matériaux ont gardés leur âme. Quant au béton et au zinc, ils ont été rajouté pour unifier les toitures.

Puits de lumière

Trois puits de lumière de dimensions différentes ont été créés. Ils illuminent l’espace salle à manger, l’espace douche et l’ancien espace des écuries, permettant à la lumière de baigner les murs intérieurs en pierre.

Un système spacial fluide et continu

L’intérieur est considéré comme un espace fluide dans lequel, comme un voyage, il parcourt les différents étages et pièces de la maison, jouissant du caractère unique de chacun de ses espaces.

En jouant avec l’échelle, les connexions visuelles et la lumière, il est possible de créer un système spatial continu. Le bois, le pin galicien, comme seul matériau qui unifie tout l’intérieur, apporte de la chaleur et renforce l’idée de la nouvelle maison.

Fuertespenedo, architectes
Óscar Fuertes Dopico, Iago Fernández Penedo, Jorge Fernández Alonso
www.fuertespenedo.com

Crédit photos :  Héctor Santos Díez

River House au Mexique, au milieu coule une rivière

River House est une maison de mille deux cent mètres carrés. La construction de la maison inclut deux espaces indépendants, bien que connectés entre eux. L’un est commun et l’autre est totalement privé, à usage exclusivement familial.

Ces deux parties formellement et fonctionnellement différenciées sont divisées par une rivière artificielle créée à partir de la rivière naturelle qui longe pratiquement tout le terrain. La maison est conçue dans un déploiement d’espace ample et sans dévoilement d’éléments structuraux, ce pourquoi aucune colonne n’est visible et les recouvrements sont ancrés aux larges murs en pierre et à la trame structurelle des poutres en acier.

Les grandes baies vitrées permettent de connecter l’intérieur de la maison avec les vues splendides, ainsi qu’avec les espaces intimes et accueillants tout autour de la maison. Des tuiles noires émaillées font office de recouvrement final pour la finition du toit, ce qui permet à la maison d’intégrer l’environnement boisé.

Dans la partie commune de la maison, on retrouve une cave à vin qui peut contenir jusqu’à quatre cents bouteilles de vin. À côté se trouve la salle multimédia, intégrée au bar. Les détails et revêtements sont faits d’un bois local, le parota. Pour la salle multimédia, un canapé huit places et deux fauteuils individuels ont été choisis et réunis autour d’une table-cheminée en pierre noire et pièces d’acier, spécialement créées par Luciano Gerbilsky pour ce projet.

À l’entrée, nous sommes accueillis par le grand alebrije2, un taureau de taille réelle réalisé par Jacobo et María Ángeles, artisans du Oaxaca.

À gauche, une cuisine intérieure faite en bois de parota1. Les étagères suspendues au-dessus de l’îlot ont un propos utilitaire et esthétique; elles ont été faites sur mesure, signées par Luciano Gerbilsky. Les planchers de toute la maison sont faits en chêne durci. Le système d’ingénierie du plancher flottant comprend le chauffage par système « Nest ».

Sur la terrasse, se retrouve une cuisine digne du plus grand chef du monde. De la cuisine les visiteurs ont vue sur la piscine semi-couverte par une toiture en crystal, où ils peuvent plonger peu importe le climat et profiter d’une turbine de nage à contrecourant et d’un système de jacuzzi. On retrouve aussi un deuxième jacuzzi dans la zone basse du jardin.

Une autre pièce clé de l’œuvre pour aboutir à cette cohérence entre utilité et esthétique, est le pont qui unit les deux parties de la maison. Entièrement fait de crystal, il donne vue sur la rivière artificielle qui prend sa source à l’entrée de la maison sous forme de cascade.

La section privée comprend cinq chambres, toutes équipées de salles d’eau et d’un balcon privé. La chambre principale est de type « master suite » ; son balcon est le plus grand de la partie habitation et comprend un sol en verre. La chambre principale est aussi équipée d’une cheminée au bioéthanol.

Au sous-sol de la partie privée de la maison, un spa a été construit avec tous les équipements nécessaires : sauna, hammam, salles d’eau et salles de massage. Dans ce projet, les aspects environnementaux ont été pris en compte, ce qui a permis de prendre des décisions qui favorisent l’économie énergétique et la réutilisation des eaux usées grâce à l’installation d’une station de traitement qui les récupère pour l’arrosage. Le bois est éco-responsable puisque pratiquement tout est local et issu de la reforestation.

River House est une maison qui harmonise les besoins utilitaires et les valeurs esthétiques, l’intimité et la socialisation, les espaces fermés et ouverts ainsi que les technologies de pointe associées aux éléments de création artisanale qui donnent à la maison une unicité et une ambiance ouatée. Cette maison exauce le souhait et le défi de l’architecte et décorateur de trouver la rareté de l’impact en même temps qu’un équilibre magistral et un accueil chaleureux dans une maison d’une telle ampleur.

Luciano Gerbilsky Arquitectos
Luciano Gerbilsky Arquitectos est un espace de consultation qui intègre l’architecture, le design et l’art.
www.gerbilsky.com

Crédits Photos : Hector Velasco Facio et José Margaleff

Habiter la nature

Si la nature est un lieu privilégié, c’est parce qu’elle nous enseigne la simplicité, qu’elle nous ramène à l’essentiel. C’est une source d’émerveillement, un lieu de spiritualité brute. Habiter la nature est un ouvrage présentant soixante projets d’architecture des XXe et XXIe siècles qui entretiennent une relation spéciale avec la nature. L’architecture y est confrontée au végétal, laissant une large place aux éléments naturels tels que le bois et la pierre. Les photographies évoquent la construction de l’Homme, face au monde végétal dans lequel les architectes repoussent les frontières en créant des structures durables à long terme.

 

39,95 € – Parution : Mars 2017

www.phaidon.com

Texte : Laura Jamal – Photos : D.R

Pause arty au coeur de la Vénétie

Dans la campagne italienne, une ferme du XIXe siècle entièrement revisitée, mixe fièrement différentes mises en scène, qui s’adonnent à l’amour de l’art et du design. Atmosphères…

Par Véronique Guilpain – Photos Antoine Baralhé

 

1. Chaise « Eva » de Bruno Mathsson, néon de Maurizio Nannucci. La suspension est dessinée par Andrea Zanconato. Liseuse « Pipe Terra » de Herzog & De Meuron. Sur la table basse, une terre cuite de Asa Bonnier.

2. D’un seul point de la pièce, un cercle se dessine, traité comme un trou noir avec des éléments géométriques qui apparaissent. Sur la cheminée, une oeuvre de Lydia Venieri et à côté, quatre tableaux « Les 100 fleurs » de Xiao Fan Ru.

3. Le propriétaire Andrea Zanconato devant un néon de Maurizio Nannucci.

4. Dans la partie moderne, installation design : fauteuil Cassina, table Gae Aulenti et canapé dessiné par le propriétaire des lieux.

5. A droite, un trône composé d’armes de guerre civile recyclées du Mozambique de l’artiste Gonçalo Mabunda. Un plâtre « Rooster » de Gigi Guadagnucci et un bronze de Marcello Mascherini. A l’étage, « War Games » de Lydia Venieri.

6. Au mur, triptyque « Last Supper » de Vik Muniz. Autour de l’escalier, une toile de Julian LaVerdiere.

[toggler title= »Lire l’article » ]

Idéalement placé, le Relais Ca’Muse, qui signifie la maison des Muses se situe à quelques kilomètres de Vicenza, une des perles de la Vénétie, aussi appelée « la ville palladienne ». L’architecte Andrea Palladio (1508-1580) maître du style néoclassique, y réalisa la plupart des villas, musées et théâtres. Très attaché à cette région depuis son enfance, Andrea Zanconato y découvre une ancienne ferme familiale, délicatement nichée en pleine nature et entourée de bois et de champs de blé. Un véritable ravissement. Un îlot de paix… qu’il achète et décide de réhabiliter !

Tout était à construire… Il aura fallu presque 15 ans pour reconvertir les 2000 mètres carrés d’espaces agricoles en lieu, idéal pour accueillir les amis, approprié pour recevoir une clientèle privilégiée et suffisamment avant-gardiste pour tenir tête à ses oeuvres d’art. Conscient de l’importance des travaux, Andrea fait tout de suite appel à Flavio Albanese, architecte autodidacte, designer et grand collectionneur d’art contemporain pour l’aider. Comme il souhaite une rénovation dans le respect des maté riaux d’origine et de la structure existante, Flavio Albanese conserve les éléments forts – poutres, pierres, briques -, pour les magnifier, en affirmer la modernité et les associe au béton et au nouvel ordonnancement contemporain. Le plus difficile a été de repenser la distribution des piè ces afin de créer l’intimité nécessaire pour ne pas se sentir perdu dans ce vaste espace. Andrea s’est inspiré des galeries d’art new-yorkaises des années 90, avec poutres apparentes, murs de brique et sol en béton. Retranscrit à Vicenza, le ré – sultat est superbe et permet de garder la mémoire du lieu.

La décoration est sobre, rien d’ostentatoire, juste poétique. Les murs sont peints dans des tonalités neutres et les matériaux nobles privilégiés. Les chambres élégantes et confortables accueillent des salles de bains design et l’art est omniprésent. Les grandes ouvertures ont été conservées et laissent entrer généreusement la lumière, offrant une magnifique vue sur la nature environnante. Le Relais Ca’Muse est tellement enchanteur que très rapidement, une clientèle raffinée a investi cette adresse con fidentielle dont on se repasse l’adresse en toute discrétion.

Ici, l’art de vivre prend toute sa signification Maîtrise des volumes, élégance des formes, choix des matériaux, sophistication de la mise en scène… Andrea a cosigné une réalisation aussi rigoureuse que douce à vivre. Ca’Muse est le reflet de sa personnalité. Certes l’écrin est merveilleux et la présence de peintures, photos, vidéo-projections, installations, réalisées par Marina Abramovic, Marco Del Re, Leiko Ikemura, Vik Muniz, Pietro Cascella, Georges Rousse, Xiao Fan Ru rend le lieu magique. Sans oublier la salle de gym, la piscine, le billard, les cours de cuisi – ne, les dégustations de vin qui concourent à rendre le séjour à Ca’Muse, exceptionnel. Esthète jusqu’au bout, Andrea a fait construire dans le parc un amphithéâtre en plein air où se produisent régulièrement performances artistiques, théâtrales ou musicales, privées pour le plus grand bonheur des clients.

[/toggler]