A Hampstead, deux appartements duplex adjacents reconfigurés en un seul par XUL Architecture

Situés au troisième étage d’une conversion victorienne, ces deux appartements en duplex avaient un problème majeur à résoudre : améliorer la circulation dans toute la propriété.

XUL Architecture, basée au nord de Londres, a envisagé de nombreuses options pour cette propriété avant d’envisager de déplacer l’escalier vers le centre du bâtiment. Il y avait cependant un obstacle, comment s’assurer que l’escalier pouvait être positionné sous la cheminée avec des millimètres à perdre.

Ces deux appartements en duplex adjacents étaient auparavant convertis en un seul appartement, mais les deux escaliers sont restés. Avec cette rénovation, XUL a tenu à résoudre ce problème, en créant un plus grand espace au sol et en améliorant considérablement les déplacements dans la propriété.Les propriétaires, vivant à Bruxelles et déménageant à Londres, ont acheté la propriété et ont demandé à XUL de reconfigurer l’espace pour centraliser la circulation et n’avoir qu’un seul escalier.

L’ensemble du projet a été conçu et géré avec les clients vivant à l’étranger, une bonne communication a donc été la clé de son succès.

La belle paroi de douche Crittall sur mesure a renforcé l’intérieur industriel de cet appartement. La clé pour libérer le potentiel de cette propriété était l’installation d’un escalier qui fonctionnait avec le bâtiment.

La première section de l’escalier monte à un palier inférieur, tourne à droite sous la cheminée et à gauche dans un nouvel escalier montant à l’étage supérieur. Cette réduction intelligente de la hauteur du palier a permis à l’espace de passer sous la cheminée. Cette reconfiguration a également permis d’installer un vestibule plus grand et des toilettes invités.Les propriétaires ont été ravis du projet et ont contribué à la décoration intérieure avec des meubles et des éclairages assortis au décor.XUL
xularchitecture.co.uk
Situé dans le nord de Londres, XUL Architecture est un cabinet d’architecture à vocation commerciale et centré sur le client. Efficace et réactif, XUL a mis un accent particulier sur l’expérience client ainsi que sur la recherche de moyens ingénieux pour apporter de la lumière dans l’architecture. XUL pense que chaque client est spécial et a une histoire à raconter. Leur recherche approfondie est basée sur la recherche de moyens par lesquels nous pouvons apporter plus de lumière naturelle dans l’architecture, car cela a un impact positif sur la qualité spatiale, le bien-être, la productivité et la créativité.

xularchitecture.co.uk

Discrètement chic, brute et raffinée, Villa Corsica s’insère subtilement dans son environnement

Par ses choix radicaux et son implantation dans le paysage aride avec des effets de continuité entre dedans et dehors, la villa Corsica évoque l’architecture des Case Study Houses de Los Angeles dans les années 1960, les projets de Pierre Koenig, Charles et Ray Eames, ou Richard Neutra.

La modernité vient du travail de l’espace et des juxtapositions raffinées de matériaux bruts avec des matières plus précieuses. La subtilité des espaces est obtenue, comme souvent dans le vocabulaire AW2, par la juxtaposition des volumes simples de différentes hauteurs qui s’intersectent et s’assemblent pour créer des jardins, des patios, des cours qui ancrent la maison dans le paysage.

Le chic des matériaux, c’est d’opposer les murs en pierre rugueux et texturés au lisse du béton brut, d’utiliser un bac acier brillant pour le plafond ou un claustra en brique brut, de marier des tissus chamarrés à des palettes industrielles en bois.

Les espaces extérieurs sont la prolongation naturelle de l’esprit de la maison, rythmés qu’ils sont par les volumes simples des ombrières en acier galvanisé qui supportent des canisses.

La longue piscine est mise en scène par un mur de fond coloré et la confrontation des deux rives : d’un côté un alignement rythmé de pergolas qui créent des effets d’ombre, de l’autre un confortable salon extérieur.

A l’intérieur, l’originalité et le cachet de la maison viennent du contraste entre l’effet presque industriel d’un loft (béton brut, bac acier) au grand espace fluide, avec le raffinement des tissus, des meubles vintage ou des vasques sur mesure.

Discrètement chic, brute et raffinée, joyeuse, méridionale et californienne, moderne, la villa ne s’en insère pas moins parfaitement dans son environnement grâce à l’implantation de ses volumes dans la topographie existante, à la texture de la pierre et à son recours à la végétation aride.

AW2 

AW² est une agence internationale d’architecture et d’intérieurs, installée à Paris depuis 1997. Elle est menée par Reda Amalou et Stéphanie Ledoux, architectes associés. Les deux associés ont un rôle actif dans la société et sont personnellement impliqués dans la conception architecturale de tous les projets.

www.aw2.com

Images : Mikaël Benard.

Un ancien garage à l’ouest de Londres reconverti en maison familiale sur mesure

De Rosee Sa a récemment achevé une maison sur le site d’une ancienne cour en bois entre des jardins en terrasse arrière et une rangée de 16 garages de l’ouest de Londres. Le client habitait en face du hangar de stockage existant et avait initialement acheté le site pour éviter qu’il ne soit surdéveloppé.

Voyant une opportunité possible, le client a décidé de développer lui-même le terrain, conformément aux règles d’urbanisme. Les restrictions d’urbanisme fixent une limite verticale à la hauteur de la propriété, stipulant que toute forme doit correspondre au contour de la remise à un étage existante. 

De Rosee Sa a proposé un nouveau sous-sol pour répondre au cahier des charges du client pour une maison de deux chambres.

Le rez-de-chaussée est divisé entre le salon, la cuisine et la chambre avec une salle de bains privative, la deuxième chambre est située au sous-sol avec sa propre cour extérieure et sa salle de bains.

Comme le site mesure 37 mètres de long, la conception comprend trois cours extérieures pour attirer la lumière dans la maison. Une série de portes en acier et en verre de style Crittall relient ces cours aux espaces intérieurs de la maison, offrant des vues sur toute la longueur de la maison. Par beau temps, la maison peut être ouverte, laissant entrer l’air et brouillant davantage la distinction entre l’extérieur et l’intérieur.

En général, les murs intérieurs des cours sont revêtus de lattes de cèdre rouge de l’Ouest en référence à son histoire en tant que parc de stockage de bois. Les lattes de cèdre continuent jusqu’aux surfaces intérieures pour former deux «volumes» revêtus de cèdre qui contiennent des espaces fonctionnels plus petits (WC, niche d’étude et buanderie). Le revêtement en cèdre a été choisi pour sa qualité de texture qui adoucit les intérieurs minimalistes et blancs.

Les clients ont vendu leur maison existante et vivent maintenant dans la Courtyard House.

Max de Rosee, directeur de De Rosee Sa Architects, a déclaré:

« Nous avons travaillé très dur dans les premières étapes pour convaincre les clients que le développement de cette maison était un risque à prendre. Nous devions transmettre son potentiel. Nous voulions mettre en contraste les murs et le plafond d’un blanc éclatant avec des matériaux solides, nous avons donc passé un temps considérable à examiner les détails des lattes de cèdre rouge de l’Ouest et des pavés de granit dans les surfaces de la cour. Les aspects les plus satisfaisants du projet sont la lumière supérieure qui se déverse dans les intérieurs et les longues vues à travers les cours. Une fois à l’intérieur, vous oubliez que cette maison est à Londres. Ces types d’opportunités sont rares; nous avons eu de la chance car les clients ont été très encourageants surtout lorsque les espaces ont commencé à émerger. Cela semble cliché mais je crois vraiment que le résultat est dû à une collaboration réussie entre les architectes et les clients. »

Budget : valeur du contrat 500 000 € + articles d’approvisionnement client

Superficie : 110 m2

De Rosee Sa

De Rosee Sa est un cabinet d’architecture et de design à North Kensington, Londres. Fondée par les directeurs Max de Rosee et Claire Sa en 2007, De Rosee Sa s’est bâtie une réputation de conception de projets élégants et bien détaillés dans les secteurs résidentiel, éducatif, commercial et communautaire. Avec un fort intérêt pour la matérialité et l’artisanat, la pratique est attirée par la création de projets de caractère qui interagissent avec les sens. Plutôt que d’avoir un style de scénographie, la pratique aborde chaque projet sur une base individuelle. Avec une équipe composée d’architectes, de designers et de personnel de soutien talentueux, leur processus de création est collaboratif et fortement influencé par les clients, les consultants et les entrepreneurs. Le cabinet croit en la valeur ajoutée pour ses clients en créant des espaces avec atmosphère et qualité.

deroseesa.com

Images : Alex James.

La maison Unal Bulle en Ardèche est en vente

Chef-d’œuvre de « l’Architecture-Sculpture », cette résidence d’été a été édifiée à Labeaume en Ardèche par le peintre et sculpteur Joël Unal, en collaboration avec Claude Häusermann-Costy en 1972.

Située au cœur d »une forêt, elle se compose de plusieurs formes arrondies, presque sphériques, imbriquées, posées sans fondations, directement sur le rocher.

Photo : Architecture de Collection

Édifiée en voile de béton appliqué à la main sur une armature d’acier, ses formes semblent épouser les courbes originaires du sol pour s’intégrer au paysage.

Photo : Architecture de Collection

Ses formes organiques, comme des bulles semblables à des champignons, lui valent le surnom de « Maison barbe à bapa », Michel Ragon inscrit cette tendance dans un nouveau courant : l’architecture sculpture.

Photo : Architecture de Collection


La maison se compose d’une entrée, un séjour avec passe-plat vers la cuisine, trois chambres dont une avec terrasse et sortie indépendante, deux salles de bain, un séjour-atelier de 60 m², un hamac de repos, une bibliothèque et un cellier. Les espaces sont desservis par deux tunnels de circulation, et disposent de quatre cheminées. La maison profite également d’une piscine avec île et plage, d’un spa, et plus de 150 m² de terrasses dont un solarium et une tour avec vue à 360° sur le panorama, du Mont Blanc au Mont Lozère.

Photo : Architecture de Collection


L’intérieur fait penser au chapeau d’un champignon. On aperçoit au fond un escalier en colimaçon menant à un espace intimiste et des ouvertures aux murs font rentrer juste ce qu’il faut de lumière naturelle.

Photo : Architecture de Collection

Un espace a été aménagé pour des enfants : petites chaises et tables, bibliothèque…

Photo : Architecture de Collection


La surface s’étend sur 156 m2.

Photo : Architecture de Collection

Des mosaïques et peintures ornent et colorent la structure blanche.

Photo : Architecture de Collection


Dehors, la piscine extérieure surplombe les paysage ardéchois.

Photo : Architecture de Collection


La construc­tion a dé­bu­te en 1973 et s’achève en 1990. Sur les plans de Claude Haüsermann-Costy, Joël Unal construit et sculpte l’intégralité de la  maison-bulle.

Photo : Architecture de Collection


En 2004, l’édifice ob­tient le label « Patrimoine du XXe siècle » puis, le 22 avril 2010, est inscrit au titre des monuments historiques

Photo : Architecture de Collection


Son architecture unique fait partie des premières à initier le courant « architecture sculpture ».

Photo : Architecture de Collection


Il fait bon vivre dans la maison Unal !

Photo : Architecture de Collection

La maison Bulle à Labeaume en Ardèche, France est présentée à la vente par Architecture de Collection

 

[button color= »black » size= »normal » alignment= »center » rel= »nofollow » openin= »newwindow » url= »https://www.architecturedecollection.fr/product/maison-bulle-unal-hausermann/ »]En savoir plus[/button]

Extension moderne d’une maison Corse du XVIIe siècle, par une passerelle de verre sobre et poétique

Le site est émouvant. La sérénité qui émane de ce lieu évoque la culture et l’héritage des anciens.

Lorsque le portail s’ouvre, nous sommes touchés par une atmosphère sobre et poétique : des chênes lièges entremêlés, des oliviers sauvages, un immense nuage végétal typique de la Corse et, au fond, implanté sur un promontoire rocheux, un caseddu à l’allure massive et pérenne. Cette vieille bâtisse familiale figure comme le premier élément visible et palpable de notre promenade. Elle nous engage à la contourner et nous révèle progressivement le coeur du projet.

Le geste se veut délicat, sensible.

Une « passerelle » de verre s’adosse à la maison et joue, alors, le rôle d’extension pour accueillir une nouvelle pièce de vie, généreuse et paisible, orientée sur les vallons environnants. Toute en transparence, elle change au fil des saisons et s’évapore par effet de miroir en reflétant les teintes profondes du paysage. Perchés sur la terrasse longiligne, nous apparaissons comme des funambules, à l’abri des perturbations sonores, au dessus des canopées verdoyantes, face à la puissance magnétique des éléments naturels.

Nicolas Gianni Architecte

www.nicolasgianni.com

Images : Tomas Photography

LG House, une résidence semi ouverte à São Paulo rythmée par des espaces de jour et de nuit

À São Paulo, au Brésil, se trouve LG House, une résidence à l’architecture unique construite par blocs, séparée en deux espaces jour et nuit. Le site représente une surface de 10 000 m² et est adjacent à une belle forêt indigène.

Légèrement en descente face au nord, il dispose d’une vue imprenable sur les paysage environnants.

Dans cette maison les architectes ont décidé de faire une distinction entre « l’espace jour » et « l’espace nuit ».

L’espace journée se situe dans un étage supérieur, pour fournir chaleur et sécurité dans cette période.

En revanche, l’espace nuit est resté dans un étage inférieur avec une connexion complète avec l’extérieur et le jardin. Les pièces sont larges et ouvertes avec de nombreux patios.

Le projet architectural a placé l’entrée au rez-de-chaussée dans un bloc parallèle à la rue, où se trouvent des zones implantées qui maintiennent l’architecture telles que le garage, les entrepôts et une résidence de service.

Séparé de ce bloc par un généreux patio de service, mais relié par une passerelle suspendue, un deuxième bloc a été implanté, dans lequel sont développés le programme de nuit et de jour de la maison elle-même.

À l’étage supérieur, mais au niveau de l’arrivée, se trouve l’unité familiale du programme, comme un appartement, avec salon, cuisine et chambres – le soi-disant « étage de nuit ».

Au niveau inférieur se trouve le « plancher de jour » avec un deuxième cuisine, chambre d’amis et vérandas avec espaces de loisirs. Un patio généreux avec double hauteur de plafond en structure de béton apparent, soutenu par des piliers métalliques légers et minces, rejoint ces deux étages. Un treillis en bois, face à la forêt protège ce patio du soleil levant.

Reinach Mendonça Architectes
Henrique Reinach et Maurício Mendonça
www.rmaa.com.br

Images :  Nelson Kon

MaisonP, une composition architecturale comme une référence à l’architecture bioclimatique provençale

Située dans le village du Puy-Sainte-Réparade, dans un espace intime à la végétation dense, la parcelle de la MaisonP, à flanc de colline, offre une vue panoramique sur les Alpes.

Sa volumétrie, simple, a été conçue en fonction de l’orientation du terrain et permet ainsi de limiter au maximum la modification de la pente naturelle et d’en préserver l’état sauvage.

Le projet est composé de deux parties distinctes : une maison principale et une annexe en pierre sèche. La maison, d’une surface de 296 m², est construite sur un seul et même niveau mais divisée en plusieurs entités.

Le rez-de-chaussée est composé de trois volumes distincts de même hauteur: le garage, la partie entrée/cuisine et la partie chambres/salon.

L’annexe, d’une superficie de 95 m², est située à une altimétrie légèrement supérieure à la maison et sur la partie nord-ouest du terrain.

Le projet est divisé en deux, le long d’un canal végétal, avec une mise en transparence de cette perspective tout au long de la maison.

La séquence d’entrée se fait autour d’un bassin. La MaisonP n’est pas un monolithe mais une composition architecturale, structurée autour d’espaces vides, comme une référence à l’architecture bioclimatique provençale.

 

 

PietriArchitectes

www.pietriarchitectes.com

Images :  Philippe Biolatto.

Le Pine, une maison familiale à Saint-Tropez à l’architecture traditionnelle de la Riviera méditerranéenne

Cette maison d’été familiale à Saint Tropez, conçue par SAOTA, est une interprétation contemporaine de l’architecture traditionnelle de la Riviera méditerranéenne. Libéré des contraintes historique, le projet est devenu une opportunité de faire progresser l’expression de la forme, de l’espace et du mode de vie associés au lieu.

Le site long et étroit est adossé à une clairière de pins au sud. «Lorsque nous sommes allés sur le site pour la première fois, nous avons trouvé très agréable de pouvoir admirer la forêt de pins et de découvrir ces volumes incroyables sous les auvents des pins», explique Stefan Antoni, directeur de SAOTA. « Cela est devenu un signal important lorsque nous avons développé la conception. »

«Notre premier objectif était d’essayer de maximiser la perception de l’espace», explique Phillippe Fouché, directeur de SAOTA, architecte principal du projet. «Nous l’avons fait en créant de généreux espaces extérieurs couverts, qui donnent l’impression que les intérieurs débordent vers l’extérieur et s’étendent à l’avant du site

La maison est disposée entre deux ailes latérales rectilignes qui embrassent une cour centrale.

Les chambres occupent toutes une aile, plus le niveau supérieur de la seconde, tandis que la cuisine et la salle à manger sont situées en bas.

La suite principale dispose d’un escalier dédié qui permet d’accéder à partir d’un salon privé à double volume.

Les principaux espaces de vie et de divertissement sont positionnés dans le vide central à volume élevé entre les ailes, coiffé d’un toit flottant plié de façon spectaculaire, ce qui confère un sentiment de grandeur aux intérieurs.

La forme pliée du toit, formée de planches de bois brut dans une référence subtile aux pins, fait non seulement écho aux terrasses en cascade du paysage, mais contraste également avec la géométrie rectiligne des ailes de chaque côté. Fouché ajoute que le pli du toit joue également un rôle structurel, permettant une portée de 12 mètres sans colonnes. Le positionnement de la maison vers l’arrière du site a créé l’opportunité pour les espaces de vie de se retirer avec le paysage en terrasses, étendant de manière transparente l’espace utilisable.

L’approche de SAOTA a exploré diverses stratégies pour maximiser la perception de l’espace, telles que les portes à cavité pour brouiller la distinction entre les espaces intérieurs et extérieurs et permettre aux brises fraîches d’été de circuler dans la maison.

La piscine centrale, qui descend en cascade sur une pente reliant un coin salon martini à la piscine principale avec les lignes épurées des ailes latérales, accentue les lignes de perspective, exagérant la longueur de la propriété, conduisant l’œil vers l’horizon et plus loin contribuant à l’illusion de l’espace.

Le long de son côté est, on retrouve l’architecture vernaculaire locale, qui présente généralement des murs épais et une distinction catégorique entre l’intérieur et l’extérieur. Lorsque le chemin d’entrée monte à partir de l’aire de stationnement hors rue en dessous de la maison à travers des plates-formes flottantes dans le jardin, la maison présente une façade solide exagérément lourde, avec seulement de petites ouvertures. Non seulement cela crée de l’intimité pour les chambres de cette aile, mais cela entraîne également les résidents et les invités dans un voyage de découverte vers le seuil. Fouché souligne cependant que ces murs lourds flottent au-dessus du sol dans une interprétation contemporaine de la typologie traditionnelle, faisant allusion au volume moderne et ouvert au-delà de l’entrée relativement discrète. Au-delà de la porte pivotante, l’espace de vie et de divertissement imprégné de lumière se révèle dans un moment de drame et de surprise.

L’intérieur a été conçu comme un espace de type galerie, qui impliquait non seulement de créer des espaces ouverts clairs, mais également d’inviter la lumière, en particulier d’en haut. «Partout où nous avons pu, nous avons essayé de faire entrer la lumière dans les volumes», explique Fouché. Des fenêtres à claire-voie soigneusement placées baignent l’intérieur de lumière naturelle et offrent une vue sur les pins des pentes au-dessus de la propriété, ce qui a également aidé à déterminer le plafond ondulé. D’autres fenêtres et ouvertures sans cadre capturent des vues sur les cours environnantes, intégrant davantage l’intérieur et l’extérieur.

Les finitions intérieures contrastent par exemple avec le béton brut sur le soffite, avec un revêtement en marbre foncé sur les murs arrière, des pierres plus claires vers l’avant de la maison et des sols en travertin. Les matériaux naturels soulignent l’architecture comme une extension du paysage, tandis que la pierre sombre vers l’arrière du salon accentue l’illusion de profondeur, renforçant encore le sentiment d’espace.

Sur le plan architectural, Le Pine explore le potentiel d’une nouvelle expression de l’esprit de Saint-Tropez, en s’appuyant sur les connaissances de SAOTA acquises au cours des décennies de conception de maisons le long de la côte atlantique du Cap, libérant ses espaces intérieurs et permettant un style de vie rafraîchissant intérieur-extérieur.

SAOTA 

Phillippe Fouché, Stefan Antoni et Amé Venter

www.saota.com

Images : Adam Letch

Une maison pour surfer respectueuse de son environnement

Cette maison familiale représente un mode de vie. Les clients, un jeune couple vivant à Paris, ont d’abord contacté JAVA pour construire une maison de vacances à Hossegor. Au cours du processus de conception, leur premier enfant est né, et cette naissance a été suivie d’un changement dans leurs objectifs de vie. Cette « maison du week-end » se transforme en maison familiale en phase avec leur nouveau style de vie, principalement axé sur le surf et la vie en plein air.

Selon ces nouveaux objectifs, la maison est construite avec un budget réduit et dans un délai d’un an.
Les principales exigences étaient alors le budget et le temps. Avec ces contraintes, JAVA a conçu un projet réduisant au maximum le temps de construction et l’empreinte au sol de la maison.

Situé sur un terrain forestier vallonné, le processus de construction et plus tard la maison devaient avoir un impact minimum sur les environs. Par conséquent, il a été décidé de construire la maison avec des modules préfabriqués et au sommet de la colline, où chaque arbre a été protégé.

La verrière peut être admirée depuis le rez-de-chaussée de la maison.

Faisant écho au rythme vertical des bois de pin, la maison est recouverte d’un revêtement en bois sombre, qui transforme progressivement le volume dense de la maison en un porche ouvert protégé de la pluie et du vent par un revêtement en polycarbonate ondulé.

Ce porche, rappelant le airail typique du mas landais, ouvre l’espace de vie et la vie de famille vers l’extérieur.
D’abord conçu comme un élément économique, le porche est maintenant l’espace principal de la maison, où la famille aime se réunir.

Java Architecture est un bureau d’architecture basé à Paris. Java a été créé en 2014 par trois associés: Alma Bali, Florian Levy et Laurent Sanz.
Le bureau travaille actuellement sur différents projets résidentiels et commerciaux, à Paris et sur la côte landaise.

www.javarchitecture.fr

Images : Caroline Dethier.

Une maison vitrée sur la côte sud de Big Sur, avec vue sur l’océan Pacifique

Construire en pleine nature est un acte radical. Le défi était de concevoir une maison dans l’un des cadres naturels les plus spectaculaires de la côte Pacifique qui respecterait et transformerait la terre.

Cette maison de trois chambres, sur la spectaculaire côte sud de Big Sur, est ancrée dans la beauté naturelle et la puissance de ce paysage californien. Leur stratégie de conception intègre le bâtiment dans le terrain, créant une structure inséparable de son environnement.

Le site offre des vues spectaculaires : une chute de 75 mètres dans l’océan Pacifique à la fois le long du bluff et de l’exposition ouest. Il s’agit d’une structure plus complexe qu’une baie vitrée géante.

Le long et mince volume se conforme et se déforme aux contours naturels de la terre et aux géométries du bluff, et des forêts balnéaires de la région. De cette façon, le système structurel complexe défi les formes naturelles pour s’adapter à l’emplacement.

La maison est en porte-à-faux à plus de 3 mètres du bluff, à la fois pour protéger l’écosystème délicat de la falaise et pour assurer l’intégrité et la sécurité de la structure. L’intérieur est un abri, un refuge en contraste avec la rugosité et l’immensité de l’océan et de la falaise. La maison protège également les espaces extérieurs sud des vents puissants qui soufflent du nord-ouest.

Le corps principal de la maison est composé de deux parties rectangulaires reliées par une bibliothèque tout en verre. L’entrée principale est située en haut du volume supérieur avec les espaces de vie se déployant du plus public au plus privé.

La cuisine du salon et la salle à manger sont un plan ouvert avec de subtils changements de niveaux et de plans de toit pour différencier les différents espaces.

Le volume inférieur, une suite parentale à double porte-à-faux, agit comme un promontoire au-dessus de l’océan, offrant une vue imprenable depuis ses fenêtres du sol au plafond. Le lien entre ces deux volumes est la bibliothèque de verre, c’est le foyer de la maison, une pièce qui unit la maison à l’intérieur comme à l’extérieur par sa géométrie et sa transparence.

Une aile en béton d’un étage perpendiculaire à la maison comprend une chambre au rez-de-chaussée, des services de construction et un toit vert; c’est le rocher qui tient la maison au sol.

La maison a deux façades principales, celle du sud est recouverte de cuivre qui enveloppe le mur et sur le toit. Les surplombs de toit en cuivre protègent les fenêtres et la porte d’entrée du soleil et du vent de l’océan.

La façade au nord est entièrement en verre; des étendues de verre claires ouvrent la maison à la vue.

Une approche écologique

La lumière naturelle du jour dans toutes les pièces, y compris les salles de bains, est adaptée à l’orientation solaire et réduit les charges électriques provenant de l’éclairage artificiel. La lumière du jour principale est indirecte et vient du nord tandis que la lumière du sud est limitée et atténuée par un système d’ombrage automatique.

Le vitrage à contrôle solaire à faible émissivité est isolé et installé dans un cadre en acier personnalisé à rupture thermique. Ce vitrage haute performance réduit le gain solaire, améliore le confort hivernal et offre des performances thermiques supérieures sans sacrifier les vues.

La chaleur hydronique élimine les conduits et permet des températures de fonctionnement plus basses et un meilleur confort pour les occupants. La consommation d’énergie est nettement inférieure et plus efficace que les systèmes traditionnels.

La ventilation des cheminées est naturellement facilitée par l’aménagement du bâtiment. Le plan d’étage ouvert est connecté à plusieurs niveaux de la suite parentale. Le vitrage fonctionnel à commande automatique au niveau le plus bas est coordonné avec une grille de transfert d’échappement à la plus haute élévation. Le différentiel de pression et de hauteur permet l’épuisement de l’air chaud et le stockage d’air frais et froid.

La végétation résistante à la sécheresse est spécifiquement destinée à réduire l’érosion des sols et facilite de nouveaux habitats pour la faune locale. Un toit végétalisé réduit l’empreinte visuelle aérienne du bâtiment et fournit une masse thermique / isolation supplémentaire pour l’espace occupé en dessous.

Le traitement des eaux usées sur place est réalisé grâce à une fosse septique jumelé à des appareils de plomberie efficaces qui réduisent les charges dans les réseaux d’égouts municipaux et différencie les eaux noires et grises. À l’inverse, l’eau douce provient d’un ruisseau sur place qui ne dépend pas non plus des réseaux municipaux.

Blasen Landscape Architects 

Eric Blase

www.blasengardens.com

Ingénieur : Paul Endre

Ingénieur géotechnicien : Harold Gric

Images : Joe Fletcher

Une villa enfouie dans le sol avec toit terrasse surplombant la pinède et la mer

A partir de conditions plus que difficiles à Hyères, l’architecte Frederique Legon Pyra a fait sortir de terre une villa moderne de 250m2, avec patio.

Le terrain était difficile, orienté plein Nord, avec des règlements privés contraignants, dont une servitude de vue limitant la hauteur à 4,50m.

Tout le projet a été de tirer parti de ces contraintes fortes pour en faire des atouts. Et quels atouts !

Dans le prolongement du salon se situe la grande terrasse, avec vue imprenable sur la Pinède et la mer. Le toit des chambres est de ce fait devenu une belle surface de terrasse surplombant la mer.

La villa ne dépasse pas 4,50m de hauteur par rapport au terrain naturel afin de respecter le règlement de droit privé lié à ce terrain. Ainsi, la villa, sur deux niveaux, épouse le terrain naturel en s’enfouissant dans le sol.

Ce niveau enterré, qui reçoit la suite parentale, est éclairé par un patio agrémenté d’un mur d’eau et d’un jacuzzi. De l’autre côté du patio, un deuxième corps de bâtiments face à la mer reçoit les chambres d’amis conçues en studios indépendants qui ont chacun une terrasse privée donnant aussi sur la mer.

La villa constitue à elle-seule un trésor caché. En effet, elle se devine à peine depuis la mer, elle est tapie dans la pinède et la majorité de sa surface est enterrée. En haut le salon et les pièces à vivre. En bas à droite, la suite parentale qui donne sur le patio. L’ouverture du patio vers l’extérieur à gauche, permet à la lumière naturelle de pénétrer dans les espaces enterrés. Chaises longues, jacuzzi, mur d’eau, palmiers… ce patio invite à la détente et à la contemplation.

Frédérique Legon Pyra, architecte DPLG
Hyères, France
www.frederiquepyra.com

Images : Michel Eisenlohr.

Pavillon A, un oasis au coeur d’un jardin

Inspiré par la Glass House de Philip Johnson et la Ben Rose House du film Ferris Bueller’s Day Off, Pavillon A est un hommage à l’architecture moderne. Accueillant une piscine quatre saisons, ce pavillon de verre a été pensé comme une véritable oasis au cœur d’un jardin.

Durant les longs hivers québécois, l’espace permet de faire quelques brasses dans la piscine, de se détendre dans le spa, de lire sous une plante tropicale, ou de faire du yoga en contemplant la nature enneigée. L’été, le pavillon s’ouvre sur une longue terrasse en bois grâce aux grandes baies vitrées présentes sur une des façades.

© Adrien Williams
© Adrien Williams

Implantée en dehors du pavillon de verre, la structure métallique donne l’impression au toit de flotter. La structure extérieure noire contraste avec l’intérieur clair et lumineux. Les parois vitrées laissent entrer abondamment la lumière naturelle et les lanterneaux installés au plafond maximisent l’apport de lumière zénithale tout en protégeant du soleil l’été. Le vitrage sur 360 degrés fait disparaître la frontière entre intérieur et extérieur et participe au dépaysement.

L’aménagement intérieur et ses plantes à même le sol contribuent à créer une ambiance tropicale qui favorise la détente. La disposition des grandes bandes de végétation propose des zones d’intimité que l’on soit dans le spa, la piscine ou sur son tapis.

© Raphael Thibodeau

Au cœur des lignes orthogonales du pavillon se distingue la salle de bain. Récompensée d’un prix à la 13e édition des Grand Prix du Design, cette salle d’eau cylindrique marie avec élégance beauté et fonctionnalité. Bardée de tasseaux de cèdre rouge, cette colonne en relief se contemple tel un élément sculptural dans le pavillon. Le caractère chaleureux du bois contraste avec l’intérieur pur et lumineux de la mosaïque blanche.

Une attention particulière a été portée au mobilier et aux détails de finition qui épousent la forme arrondie ou cylindrique, contribuant à créer un espace singulier et harmonieux. L’ouverture circulaire dans le plafond d’où jaillit une douche de lumière naturelle renforce le caractère intime et dépaysant de cette audacieuse salle d’eau.

© Adrien Williams

Avec son architecture moderne, sa lumineuse transparence, sa touche tropicale et son bijou de salle de bain, Pavillon A magnifie l’expérience de détente et de relaxation que propose cet espace dédié au bien-être.

© Raphael Thibodeau

Maurice Martel, Architecte

La firme Maurice Martel architecte représente une manière créative de penser design, matérialité, structure et construction dans l’évolution de l’architecture contemporaine. Fondée en 2016, elle a pour vocation de stimuler l’architecture et le design intérieur à travers des ouvrages construits, des travaux de recherches critiques, des expositions et des écrits.

www.mauricemartel.com

Aménagement intérieur : Maurice Martel et Bipède

Aménagement paysager : Vertige Paysage, Nicolas Ménard

Crédits Photos : Adrien Williams et Raphael Thibodeau