Apfelhotel, un hôtel historique revisité dans les paysages ruraux italiens

Au Tyrol du Sud, Saltaus, en Italie, la jeune nouvelle génération de propriétaires de l’Apfelhotel innove tout en restant fidèle à ses racines traditionnelles. Le design et l’architecture novateurs de noa* évoquent le charme vintage de cet hôtel historique tout en créant une oasis de sensations.La pomme, fruit originaire du Kazakhstan et importé au Tyrol du Sud par les Romains, est au cœur du paysage culturel de la région. Le Torgglerhof se trouve à l’embouchure de la vallée de Passeier, ses racines sont profondément ancrées dans la culture classique de la pomme. Au fil du temps, il est devenu un endroit pour les personnes souhaitant se connecter et s’imprégner des vues panoramiques. C’est ici que l’Apfelhotel (en anglais « Applehotel ») a été construit, et il est depuis devenu à la fois une destination de sortie et une escapade spéciale.

Une idée prend racine

En 2014, noa * a remporté un concours de design pour l’agrandissement de la structure existante de l’hôtel, qui a été mis en œuvre en plusieurs étapes. En 2016, le bâtiment principal avec le restaurant ainsi que l’ancienne grange ont été démantelés pour être reconvertis. Derrière la façade d’origine de la grange, sous les chambres, se trouve la production de l’Apfelhotel de diverses spécialités à partir de leurs pommes cultivées sur place ainsi que d’autres spécialités locales. L’Apfelsauna (en anglais « Applesauna ») est un espace de bien-être et de relaxation, qui a maintenant été agrandi. En 2020, 18 nouvelles suites ont été construites pour les clients et soigneusement conçues pour s’intégrer dans la structure paysagère de la ferme et de l’environnement rural. L’espace bien-être est conçu avec une architecture et une verdure qui ressemblent à un jardin luxuriant moderne. Une sorte de «cœur vert» qui, comme le sauna en forme de pomme, s’intègre harmonieusement et pleinement dans le paysage.

Le spa

Le centre de bien-être récemment ouvert – la nouvelle pièce maîtresse de l’hôtel – se fond dans une pente verte naturelle de sorte que le bâtiment est à peine visible. L’entrée du nouveau spa est une coque en béton semi-exposée incurvée qui s’insère dans le paysage et est conçue avec un magnifique portail en vieux bois. Ici, à l’interface entre la surface et le sous-sol, le mot immersion prend un sens qui lui est propre. Le côté sud de l’espace bien-être, quant à lui, s’ouvre sur une façade en verre et en acier qui disparaît sous une couverture de verdure sur le toit. La verrière en acier, sur laquelle grimperont les fleurs de jasmin parfumées, fait saillie vers le haut dans le ciel ouvert, rappelant les structures de maintien utilisées dans la culture moderne de la pomme. Une grande partie du Brunnenhaus, (en anglais « Water Well House »), comme le nouvel espace de bien-être est également appelé, est en grande partie cachée à la vue: toute la structure est recouverte d’une couche de terre et de plantes, pour se fondre naturellement dans le paysage.

Le spa dispose d’une fontaine centrale en pierre naturelle et d’une cheminée à foyer ouvert dans un salon spacieux, qui mène aux douches, aux vestiaires et aux salles de beauté et de massage.

La piscine intérieure-extérieure s’étend vers l’extérieur à travers la façade verte et est partiellement encadrée de roche de gneiss métamorphique de Lucerne.

L’espace bien-être

L’étage supérieur est un espace réservé aux adultes – il comprend un sauna, une salle de relaxation, un sauna finlandais et un bain à vapeur ainsi qu’une terrasse adjacente. Le bain à vapeur fait penser à une grotte. La salle de détente offre une vue spectaculaire sur la vallée à travers la verdure de son revêtement de façade.

Les suitesLes nouvelles suites de jardin ont été construites du côté est de l’hôtel : trois bâtiments indépendants avec un total de 18 chambres réparties sur trois étages. L’enveloppe extérieure des bâtiments est volontairement sombre dans une ode au caractère traditionnel d’une grange.Les suites du rez-de-chaussée se fondent dans la topographie. L’entrée et la salle de bain adjacente sont suivies d’un espace salon et chambre qui se connecte sur la terrasse avant. De luxueux hamacs confèrent une atmosphère détendue et champêtre. La nature et les caractéristiques de la région jouent un rôle important dans la décoration intérieure. Le bardage en bois, le fraisage et les fibres naturelles sont utilisés dans tout le décor intérieur. Les terrasses spacieuses sont séparées par un rideau en lin extérieur.

Au rez-de-chaussée et au premier étage, il y a quatre chambres d’hôtes spacieuses et deux suites extérieures, qui disposent d’un coin couchage séparé pour que les enfants puissent jouer et dormir. Dans les suites, les grandes fenêtres offrent une vue panoramique sur le paysage. Le grenier est utilisé pour accueillir une galerie de couchage. Un escalier intérieur mène des suites aux galeries, où les meubles en forme de marche offrent également un espace de rangement.

Le Restaurant

En contournant l’ancienne grange et l’impressionnant saule pleureur de 40 ans, on arrive au bâtiment principal de l’hôtel, le lieu où tout a commencé. Le restaurant de l’hôtel, qui a gagné en popularité ces dernières années auprès des clients venant de près ou de loin, s’est agrandi pour inclure des pavillons qui se déploient sur le jardin. Deux zones ont été créées : des auvents fermés et chauffés, suivis par des auvents ouverts autour d’une sorte de place. L’aluminium gris-brun des auvents est conçu pour s’harmoniser avec les carreaux de sol gris chaud tout en contrastant avec le plâtre et le bois du bâtiment principal.

L’agrandissement du restaurant s’articule autour de trois salles ou «cubes» de différentes hauteurs.

La décoration intérieure est basée sur le thème et l’ambiance d’un jardin d’hiver moderne: un plafond avec des plantes et des éclairages suspendus. L’espace ouvert est divisé par des placards de style ancien et des étagères au sol. Ces étagères sont un espace de présentation des produits artisanaux de l’hôtel et une bibliothèque remplie de littérature sur les arts culinaires. On y trouve aussi une fontaine d’eau de source naturelle. Dans une pièce séparée, un meuble spécialement conçu est utilisé pour des dégustations de vins ou de plats. Même les tables et les chaises dans les chambres lumineuses défient les stéréotypes habituels, avec un mélange vivant d’affichages ronds et anguleux.

L’ensemble du projet Apfelhotel reflète la nature et la passion de ses propriétaires familiaux, dont le but est que les gens se sentent vraiment chez eux, plutôt que comme un client de l’hôtel. Avec noa *, l’architecture a été créée avec un grand sens de l’intégrité envers ce lieu spécial, qui devient une unité avec la nature, se rattache à son histoire et conserve sa propre identité grâce à un design appliqué – où parfois, des aperçus de la pomme peuvent être vu dans la nature et le design environnants.

Noa* network of architecture

www.noa.network

Images : Alex Filz

Hôtel Cour des Vosges, un hôtel particulier réaménagé

Quatrième opus du groupe Evok à Paris, cet hôtel de poche, 12 chambres et suites, ouvre sur la place des Vosges, inchangée depuis 1612 avec, en son centre, le square Louis XIII. Défi et prouesse pour aménager cet hôtel particulier classé depuis 1954 au répertoire des Monuments historiques.

Signée Lecoadic-Scotto, la décoration mixe mobilier classique et contemporain en dégradés de couleurs sourdes s’accordant aux boiseries d’époque. Les poutres d’origine, XVIIe siècle, ont retrouvé leur superbe.

Sise au 19, Place des Vosges, dite aussi Place Royale, cette magnifique bâtisse du XVIIe siècle, acquise en 1654 par le marquis de Montbrun, qui lui donna son nom, devenue ensuite Maison du Grand Henry puis hôtel de Feydeau de Marville, connut, il y a quelques années, un sort peu enviable. Son dernier propriétaire, américain, séjournait peu dans son pied-à-terre parisien, posant du linoléum sur les tomettes en terre cuite et les parquets en chêne, accrochant des néons sur les faux plafonds en plâtre.

Presque ruiné, l’hôtel avait perdu sa grâce. « En visitant les lieux la première fois, son état nous a bouleversés, se souvient Yann Le Coadic, de l’agence Lecoadic Scotto, en charge du projet. Quand nous avons ôté le plâtre, le plafond peint à la française et quasi intact, nous a réconfortés et guidé notre réflexion. » Autant dire que, sous l’oeil expert de l’architecte des monuments de Paris, sa rénovation fut plus que complexe pour respecter les codes de l’époque et redonner son aura au grand blessé. « Impossible de modifier les plans, l’enfilade des pièces, les escaliers, obligation de traiter avec déférence les poutres ornées de frises. Mais le jeu en valait la chandelle, assure Emmanuel Sauvage, directeur général du Groupe Evok. Cour des Vosges est le seul hôtel dont toutes les chambres, sans exception, dévoilent entièrement la place. Vous imaginez l’émerveillement et le plaisir de nos hôtes, étrangers en particulier. »

Les douzes chambres, coiffées de poutres, par leur situation, leur disposition, essaimées le long des couloirs plus ou moins sinueux, offrent un air de ressemblance mais avec des « accidents » les personnalisant. « Lorsqu’on restaure un lieu si symbolique, chaque détail compte. Ainsi l’architecte des bâtiments de France nous a autorisés à rafraîchir les dessins des poutres mais non à refaire à l’identique, ceux effacés, pour conserver les marques du temps. Trois siècles d’Histoire se lisent entre ses murs. C’était important de ne pas les gommer », raconte Emmanuel Sauvage.

12 chambres et suites, à partir de 500 € et jusqu’à 3000 €. Nos préférées : la 303 avec baignoire donnant sur la place et la 401, mansardée, style studio.

Hôtel Cour des Vosges
19 Place des Vosges, 75004 Paris
+33 01 42 50 30 30
Réserver

Publié dans Résidences Décoration numéro 150
Par Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Photos Guillaume de Laubier

 

City guide Lyon : l’innovation, le style, l’audace, nos bonnes addresses

Encerclée de collines, bordée par le Rhône majestueux et la Saône tranquille, fichée au cœur de la France, Lyon, inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco, cultive, depuis l’époque gallo-romaine, l’art de se développer harmonieusement, de conserver avec soin ses vestiges somptueux tout en osant construire des bâtiments ultra contemporains. Elle joue son rôle de mégalopole centrale, sans esbroufe, sans chichi, sans effet de manches. Lyon et ses habitants préfèrent depuis toujours la discrétion au paraître, la sobriété au clinquant. Balade de l’une à l’autre de ses rives.

CITY GUIDE

SHOPPING TIME
Kartell Store, malin, plus lifestyle, plus interactif, le flagship Kartell change de look. Nouveaux articles et produits phares composent des univers mis en scène pour suggérer des atmosphères, mieux aider le client à bâtir ses projets. Les articles se révèlent à travers des atmosphères construites. Lieu idéal pour donner corps, aidés de conseillers, à toutes ses envies. Les trois fauteuils de la nouvelle ligne Smart Wood by Starck – K/wood, Q/wood, P/wood -, et le repose-pieds, S/wood, y trouvent naturellement leur place…

15 cours de la Liberté – 69003 Lyon

kartell-boutique.fr


Sophie Guyot, les plus jolis accessoires en soie, écharpes, étoles, teints et plissés sur place selon la méthode shibori, se nichent dans cet atelier boutique. Pièces uniques et séries limitées numérotées.

8 rue Saint-Polycarpe – 69001 Lyon

www.sophieguyot.com

 

CULTURE SESSION

Biennale d’Art contemporain, tous azimuts. Comme à Venise ni plus ni moins, entre deux eaux, la 15e édition se déroule jusqu’à fin janvier avec de nombreux lieux d’exposition : MAC Lyon dans le 6e, les usines Fagor dans le 7e, la Presqu’île, l’IAC de Villeurbanne, banlieue limitrophe. Ça fourmille d’idées, d’artistes et donne à la ville un air dissipé.

www.biennaledelyon.com


Musée des Confluences Chapeau , donation d’Antoine de Galbert, collectionneur mécène, qui avait monté la Maison Rouge à Paris. Il y a deux ans, Galbert a offert au musée, son extraordinaire collection de plus de 500 coiffes glanées hors Europe. Rien que pour cette expo, Lyon mérite une escale.

86 quai Perrache – 69002 Lyon

Jusque fin mars.

www.museedesconfluences.fr

 

SLEEPING STOPS

InterContinental Lyon, c’est l’événement, l’ouverture d’un 5-étoiles en lieu et place de l’hôtel-Dieu. Malgré toutes les contraintes imposées pour conserver l’âme des lieux, Jean- Philippe Nuel, architecte et décorateur, a une fois de plus tiré le meilleur du patrimoine. C’est superbe. 114 chambres à partir de 260 €.

20 quai Jules-Courmont – 69002 Lyon

www.intercontinental.com


Le Royal Lyon MGallery by Sofitel, sa situation avantageuse sur la place Bellecour, au coeur de la Presqu’île. Cinq-étoiles MGallery du groupe Accor, il cultive son histoire. Remis en scène par l’architecte Pierre Yves Rochon, un classique du genre. 72 chambres et suites à partir de 142 €.

20 place Bellecour, 69002 Lyon

04 78 37 57 31

www.lyonhotel-leroyal.com

 

ROYAUME ÉPICURIEN

Le Dôme, il n’a fallu que quelques semaines au Dôme, le bar de l’hôtel-Dieu, nouveau 5-étoiles, pour devenir le rendez-vous incontournable dès 18 heures. Succès mérité tant le lieu est spectaculaire et la carte des cocktails excellente, comme les chips maison offertes en amuse-bouche.

1 place de l’Hôpital – 69002 Lyon

À partir de 16 €

www.grand-hotel-dieu.com/fr/enseignes/le-dome.com


Artisan de la Truffe, installé au grand hôtel-Dieu, l’Artisan de la Truffe, c’est à la fois une table pour savourer ce champignon de l’entrée au dessert (mais oui) et pour acheter tous les produits où la truffe joue la vedette et ceux qui l’accompagnent. Noire ou blanche, on la croque, et ici on la trousse avec délicatesse.

7 rue Bellecordière – 69002 Lyon

04 78 68 03 87

Environ 30 €

www.artisandelatruffeparis.com

 

Publié dans Résidences Décoration numéro 150
Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Images : DR.

ESCAPADE À TORONTO : ON VOUS LIVRE LES BONNES ADRESSES DE CE NEW YORK À TAILLE HUMAINE

Ultra dynamique, la plus grande place financière  du Canada rayonne par sa créativité et sa diversité, au-delà de ses impressionnants buildings.

Gladstone House

Campée au bord du lac Ontario, Toronto peut s’enorgueillir d’avoir été élue ville la plus agréable au monde en 2015. Imaginez une rue où seraient parlés plus de cent cinquante langues et dialectes, un modèle réduit du monde où les communautés cohabitent sans se heurter ! En iroquois, Toronto signifie l’endroit où l’on se rencontre, et cette définition colle parfaitement à la peau de cette ville en fusion, de sa mosaïque de quartiers ethniques, de son paysage culinaire extrêmement étendu, avec ses six Chinatowns, sans parler de Little Iran, de Little India, du populaire Greekland, du branché Little Italy et… de la récente vague de restaurants syriens où de nombreux réfugiés essaiment leur savoureuse gastronomie, se concoctant un avenir loin de la guerre.

Une riche empreinte culturelle

Toronto pulse entre nature et gratte-ciel, XVIIIe et XXIe siècle. Un bouillon de culture qui s’exprime à ciel ouvert, à deux pas du 401 Richmond à Graffiti Alley, une ruelle d’environ 300 mètres située à l’ouest de la rue Spadina et au sud de la très branchée Queen Street West, où le street art a pris possession d’anciennes maisons victoriennes.

Plus loin, sur Dundas Street W, Frank O. Gehry fait danser la façade 1900 du Musée des beaux-arts de l’Ontario qui abrite quelque 66.000 œuvres dont des Picasso, des Rodin, des Van Gogh, des Warhol et la plus grande collection au monde de sculptures de Henry Moore. Terrain de jeu des meilleurs architectes.

Egalement,  la spectaculaire extension du Musée royal de l’Ontario, conçue par les architectes Daniel Libeskind et Bregman + Hamann Architects.

Nos coups de coeur ? Le travail de la designer de mode Sarra Tang à découvrir chez Hoi bo, les délices sucrés de Soma Chocolate Maker et la cuisine mexicaine d’El Catrin Destileria, aux murs bariolés de calaveras. N’oubliez pas de grimper en haut de la CN Tower, symbole visuel de Toronto, pour un café ou juste pour le point de vue vertigineux à 360 degrés.

Puis déjeunez au Kost, restaurant à l’ambiance très paceful, ouvert au 44e étage de l’hôtel Bisha, avec vue plongeante sur la CN Tower, justement. La carte imaginée par le chef Ben Heaton a des accents californiens ettwiste avec esprit saveurs exotiques et best-sellers de la cuisine nord-américaine.

Faites un tour à l’Aquarium Ripley, les dents de la mer en famille : le plus grand du Canada avec ses 12.500 mètres carrés de galeries et de bassins, et ses 5,7 millions de litres d’eau.

Allez au Kensington Market (près de Chinatown), quartier bohème, dénicher des pépites vintage entre fripes, bazars et bouis-bouis comme on les aime ! Prenez le temps de baguenauder une matinée au St. Lawrence Market, le marché d’Old York, pour son ambiance et ses produits alléchants. Et offrez-vous une pause sur les îles de Toronto, petits paradis nés après un ouragan, uniquement accessibles par ferry.

Enfin, pour terminer votre escapade en beauté, rendez-vous au village de Niagara-on-the-Lake à quelques kilomètres de la route des vins de la péninsule de Niagara. Cet endroit est resté figé au siècle dernier et c’est tant mieux. Balades en calèche, demeures cossues, pelouses impeccables, golf centenaire, même les devantures des boutiques participent à ce retour vers le passé. Une pause hors du temps sur la route des vins… du moderne Stratus Vineyards, certifié LEED (bâtiment à haute performance écologique), au Reif Estate Winery, l’un des plus anciens domaines de cette région, située sur la même latitude que la Bourgogne.

Si les vignes y poussent sur des sols riches en calcaire provenant d’anciens fonds marins exposés lors des périodes glaciaires, procurant une belle minéralité aux vins, la star est un jus ultra concentré, récolté dans l’obscurité de l’hiver… le Ice Wine. C’est le trésor de l’Ontario !

 

Publié dans Résidences Décoration n°150

 

Texte : Madeleine Jelstrupp – Photos : DR

Pur moment gourmand au brunch du Peninsula

Tous les dimanches de 11h30 à 14h30, Le Lobby du Peninsula accueille un brunch dominical sublime, tant en douceurs culinaires. De quoi passer un moment unique dans un cadre majestueux !

Il est l’un des brunchs les plus réputé de la capitale et se déroule dans le Lobby, grande salle à manger de l’hôtel connue pour ses hauts plafonds, ses panneaux en feuille d’or et son atmosphère Belle Époque.

Sélection de viennoiseries, sélection de fromages ou encore de mini sandwiches, le buffet est riche en gourmandises ! Vous pourrez y déguster salade de fuit, de quinoa, de pâtes… on aimerait bien tout goûter mais c’est mission impossible !

Et tous les premiers dimanches du mois, découvrez le « Spa Brunch » offrant un accès exclusif de 2 h à l’espace bien-être de l’hôtel !

Brunch dominical – 120 euros par personne avec un cocktail sans alcool, 60 euros pour les enfants de moins de douze ans et gratuit pour les enfants de moins de trois ans.

www.peninsula.com

Texte : Lou-Ann Heckel – Photos : DR

Passez une Saint-Valentin magique à l’Hôtel du Collectionneur

La Saint-Valentin est le moment rêvé pour profiter d’une échappée romantique à Paris. Diner aux chandelles, massages et nid d’amour, c’est le lieu idéal pour choyer votre moitié.

Cette année, l’Hôtel du Collectionneur célèbre le 14 février à travers différents rendez-vous : détente à deux, plaisir gustatif et parenthèse de bien-être, tout a été pensé pour vous faire vivre une soirée incroyable.

Le restaurant de l’hôtel vous propose une évasion culinaire avec un menu élaboré par les Chefs Joël Veyssière et Nicolas Amelin, en accord avec la Maison de Champagne Ruinart.

Un délicieux dessert « à cœur ouvert » pensé par Bryan Esposito mettra un point d’honneur à un dîner mélangeant mousse de homard au gingembre, raviole de langoustine à la sauge, veau du Piémont et son jeu textural de légumes racines… Un repas plein de surprises que vous n’êtes pas près d’oublier.

Dans le chalet de l’hôtel, bénéficiez d’une délicate pause gastronomique. Dégustez les délices du chef pâtissier lors d’un « Goûter des Amoureux » rythmé par des gourmandises spécialement conçues pour l’événement.

Pour un moment complice à deux, le spa Mosaïc by Cosmetic Hospital vous fait voyager dans une bulle de relaxation grâce à de nombreuses formules de soins duo. Douceur, quiétude et confort répondront présents. Le plus dur sera de choisir !

Enfin, pour une expérience complète et poétique, offrez-vous une nuit d’exception dans l’une des chambres ou suites de l’hôtel, élégamment décorées pour l’occasion.

Toutes les clefs d’une Saint-Valentin réussie et inoubliable avec l’Hôtel du Collectionneur !

Hôtel du Collectionneur Arc de Triomphe

51-57 rue de Courcelles, 75008 Paris. Tel : 01 58 36 67 00.

www.hotelducollectionneur.com

Texte : Lou-Ann Heckel – Photos : DR

La magie de Noël aux quatre coins du monde par les hôtels Peninsula

Le groupe hôtelier Peninsula attache une importance particulière aux traditions et notamment aux fêtes de fin d’année où partage et féerie seront au rendez-vous.

Le groupe Peninsula propose en cette période festive différentes activités afin d’enrichir votre séjour et passer un moment inoubliable rempli de bienveillance car Peninsula renverse une partie du montant à des associations caritatives ayant pour but de favoriser l’éducation des enfants.

Cette année, le thème est « Stories from the tree ». Retrouvez les contes de noël qui ont bercé de votre enfance tels que Casse-Noisette, Pain d’épices ou Rouge. Des majestueux sapins illuminent chaque hall d’hôtels et subliment les établissements du groupe.
Réchauffez-vous et détendez-vous aussi lors de leur Afternoon tea gourmand où les biscuits de noël vous feront replonger en enfance.

À Paris, partagez un moment convivial et gourmand en compagnie du chef pâtissier Dominique Costa. Vous réaliserez des recettes de noël que vous partagerez en famille.  Des séances de lecture de contes de Noël au pied du sapin vous seront proposées chaque week-end et mercredi pour parfaire la magie.Vous pourrez déguster de vin chaud, chocolat chaud et autres délices sur la terrasse décorée de belles et grandes boules de Noël ou vous réfugiez dans des igloos.

Afin d’aider les enfants défavorisés, en plus de la somme reversée grâce aux activités, le Groupe Hôtelier, vous permet de télécharger l’aventure de Casse-noisette.

En clin d’œil à ce geste, deux grands Casse-noisette en bois de 2 mètres de hauteur surveillent le calendrier de l’avent de l’hôtel, où vous aurez la possibilité de recevoir des surprises chaque jour dans ce lieu féerique !

The Peninsula Paris 19 avenue Kléber, 75116 Paris,
leawu@peninsula.com

 

Texte : Axelle Amiot – Photo : DR

Des terrasses qui réchauffent l’atmosphère

Quand le froid est au rendez-vous, les terrasses réchauffent l’atmosphère avec convivialité en vous proposant une cuisine qui se veut généreuse et familiale. Voici une sélection qui ne manquera pas de vous faire passer un moment chaleureux en cette période hivernale.

 

Le Roche Hôtel et sa terrasse Chatka

Le Roch Hôtel mêle chic et discrétion dans une atmosphère cosy, pour transformer sa terrasse en une escale slave. Ouverte jusqu’au 22 février sur le jardin suspendu de l’hôtel, elle arbore un aménagement aux couleurs et formes des poupées russes, avec un style contemporain et une ambiance cocooning. Constituée d’une cabane slave et d’une forêt de bouleaux et sapins, elle est le lieu idéal pour se retrouver autour d’un bon dîner. Un refuge hivernal, où le chef Rémy Béred, vous accueillera avec une cuisine de partage. Promu du guide Michelin 2018 de 2 fourchettes, il s’adonne à l’art du mélange pour vous offrir un délicieux voyage culinaire.

28 rue Saint-Roch 75001 Paris.

 

L’intercontinental Marseille Hôtel Dieu et son Bar d’altitude 26.16

Ce refuge chic et douillet proposera, durant tout l’hiver, une carte spéciale sur sa grandiose terrasse face à la Bonne-Mère. À partir du 2 décembre, il vous attend sur un espace de 750 m2 recouvert de sapins, des chalets en bois alpin, en partenariat avec Les Orres, station de ski des Alpes Sud. Des panneaux de ski et des animaux en bois face à une Notre-Dame-de-la-Garde étoffent un décor rétro et naturel dans une ambiance de montagne et de sport d’hiver. Du mardi au samedi soir, Le chef étoilé Lionel Levy et le chef barman Xavier Gilly vous invitent à découvrir leur menu hivernal.

1 Place Daviel, 13002 Marseille.

 

Le Trianon Palace Versailles avec sa terrasse Beluga Time 6 O’clock

Pour célébrer la noblesse et l’artisanat russe, l’hôtel Trianon Place Versailles s’associe à la célèbre vodka Beluga sur sa terrasse d’hiver. Alliant l’expertise des chefs et la créativité du barman du Waldorf Astoria, le Trianon propose ses bouchées accompagnées de cocktails autour de la vodka Beluga, où les références de la Russie y seront représentées jusqu’au 15 mars 2019.

1 Boulevard de la Reine, 78000 Versailles

 

Le royal Monceau et sa terrasse Arctic. 

Jusqu’au 14 février, un vent venu tout droit du pôle nord souffle sur le Royal Monceau, ou une ambiance givrée vous attend. Vous y rencontrerez de la glace en abondance agrémentée d’arbres et d’igloos. Une expérience œnologique vous sera proposée par la prestigieuse cuvée MCII de Moët et Chandon. Un champagne qui accompagnera les créations des différents Chefs. Vous aurez aussi la possibilité de déguster les tapas d’hiver, réalisés à partir de caviar ou encore de truffe, qui sauront séduire votre palais.

37 Avenue Hoche, 75008 Paris

 

Le Park Hyatt Paris-Vendome et son Chalet d’hiver. 

Pour la période des fêtes, le Park Hyatt Paris-Vendôme vous invite dans son nouveau chalet d’hiver. Jusqu’au 15 mars 2019, ce refuge intimiste, contemporain et chaleureux vous plonge dans un véritable décor montagnard. Lieu idéal pour un voyage dans le temps grâce au partenariat exclusif avec la maison d’horlogerie suisse IWC Schaffhausen. Le chef, Jean-François Rouquette vous invite à déguster sa fameuse Raclette Montagnarde aux allures luxueuses afin de régaler les plus gourmands d’entre vous, surtout si vous aimez la truffe … Pour terminer sur une touche sucrée, une douceur glacée et acidulée vous sera proposée par le chef Pâtissier Jimmy Mornet. Des 16 h, ce sont les boissons chaudes, telles que le vin ou le chocolat, accompagnées de petits délices, qui se bousculent pour vous réchauffer.

5 Rue de la Paix, 75002 Paris

 

Le Chalet d’Hiver Belvédère sur la Terrasse de la table du Huit, à l’Hôtel la Maison Champs-Elysées. 

Lorsque l’hiver s’installe, l’Hôtel la Maison Champs-Elysées vous offre un moment intimiste et chaleureux. Le chalet d’hiver Belvédère nichée sur la terrasse cachée aux cotés de la table du Huit, est idéal pour se retrouver autour d’un dîner. Pour bien vous réchauffer, le chef Nicolas PISU vous prépare un excellent repas montagnard. Appel à tous les amateurs de raclettes, tartiflettes, fondues … Ce chalet est fait pour vous. Et pour accompagner un délicieux repas comme celui-ci, de fabuleux cocktails Belvedere vous sont proposés jusqu’aux beaux jours 2019.

8 rue Jean Goujon 75008 Paris.

 

Texte : Axelle Amiot – Photos : DR

La gastronomie catalane s’invite au Mandarin Oriental à Paris

Le talentueux Raül Balam s’invite chez Thierry Marx (deux étoiles au Michelin). Au programme, un échange gastronomique hors normes entre le Mandarin Oriental barcelonais et le palace de la rue du Faubourg Saint-Honoré.

Fils et élève de la prestigieuse Carme Ruscalleda, dont la cuisine catalane traditionnelle et authentique a accroché une ribambelle d’étoiles, dont celles de Moments, la table doublement étoilée du Mandarin Oriental de Barcelone. Raül Balam excelle dans la ré-interprétation légère. Toujours guidé par une thématique insolite : l’opéra, le cinéma, Paris ou encore le Japon…

Cette semaine, il sera aux fourneaux du Camélia… Au menu, des produits frais et de saison, de son village d’origine, Sant Pol de Mar.

 

Pour cette dégustation gastronomique, deux propositions :

  • Un menu dégustation pour 140 euros avec des plats signatures du fameux restaurant Moments, au Camélia.

La Barcelona Sant Pol de Mar,

un pain croustillant aux anchois marinés, assaisonné de fraise et tomate en vinaigrette ;

Le magicien d’Oz,

un rouget accompagné de polenta et d’aji jaune ;

La pluma ibérique snackée,

une purée de champignons et shiitake en tempura ;

Le chocolat olives Aragon,

des olives en textures et pain toasté.

  • Une dégustation de tapas catalans au Bar 8 du Mandarin Oriental, Paris.

Une sélection gastronomique et incontournable comme le Ceviche à la catalane, les Croquetas de jambon ibérique, pour 20 euros, accompagné d’une “Clear Sangria”, spécialité pour l’événement, pour 27 euros.

 

Du 12 au 16 novembre pour la semaine gastronomique catalane au Mandarin Oriental, Paris.

Renseignements et réservations au 01 70 98 74 00 ou par mail mopar-restauration@mohg.com

 

 

Texte : Axelle Amiot – Photos : DR

L’hôtel Bowmann, l’adresse chic de Paris

Réalisé par Laurent Maugoust, l’hôtel Bowmann est situé tout près du Parc Monceau, dans un bâtiment Haussmannien typiquement Parisien.L’hôtel Bowmann est un mélange de styles. Du classique style Louis XVI au design moderne des pièces réalisées par Laurent Maugoust, l’hôtel témoigne d’une élégance intemporelle, tout en finesse.Dans une volonté d’excellence, Laurent Maugoust a su s’entourer du plus grand des savoir-faire : mobilier réalisé sur mesure par Ecart International, Les Héritiers et Roche-Bobois, tapis de Toulemonde Bochart, pièces de design siglées Knoll, appareillages électriques de Meljac. Un gage de qualité pour cet hôtel cinq-étoiles.

Un hôtel raffiné qui offre l’une des plus belles vues de Paris avec la Suite Bowmann d’une superficie de 100 m². Un lieu idyllique pour un séjour hors normes.C’est avec le Bar et Le Restaurant 99 Haussmann, que l’hôtel Bowmann finit de nous conquérir. Dans un cadre lumineux et intimiste, le restaurant propose à ses hôtes un jardin propice à la détente, un cocon de bien-être loin du tumulte de la capitale…

Hôtel Bowmann

99 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

Tél : 01 40 08 00 10

www.hotelbowmannparis.com

 

Texte : Marie Cornalba – Photos : D.R

FIAC 2018 : Galerie Maeght x The Peninsula Paris

The Peninsula Paris ouvre ses portes à l’occasion de la FIAC 2018. Une collaboration haute en couleur avec la Galerie Maeght…

Marco Del Re, Museo borghese et citrons, 2012, Huile sur toile, 160 x 200 cm ©Galerie Maeght

 

Spécialisée dans l’art moderne et contemporain, la Galerie Maeght sera à partir du 17 octobre prochain l’hôte du Peninsula Paris, avec une exposition de l’artiste Marco Del Re intitulée : “Galerie Maeght hors les murs”.

Artiste italien pluridisciplinaire, Marco Del Re est tantôt peintre, tantôt graveur ou photographe. Un homme qui rend hommage à l’Histoire de l’art au travers de ses oeuvres colorées et pleines de sens. Pour lui, les toiles exposées au Peninsula Paris sont un voyage à travers diverses époques, entre tradition classique et moderne.

Marco Del Re, Oedipe I, Huile sur toile, 2012, 200 x 160 cm ©Galerie Maeght

 

Ce n’est pas la première fois que le Peninsula Paris accueille des évènements artistiques. La collaboration entre l’hôtel et la galerie d’art a donc été comme une évidence, une volonté de mettre à l’honneur l’art sous toutes ses formes.

Exposition “Galerie Maeght hors les murs”

Du 17 octobre au 20 novembre 2018

The Peninsula Paris – 19 Avenue Kléber, 75116 Paris

 

Texte : Marie Cornalba – Photos : D.R

Un havre de paix au coeur des Champs-Elysées…

Incarnant le concept de maison particulière, le Lancaster fait régner un charme d’antan sur la Capitale française…Avec 45 chambres, 11 suites, et une toute nouvelle décoration, l’hôtel Lancaster prend des airs de boudoir intimiste qui invite à l’évasion, en retrait de l’agitation parisienne. Entre collection d’antiquités, meubles, et tableaux totalement redistribués, les matériaux se mettent au service du confort et de l’élégance. C’est un juste équilibre entre classique et contemporain qui émane des espaces harmonieux de l’hôtel jonglant sur le velours, le bois, et le cuir, délicatement mêlés au nickel et au verre. Chaque chambre possède son atmosphère mise en valeur par sa gamme chromatique: parme, bleu, bronze ou champagne.Monsieur, le restaurant du Lancaster, conserve lui aussi un classicisme épuré et plonge ses hôtes dans une ambiance chaleureuse et familiale. Il vous amène d’ailleurs à la découverte des régions françaises en vous proposant de goûter à l’authenticité de chacune d’entre elles, tous les mois. D’autant plus qu’il s’accompagne de Madame, ou plutôt Marlène ! Le bar s’ouvrant sur le jardin intérieur, véritable point névralgique du Lancaster, où la convivialité est au rendez vous.

Tandis que la verrière met en lumière l’espace idéal pour se détendre tout en savourant un cocktail inédit, le patio, lui, est le lieu rêvé pour savourer un snack au calme des Champs-Élysées, là où chant des oiseaux et eau ruisselante de la fontaine s’entremêlent…

Hotel Lancaster

7 Rue de Berri,

75008 Paris

01 40 76 40 76

hotel-lancaster.com

 

Texte: Kim Partouche – Images: DR