Deux granges vitrées reliées par un passage en verre à Bochnia

Deux granges modernes reliées par un passage en verre, construites sur la pente, surplombant les montagnes Beskid Wyspowy.

Les murs avant manquent presque de fenêtres. Le mur du salon à deux étages entièrement vitré ouvre l’intérieur sur l’espace extérieur, ce qui réduit la sensation d’isolement. Toit partiellement en bardage en mélèze. Le passage en verre est recouvert d’une plaque d’aluminium revêtue de poudre.Chaque bâtiment a une fonction différente. L’un est un espace de vie, l’autre est un garage plus une partie ouverte pour une cuisine d’été avec salon de jardin. Sous la terrasse principale, nous avons conçu une cave extérieure qui est devenue un grand placard de ravitaillement. Les pièces de la maison sont hautes, spacieuses, avec peu de divisions. Le grenier est une zone intime avec dressings, chambres et deux salles de bains. Au rez-de-chaussée se trouvent un atelier d’artiste, un cellier, une chambre d’amis, une cuisine, une salle à manger avec un salon et une salle de bains.

Les intérieurs de la grange contemporaine de Bochnia sont spacieux, avec plusieurs vitrages, s’ouvrant sur le paysage environnant.En partant de l’entrée située dans le passage vitré, nous sommes en contact avec l’extérieur. Un long couloir mène au salon avec cuisine partiellement ouverte, pour finir avec un mur vitré de deux étages avec vue sur les collines voisines.Le salon a été aménagé pour rester confortable et non contraignant avec la télévision et une partie bibliothèque. Une autre zone – plus représentative – a une table à manger et un foyer au gaz. L’ensemble horizontal de fleurs de monstre au-dessus du salon, brise la sensation de hauteur.

Gornik Architects 

www.gornikarchitects.com

Images : Gornik Architects.

 

Sur l’archipel de Velkua au milieu des paysages rocheux, Villa Mecklin

Au début du printemps 2004, les futurs habitants ont parcouru la mer gelée jusqu’à la parcelle insulaire d’un de leurs amis dans la municipalité de l’archipel de Velkua.

Leur intention était de déterminer avec précision les emplacements des bâtiments qu’ils avaient esquissés sur le terrain rocheux de l’île. Ils avaient leur équipement de pêche sur glace, et une fois qu’ils eurent attrapé suffisamment de poissons, ils se sont déplacés avec leurs mesures sur la parcelle.

Dès le début, la configuration de ce projet différait de la norme. Les bâtiments ont été construits à un rythme tranquille, afin de pouvoir étudier les détails de construction et les développer sur place, parfois en pêchant, en profitant d’un sauna ou en se relaxant le soir.

Villa Mecklin a été principalement un projet d’auto-construction. Les documents contractuels ou les dessins d’exécution complets n’étaient pas nécessaires car les problèmes ont été résolus sur place.

La construction a été facilitée en concevant toutes les pièces, du cadre aux détails, pour qu’elles soient aussi simples que possible.

Le cap rocheux nord de l’île de Mustaluoto abrite un port de plaisance sur son côté est. Sur la parcelle exposée à l’ouest, de grands arbres poussent dans l’humus qui s’est accumulé dans une étroite crevasse rocheuse. Sinon, les environs sont constitués de roches exposées et de végétation basse : mousse, herbes, bruyères et genévriers.

Les bâtiments ont été placés au milieu d’une zone abrité par les arbres. Le bâtiment principal se trouve au milieu des rochers, sa terrasse abritée s’étendant au-dessus de leur sommet. On arrive par le port jusqu’à l’entrée du bâtiment principal, à l’abri des arbres.

Après une descente de quelques marches, le vaste paysage de la rive ouest, avec ses longues vues, se déploie. Une cheminée a été encastrée au centre de la grande terrasse, accessible par une trappe dans le platelage.

Lorsque le feu n’est pas allumé et que la trappe est en place, il est possible d’utiliser toute la terrasse comme, par exemple comme piste de danse pour les soirs de fête. Le sauna est situé en bord de mer, et il y a aussi une cabine chauffée au poêle pour les clients.

Les matériaux de construction sélectionnés pour la Villa Mecklin sont des matériaux de base naturels et adaptés à l’archipel. Toutes les surfaces en bois n’ont pas été traitées et deviendront naturellement grises.

Surface au sol: 70 m2 + 75 m2 (terrasse) + 20 m2 (sauna)

Huttunen – Lipasti Architects

www.h-l.fi
Architectes: Risto Huttunen et Santeri Lipasti
Images : Marko Huttunen.

La maison Bordeaux-Le Pecq de Claude Parent est en vente

Réalisée par l’architecte Claude Parent entre 1963 et 1965, cette maison est un témoignage marquant de l’architecture moderniste. Ses toitures obliques en font un édifice remarquable du 20e siècle doté d’une forte valeur architecturale et patrimoniale.

Située à Bois-le-Roy, en lisière de la forêt de Croth, elle profite d’un environnement naturel préservé aux abords de la vallée de l’Eure. La maison se trouve à 90 km de Paris (1h en voiture de Porte Maillot).

Au coeur d’un parc vallonné de 3,5 hectares, elle profite d’un panorama dégagé sur la campagne environnante. Le jardin arboré abrite un court de tennis. Cette maison de plain-pied s’étend sur une surface de 400 m².

Elle offre un majestueux espace de réception de 150 m² ouvert sur une terrasse, avec un premier volume correspondant à l’ancien atelier, une salle à manger et un salon avec cheminée.

Le tout est surmonté par une mezzanine accueillant un bureau-bibliothèque. Le reste de la maison abrite une suite parentale avec salle de bain et dressing, trois chambres, deux salles de bain, une cuisine, un office et une réserve. Une dépendance de 35 m², un garage double et un sous-sol aménagé complètent l’ensemble.

Commande photographique de l’agence Architecture de Collection à l’artiste photographe Laurent Kronental, 2019 © Laurent Kronental – Courtesy Architecture de Collection.

CLAUDE PARENT

L’architecte Claude Parent (1923-2016) est une des grandes figures de l’architecture contemporaine. Professeur à l’Ecole spéciale d’architecture de Paris aux côtés de Paul Virilo, il a été Grand prix national de l’architecture en 1979, président de l’Académie d’architecture, puis membre de l’Académie des beaux-arts en 2005. Après avoir travaillé comme dessinateur de mode, affichiste, publicitaire, Claude Parent ouvre son agence d’architecte en 1952. Sous l’impulsion d’André Bloc, il rejoint le groupe Espace, qui réunit l’élite artistique de l’époque, et intègre le comité de rédaction de la revue L’Architecture d’Aujourd’hui. C’est à cette époque qu’il construit la villa André Bloc au Cap d’Antibes (1961) et la Maison de l’Iran (1961-1970) à la Cité Universitaire. En 1963, il fonde avec Paul Virilo le groupe et la revue Architecture principe. Ensemble, ils réalisent l’église Sainte-Bernadette (1963-1966) à Nevers et énoncent la théorie de la Fonction Oblique. Ils travaillent à un véritable renouveau du vocabulaire architectural et développent des projets utopiques de villes régies par ce principe. Architecte théoricien, Claude Parent affirme à travers ses constructions et ses écrits une grande liberté formelle. Nombre de ses oeuvres sont de véritables performances architecturales, mêlant esthétique nouvelle et innovations techniques. De nombreux architectes se forment dans son atelier, notamment Jean Nouvel, et de grandes figures de l’architecture contemporaine internationale s’inspireront de son oeuvre, à l’image de Rem Koolhaas, Daniel Libeskind ou Bernard Tschumi. Reconnu pour son travail avant-gardiste, la section française de la Biennale de Venise lui a rendu hommage en 1996, le FRAC d’Orléans lui a consacré une première rétrospective en 1999 et une grande exposition sur son oeuvre construite et son oeuvre graphique (dont la scénographie était signée Jean Nouvel) était organisée par la Cité de l’Architecture et du Patrimoine en 2009.

Maison Bordeauc-Lepecq
Claude Parent-Architecture
Bois-le-Roy (27)

435 m²
Parc : 3,5 hectares

5 chambres
3 salles de bain

1 250 000 €

La maison Bordeaux-Le Pecq de Claude Parent est mise à la vente par l’agence Architecture de Collection.

 

[button color= »white » size= »normal » alignment= »center » rel= »follow » openin= »newwindow » url= »https://www.architecturedecollection.fr/product/maison-bordeaux-le-pecq-claude-parent/ »]Plus d’information[/button]

 

Casa Meco, une maison au volume quadrangulaire en open space

Le terrain de forme triangulaire situé au Portugal a une superficie totale de 13.850 m2 et est orienté Sud / Nord. Le chemin d’accès longe un mur blanc qui mène à l’entrée. En entrant, le bâtiment est surélevé. Exposé plein sud, un espace dans le jardin accueille une vaste piscine.

Le bâtiment fait un étage. Des terrasses extérieures ombragées découpent son empreinte quadrangulaire. C’est un volume composé d’une grande toiture qui abritent les espaces privés. Les parties communes de la maison sont donc ouvertes sur le paysage.

Le bâtiment a un plan centralisé, toutes les pièces sont connectées au salon central. L’entrée sur la façade nord s’articule directement avec cet espace, qui s’ouvre ensuite sur l’extérieur par de grandes baies vitrées orientées Est, Sud et Ouest.

Les chambres sont situés aux quatre coins de la superficie de 21 mètres carrés de la maison. En open space, chacun de ces clusters contient la zone d’entrée / dressing, une toilette et la chambre.

Entre elles, vers l’Est, le Sud et l’Ouest, trois terrasses émergent comme une transition entre le jardin et le grand espace de vie central. Vers le Nord, les espaces techniques de la maison : une buanderie, un vestiaire, un cellier et une buanderie.

La cuisine fait partie de la pièce à vivre et dispose d’un coin cuisine et d’un grand îlot de préparation.

La progression diagonale à travers la maison permet la découverte de différents niveaux d’intimité. De l’extérieur, on peut rentrer dans la chambre à travers la terrasse semi-privée.

De la chambre, l’espace se réduit dans le vestibule qui fait office de transition vers le grand espace de vie, qui s’ouvre sur le paysage.

Atelier Rua 

www.atelierrua.com

Images : Matheus Pereira.

Une maison de vacances intégrée à la nature environnante du Pays-Bas

En pleine nature au Vinkeveense plassen, les architectes d’intérieur i29 et Chris Collaris ont conçu une petite maison de vacances.

Avec une superficie de seulement 55 m2, cette maison luxueuse se situe au milieu des panoramas de la nature environnante.

Cette maison compacte est construite pour une famille de quatre personnes, comprenant un salon, une cuisine / salle à manger, un patio, trois chambres, une salle de bain et deux toilettes. La disposition s’articule de l’intérieur vers l’extérieur.

Situé sur une parcelle d’îlot allongée proche du lac, le bâtiment est positionné de sorte à être orienté vers l’eau environnante et le soleil. En divisant le volume en quatre parties, les vues panoramiques et la lumière solaire sont omniprésentes.

À l’extérieur, la diversité des tailles et le positionnement interconnecté créent une image sculpturale, différente sous tous les angles. Afin d’intensifier cette qualité sculpturale, toutes les façades ont un design minimal avec des extrémités de toit invisibles et des cadres de fenêtres détaillés derrière la façade en bois.

Tous les volumes ont de grandes fenêtres ou des portes coulissantes qui peuvent être ouvertes complètement pour fusionner l’intérieur avec l’extérieur.

A l’intérieur, les dimensions et les hauteurs de plafond des différents volumes articulent les espaces et fonctions séparés de la maison. De longues lignes de visibilité traversant le patio extérieur fournissent une connexion visuelle. En ouvrant de grandes portes coulissantes du patio, les volumes de la cuisine et du salon sont physiquement connectés.

Les meubles sur mesure et les armoires accentuent la vision graphique à l’intérieur. L’équipe de conception a utilisé des matériaux simples comme des panneaux en bois de chêne naturel – ou teinté en noir pour combiner avec la façade en pin brut – et un sol en béton poli. Chaque volume a sa propre identité. En liant les composants intérieurs à l’architecture et vice versa, le résultat se veut simple avec des matériaux peu coûteux et sans prétention, pour un résultat de haute qualité.

Chaque aspect de la conception tend à une expérience pure et unifiée pour laisser une forte impression. Ces architectes sont aux antipodes de « plus c’est gros, mieux c’est ». Avec des interventions simples mais intelligentes, ce projet est du plus haut niveau et en même temps économe en énergie, respectueux de l’environnement. En ce sens, c’est un exemple modèle de petite maison; intelligent, confortable mais sans concession sur la qualité à la fois dans la conception intérieure et architecturale : petit est beau.

i29 architectes d’intérieur

Jaspar Jansen et Jeroen Dellensen. Dans un monde de plus en plus virtuel, les intérieurs deviennent des identités. Des espaces aux identités fortes qui parlent haut et fort pour attirer, dynamiser et inspirer les gens.

www.i29.nl

Chris Collaris

www.chriscollaris.nl

En collaboration avec : Hagoort bouw B.V., Simon Sintenie, Vissers & Vissers B.V., De Zilverlinde & Frank Heiligers, Marcel Zaal

Images : Ewout Huibers

La maison Unal Bulle en Ardèche est en vente

Chef-d’œuvre de « l’Architecture-Sculpture », cette résidence d’été a été édifiée à Labeaume en Ardèche par le peintre et sculpteur Joël Unal, en collaboration avec Claude Häusermann-Costy en 1972.

Située au cœur d »une forêt, elle se compose de plusieurs formes arrondies, presque sphériques, imbriquées, posées sans fondations, directement sur le rocher.

Photo : Architecture de Collection

Édifiée en voile de béton appliqué à la main sur une armature d’acier, ses formes semblent épouser les courbes originaires du sol pour s’intégrer au paysage.

Photo : Architecture de Collection

Ses formes organiques, comme des bulles semblables à des champignons, lui valent le surnom de « Maison barbe à bapa », Michel Ragon inscrit cette tendance dans un nouveau courant : l’architecture sculpture.

Photo : Architecture de Collection


La maison se compose d’une entrée, un séjour avec passe-plat vers la cuisine, trois chambres dont une avec terrasse et sortie indépendante, deux salles de bain, un séjour-atelier de 60 m², un hamac de repos, une bibliothèque et un cellier. Les espaces sont desservis par deux tunnels de circulation, et disposent de quatre cheminées. La maison profite également d’une piscine avec île et plage, d’un spa, et plus de 150 m² de terrasses dont un solarium et une tour avec vue à 360° sur le panorama, du Mont Blanc au Mont Lozère.

Photo : Architecture de Collection


L’intérieur fait penser au chapeau d’un champignon. On aperçoit au fond un escalier en colimaçon menant à un espace intimiste et des ouvertures aux murs font rentrer juste ce qu’il faut de lumière naturelle.

Photo : Architecture de Collection

Un espace a été aménagé pour des enfants : petites chaises et tables, bibliothèque…

Photo : Architecture de Collection


La surface s’étend sur 156 m2.

Photo : Architecture de Collection

Des mosaïques et peintures ornent et colorent la structure blanche.

Photo : Architecture de Collection


Dehors, la piscine extérieure surplombe les paysage ardéchois.

Photo : Architecture de Collection


La construc­tion a dé­bu­te en 1973 et s’achève en 1990. Sur les plans de Claude Haüsermann-Costy, Joël Unal construit et sculpte l’intégralité de la  maison-bulle.

Photo : Architecture de Collection


En 2004, l’édifice ob­tient le label « Patrimoine du XXe siècle » puis, le 22 avril 2010, est inscrit au titre des monuments historiques

Photo : Architecture de Collection


Son architecture unique fait partie des premières à initier le courant « architecture sculpture ».

Photo : Architecture de Collection


Il fait bon vivre dans la maison Unal !

Photo : Architecture de Collection

La maison Bulle à Labeaume en Ardèche, France est présentée à la vente par Architecture de Collection

 

[button color= »black » size= »normal » alignment= »center » rel= »nofollow » openin= »newwindow » url= »https://www.architecturedecollection.fr/product/maison-bulle-unal-hausermann/ »]En savoir plus[/button]

Cinq maisons de week-end perdues dans les pins du Méxique

Dans une vaste zone forestière de Valle de Bravo, au Mexique, cinq maisons de week-end sont dispersées le long du sol, s’adaptant à la topographie du site, entouré de pins qui font écho au bruit du vent.

Le site, également divisé en cinq parties, concentre les accès et les espaces communs au nord, tandis qu’au sud, on trouve les maisons et les jardins. En inclinant les maisons et en les dispersant en volumes, le sentiment d’un ensemble de maisons est perdu; il devient un amas de masses et de végétation immergé dans le lieu, rapprochant l’architecture de l’échelle humaine.

Les maisons sont profondément enracinées dans le paysage et construites à partir de matériaux locaux tels que la brique, le bois et le sol. Le sol, prélevé et réutilisé des fouilles pour enfouir les fondations, est le matériau principal. Par conséquent, l’architecture émerge du lieu.

Chaque maison, de typologie identique aux autres, est fermée et solide vers le sentier nord, ouvrant les vues sur la forêt au sud. Les maisons se composent de six volumes positionnés de telle manière qu’ils génèrent un vide, une cour centrale qui accorde vue, silence et intimité. Cette cour devient l’espace central de la maison.
Ce schéma de composition de volumes indépendants crée une séquence d’espaces qui ne suit pas un chemin linéaire simple, au lieu de cela, l’habitant peut flâner et s’attarder, ressentant des atmosphères différentes dans chaque espace.

Ces volumes sont creusés par la lumière qui brise les espaces intérieurs, créant différents chemins qui culminent avec les jardins qui se confondent avec la forêt environnante. Se déplacer entre la combinaison de la lumière et de l’ombre, des espaces ouverts et fermés, révèle de nouvelles expériences à l’habitant. C’est à travers cette liberté de mouvement que les souvenirs et le sens du lieu sont évoqués tout en faisant l’expérience de nouvelles atmosphères à travers le changement du son et de la lumière.

Cette composition permet à chaque volume de fonctionner presque indépendamment, en évitant les hiérarchies et en intégrant le programme architectural. À l’étage inférieur: le salon, la salle à manger, la cuisine et l’une des chambres étendent leurs limites aux extérieurs joignant les terrasses, les cours et le jardin, perdant les frontières entre l’intérieur et l’extérieur.

À l’étage supérieur, trois chambres sont placées, créant des espaces intimes qui encadrent la vue sur les magnifiques pins.

Taller Héctor Barroso

tallerhectorbarroso.com

Images : Rory Gardiner.

Casa Caldera, une maison minimaliste et durable dans le désert de l’Arizona

Casa Caldera se situe dans un paysage désertique vaste et éloigné, dans l’espace entre les arbres. Leurs branches projettent des ombres sur la structure , cet équilibre – entre atmosphère apaisant et sentiment de sécurité au milieu d’un vaste désert – est au cœur du projet.

Le client voulait une maison dans le paysage isolé de la vallée de San Rafael, dans le sud de l’Arizona. Faisant partie de la riche biodiversité de l’archipel de Madrean, les plages de «l’île du ciel» servent de repère aux habitants de ce paysage désertique sans fin. Ils relient l’Arizona au Mexique et font parties de l’histoire de la vie dans cette région : un refuge et un espace de ressources pour les tribus migrantes, les oiseaux et les prédateurs.

L’emplacement offre une perspective des montagnes lointaines à l’ouest – et est à seulement 25 kilomètres au nord de la frontière américano-mexicaine. En raison de cette proximité de la frontière et de la circulation piétonne liée à l’immigration, le propriétaire a demandé une structure impénétrable.

Casa Caldera semble sortir de sa terre, les murs – composés d’un mélange de scories rouges légères pulvérisées et de ciment – de la même couleur que la saleté en dessous. Ils forment la structure, lui donnent sa finition rugueuse et terreuse, et fournissent une isolation. La résidence, de 300 m2, s’inspire d’une typologie de logement vernaculaire «zaguan». Le plan est simple : deux chambres se trouvent en face de l’espace de vie, qui comprend la cuisine, la salle à manger et le salon. Le zaguan, ou large couloir central, passe entre eux. Les grandes portes pliantes, marquées par des panneaux d’acier qui font écho au coffrage des murs, offrent un sentiment immédiat de protection : ouvertes, elles encadrent la vue et accueillent dans la lumière naturelle et la ventilation. Fermés, ils offrent une sécurité impénétrable.

Les espaces intérieurs sont simple, épurés et minimalistes, avec des matières douces qui saturent son atmosphère. Le zaguan est enveloppé dans la douce chaleur du bois de Sassafrass.

Les ouvertures refroidissent la maison et offrent une vue étendue, modifiant également subtilement la qualité de la lumière qui dérive dans l’espace et atterrit contre ses surfaces.

La maison est entièrement autonome : le refroidissement est assuré par une ventilation transversale naturelle soigneusement équilibrée à travers les ouvertures des fenêtres zaguan et stratégiquement placées, tandis que le bois de chauffage provenant de la propriété fournit le chauffage. L’eau provient d’un puit et l’énergie solaire est utilisée pour les besoins électriques et électroménagers minimaux. Casa Caldera se trouve légèrement sur le sol de son vaste paysage désertique.

DUST 

www.dustdb.com

Images : ESTO/Jeff Goldberg.

Casa NK, un refuge familial de 400 m2 sur la côte de São Paulo

Situé dans une copropriété à Guarujá, sur la côte de São Paulo, au Brésil, Casa NK est conçu par Rua 141 et Zalc Arquitetura, deux cabinets d’architecture, qui ont proposé un projet structurel mis en évidence par l’équilibre structurel en harmonie de volume des deux côtés.

Construite pour abriter une famille, la maison devait être un refuge près de la ville de São Paulo. Il n’y avait rien de construit sur le terrain, ce qui laissait la liberté de concevoir, sur un terrain de 525 m² (5 651 pi²) – la surface bâtie de la maison est de 400 m² (4 305 pi²). Le plan était de tirer le meilleur parti de l’éclairage naturel, de la ventilation croisée et de la présence de la nature à l’intérieur de la maison.

Le projet comprenait cinq suites, une piscine, un espace gastronomique, une cuisine, un bureau à domicile, un salon et une chambre de service, et était divisé en deux étages. A l’étage, il y a des chambres intimes, et au rez-de-chaussée, il y a des chambres sociales. A l’étage, il y a des suites et le salon intime, et au rez-de-chaussée les autres espaces, en plus de la piscine et du SPA.

 

 

Les suites sont ornées de grandes ouvertures donnant sur la terrasse linéaire avec une pergola. Dans les salles de bains, des puits de lumière ont été conçus au-dessus des comptoirs pour permettre à la lumière naturelle d’entrer et de réduire la consommation d’électricité. Un grand espace intérieur abrite la double hauteur et laisse place à la circulation qui relie les suites à l’étage supérieur.

Le salon et la salle à manger à double hauteur améliorent la circulation de l’air dans ces zones, éclairées par les grandes ouvertures et le puits de lumière en haut des escaliers. Un axe a été créé où les espaces extérieurs et intérieurs se rencontrent, la piscine linéaire appartient au jardin et, en même temps, elle sert de cadre au salon, en créant un couloir de piscine à la fois couvert et découvert. La même chose a été faite sur le côté opposé, face à la rue, où le garage est couvert par la dalle en porte-à-faux.

L’objectif était d’intégrer les environnements internes et externes, et la séparation entre eux au rez-de-chaussée est presque imperceptible. Le jardin vertical, constitué des piliers structurels de la maison, apporte la nature à l’espace gourmand et à l’espace piscine couvert.

La texture des éléments naturels des meubles, comme le bois et la paille, composent ce cadre rustique et tropical. Le choix de placer des pierres espagnoles dans la zone extérieure était essentiel pour permettre le confort thermique, ainsi que pour rendre une esthétique plus rustique à la maison.

Des jardins ont également été créés sur le toit du premier étage pour apporter un confort thermique aux environnements de cet étage. Au moyen de l’aménagement paysager, des espèces tropicales ont été placées dans la maison, avec des variations de textures et de tons verts, entourant toute la maison, ce qui a augmenté le confort thermique. Pour cette raison, des dalles de jardin ont été créées à l’étage supérieur, un mur végétalisé et des plantes grimpantes ont été placés en face du siège social. Des panneaux solaires ont été utilisés pour chauffer l’eau, leur surplus de chaleur a servi à chauffer la piscine et le SPA.

Rua 141

www.rua141.com

Zalc Arquitetura 

www.zalc.arq.br

Compagnie de construction : Orus

Production: Tiago Cappi

Images : Fran Parente

Extension moderne d’une maison Corse du XVIIe siècle, par une passerelle de verre sobre et poétique

Le site est émouvant. La sérénité qui émane de ce lieu évoque la culture et l’héritage des anciens.

Lorsque le portail s’ouvre, nous sommes touchés par une atmosphère sobre et poétique : des chênes lièges entremêlés, des oliviers sauvages, un immense nuage végétal typique de la Corse et, au fond, implanté sur un promontoire rocheux, un caseddu à l’allure massive et pérenne. Cette vieille bâtisse familiale figure comme le premier élément visible et palpable de notre promenade. Elle nous engage à la contourner et nous révèle progressivement le coeur du projet.

Le geste se veut délicat, sensible.

Une « passerelle » de verre s’adosse à la maison et joue, alors, le rôle d’extension pour accueillir une nouvelle pièce de vie, généreuse et paisible, orientée sur les vallons environnants. Toute en transparence, elle change au fil des saisons et s’évapore par effet de miroir en reflétant les teintes profondes du paysage. Perchés sur la terrasse longiligne, nous apparaissons comme des funambules, à l’abri des perturbations sonores, au dessus des canopées verdoyantes, face à la puissance magnétique des éléments naturels.

Nicolas Gianni Architecte

www.nicolasgianni.com

Images : Tomas Photography

LG House, une résidence semi ouverte à São Paulo rythmée par des espaces de jour et de nuit

À São Paulo, au Brésil, se trouve LG House, une résidence à l’architecture unique construite par blocs, séparée en deux espaces jour et nuit. Le site représente une surface de 10 000 m² et est adjacent à une belle forêt indigène.

Légèrement en descente face au nord, il dispose d’une vue imprenable sur les paysage environnants.

Dans cette maison les architectes ont décidé de faire une distinction entre « l’espace jour » et « l’espace nuit ».

L’espace journée se situe dans un étage supérieur, pour fournir chaleur et sécurité dans cette période.

En revanche, l’espace nuit est resté dans un étage inférieur avec une connexion complète avec l’extérieur et le jardin. Les pièces sont larges et ouvertes avec de nombreux patios.

Le projet architectural a placé l’entrée au rez-de-chaussée dans un bloc parallèle à la rue, où se trouvent des zones implantées qui maintiennent l’architecture telles que le garage, les entrepôts et une résidence de service.

Séparé de ce bloc par un généreux patio de service, mais relié par une passerelle suspendue, un deuxième bloc a été implanté, dans lequel sont développés le programme de nuit et de jour de la maison elle-même.

À l’étage supérieur, mais au niveau de l’arrivée, se trouve l’unité familiale du programme, comme un appartement, avec salon, cuisine et chambres – le soi-disant « étage de nuit ».

Au niveau inférieur se trouve le « plancher de jour » avec un deuxième cuisine, chambre d’amis et vérandas avec espaces de loisirs. Un patio généreux avec double hauteur de plafond en structure de béton apparent, soutenu par des piliers métalliques légers et minces, rejoint ces deux étages. Un treillis en bois, face à la forêt protège ce patio du soleil levant.

Reinach Mendonça Architectes
Henrique Reinach et Maurício Mendonça
www.rmaa.com.br

Images :  Nelson Kon

Maison de vacances dans une pinède d’arbousiers au Cap Ferret

Cette maison de vacances, située dans une pinède d’arbousiers, de yuccas et de pins a été conçue pour se fondre dans le paysage en limitant son impact sur l’environnement végétal existant.


Comme des cabanes dans les arbres, les vues intérieures multiples et les échappées visuelles ancrent cette relation à la nature.

La maison est conçue pour accueillir une grande fratrie joyeuse et recomposée, afin que tous puissent se retrouver et que chacun trouve aussi des espaces d’intimité et de calme.

Avec ses façades revêtues de bois, la maison semble tapie dans la pinède.

L’ambiance intérieure minérale apporte clarté, luminosité et quiétude à l’ensemble.

Le grand escalier intérieur maçonné, aux amples lignes courbes, adoucit les verrières triangulaires qui cadrent les vues sur la nature.

Projet lauréat A+ Architizer Awards 2017

Atelier du Pont

www.atelierdupont.fr

89 rue Reuilly, 75012 Paris
110 rue de Sèze, 69006 Lyon

Images Takuji Shimmura – Philippe Garcia