Cabana Oitis, une maison de week-end au milieu des sentiers de Nova Lima

Dans la ville de Nova Lima, les architectes Marcos franchini et Nattalia Bom Conselho ont conçu Cabana Oitis, une maison de week-end pour couple au milieu des montagnes.

Au milieu des sentiers, la nature entoure Cabana Oitis, on peut l’observer des balcons.

Le bâtiment s’ouvre sur les montagnes, au lieu de s’ouvrir sur la rue, créant un espace très confortable et intime.
Le plan en rectangle, permet d’optimiser le temps de construction et de montage. Les architectes ont choisi une structure en acier et en béton, car il y a une grande production dans la région et beaucoup de roches dans le terrain naturel.

La façade du bâtiment a un revêtement en bois brûlé et des portes en acier. Enfin, des panneaux coulissants en tissu bordent les balcons pour le protéger des vents.

Architectes : Marcos Franchini et Nattalia Bom Conselho, avec la collaboration d’Amanda Castilho, João Pedro Facury, José Henrique Paiva et Thomáz Marcatto

www.mfranchini.com
Brésil

Images : Amanda Castilho

Hydropolis, Designer et spécialiste de l’aménagement de votre espace bains haut de gamme !

Hydropolis, c’est avant tout une équipe passionnée par l’architecture, la décoration et le design. Les beaux projets les inspirent et ils sont exigeants dans le choix des produits et les marques avec lesquelles ils travaillent.
Chaque projet est unique et envisagé dans son ensemble.  Les clients bénéficient de toute l’expertise de leur architecte designer d’intérieur et de leurs concepteurs de projets.  Ils inspirent, sélectionnent et accompagnent, les clients dans chacune des étapes de leur projet pour un résultat sur-mesure et à leur image.
Partagez-leur votre projet, vos envies, vos idées et laissez-vous inspirer…
Plus d’infos www.hydropolis.fr
Suivez-les :
Instagram : @hydropolis_bathrooms
Pinterest : @hydropolis_bathrooms
2 showrooms :
AVIGNON
77, Route de Lyon
84000
Tél. 04.90.80.04.80
SAINTE-MAXIME
250, Route Plan de la Tour
83120
Tél. 04.90.80.75.84
Images : Hydropolis

TRABECO, LEUR MAISON FACE À LA MER

Laurence et son mari voulaient voir la mer. Ils ont jeté leur dévolu sur la charmante commune de Pornic, en Loire-Atlantique où TRABECO a travaillé d’arrache-pied pour construire la maison de leurs rêves.

Spacieux et lumineux avec ses grandes baies vitrées, le séjour est le lieu de ralliement pour toute la famille. Sa vue panoramique offre un spectacle permanent sur les eaux scintillantes de l’Atlantique et incite à « ne pas avoir d’autres envies que de regarder la mer ».

En parcourant la région de Pornic et son potentiel illimité, Laurence et Bernard ont eu le déclic. Le casino, la thalasso et le sentier des Douaniers, qui s’étend sur 45 km de côte et dévoile ses plus belles villas du début du XIXème siècle, les ont séduits au premier regard. Le couple décide de s’offrir, ainsi qu’à leurs trois enfants, une nouvelle résidence principale. Pour réaliser leurs rêves, Laurence et Bernard font appel à Bruno Pleuchot, directeur de TRABECO Loire-Atlantique (Maisons DREAN), qui leur parle d’un terrain disponible sur la côte de Jade, à une centaine de mètres audessus du ravissant chemin des Douaniers. Le constructeur se lance dans un projet d’envergure où il prend soin de réaliser l’ensemble de leurs souhaits : une maison confortable et lumineuse en toutes saisons avec vue sur la mer depuis toutes les pièces.

Aller au bout de ses rêves
La première étape se joue dans la complexité du terrain en pente et tout en longueur. L’inclinaison de la parcelle ne facilite pas le travail des équipes qui ont tout fait pour optimiser l’emplacement et garantir une vue d’ensemble sur l’océan Atlantique. Afin d’intégrer la maison dans l’esprit architectural des villas pornicaises du début du XXème siècle, un soin particulier a été apporté aux débords de toit, au balcon et aux briques d’angle intégrées à la façade. Pendant toute la durée du chantier, Laurence se montre optimiste et déterminée. Elle opte pour des fenêtres basses dans sa chambre pour admirer la mer depuis son lit et demande à ouvrir la cuisine
pour contempler l’océan en toute circonstance. Le cellier, elle exige qu’on le dissimule à proximité de la cuisine et souhaite un emplacement précis pour le piano de son mari. Elle pense même à faire construire un studio à l’arrière de la maison, qu’elle compte louer quand les enfants seront partis.

Entre tradition et modernité
Après 18 mois de travaux, le résultat est époustouflant : une maison de 155 mètres carrés composée de 4 chambres d’environ 13 mètres carrés chacune, de 2 salles de bains (une par étage), d’un dressing, d’une grande pièce de vie de presque 40 mètres carrés et d’une cuisine prolongée d’une grande terrasse de plus de 47 mètres
carrés. Dans le respect de la RT2012 (Règlementation Thermique), la bâtisse aux allures 1900 assure tout le confort d’aujourd’hui. Aérothermie, pompes à chaleur, chauffage au sol, eau chaude sanitaire… TRABECO a pensé à tout ! Cette maison contemporaine signée TRABECO, réalisée main dans la main avec les propriétaires,  les services locaux d’urbanisme et les partenaires industriels a permis d’atteindre une parfaite intégration dans le paysage pornicais sur la côte de Jade. TRABECO 44 (Maisons DREAN) a été primé pour cette réalisation « Médaille d’or 2020 » au Challenge de l’Habitat Innovant du syndicat national LCA-FFB en novembre 2019 à Chypre.

Dans l’écrin naturel d’un site surplombant l’océan Atlantique, à quelques pas du célèbre chemin des Douaniers, une maison au style architectural pornicais du début du XXème siècle conjugue avec élégance tradition et modernité. Une réalisation Maisons DREAN qui signe le savoir-faire et les exigences du constructeur Trabeco.

www.trabeco.fr

 

Texte : Charlotte Engel – Images : presse.

Publié dans Résidences Décoration n°152.

Hôtel Cour des Vosges, un hôtel particulier réaménagé

Quatrième opus du groupe Evok à Paris, cet hôtel de poche, 12 chambres et suites, ouvre sur la place des Vosges, inchangée depuis 1612 avec, en son centre, le square Louis XIII. Défi et prouesse pour aménager cet hôtel particulier classé depuis 1954 au répertoire des Monuments historiques.

Signée Lecoadic-Scotto, la décoration mixe mobilier classique et contemporain en dégradés de couleurs sourdes s’accordant aux boiseries d’époque. Les poutres d’origine, XVIIe siècle, ont retrouvé leur superbe.

Sise au 19, Place des Vosges, dite aussi Place Royale, cette magnifique bâtisse du XVIIe siècle, acquise en 1654 par le marquis de Montbrun, qui lui donna son nom, devenue ensuite Maison du Grand Henry puis hôtel de Feydeau de Marville, connut, il y a quelques années, un sort peu enviable. Son dernier propriétaire, américain, séjournait peu dans son pied-à-terre parisien, posant du linoléum sur les tomettes en terre cuite et les parquets en chêne, accrochant des néons sur les faux plafonds en plâtre.

Presque ruiné, l’hôtel avait perdu sa grâce. « En visitant les lieux la première fois, son état nous a bouleversés, se souvient Yann Le Coadic, de l’agence Lecoadic Scotto, en charge du projet. Quand nous avons ôté le plâtre, le plafond peint à la française et quasi intact, nous a réconfortés et guidé notre réflexion. » Autant dire que, sous l’oeil expert de l’architecte des monuments de Paris, sa rénovation fut plus que complexe pour respecter les codes de l’époque et redonner son aura au grand blessé. « Impossible de modifier les plans, l’enfilade des pièces, les escaliers, obligation de traiter avec déférence les poutres ornées de frises. Mais le jeu en valait la chandelle, assure Emmanuel Sauvage, directeur général du Groupe Evok. Cour des Vosges est le seul hôtel dont toutes les chambres, sans exception, dévoilent entièrement la place. Vous imaginez l’émerveillement et le plaisir de nos hôtes, étrangers en particulier. »

Les douzes chambres, coiffées de poutres, par leur situation, leur disposition, essaimées le long des couloirs plus ou moins sinueux, offrent un air de ressemblance mais avec des « accidents » les personnalisant. « Lorsqu’on restaure un lieu si symbolique, chaque détail compte. Ainsi l’architecte des bâtiments de France nous a autorisés à rafraîchir les dessins des poutres mais non à refaire à l’identique, ceux effacés, pour conserver les marques du temps. Trois siècles d’Histoire se lisent entre ses murs. C’était important de ne pas les gommer », raconte Emmanuel Sauvage.

12 chambres et suites, à partir de 500 € et jusqu’à 3000 €. Nos préférées : la 303 avec baignoire donnant sur la place et la 401, mansardée, style studio.

Hôtel Cour des Vosges
19 Place des Vosges, 75004 Paris
+33 01 42 50 30 30
Réserver

Publié dans Résidences Décoration numéro 150
Par Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Photos Guillaume de Laubier

 

Dekton® by Cosentino équipe le restaurant Pavyllon de Yannick Alléno

Le chef français triplement étoilé au guide MICHELIN France 2020 Yannick Alléno ouvre au rez-de-jardin du Pavillon Ledoyen (Paris), un nouvel espace de restauration : Pavyllon. Située à proximité des Champs-Élysées, cette troisième offre du chef est un comptoir gastronomique totalement ouvert sur la cuisine et équipée en Dekton® by Cosentino.

Les convives sont aux premières loges pour observer le ballet des cuisiniers et l’exécution d’une cuisine-minute où les influences françaises se mêlent à d’autres traditions culinaires. Une trentaine de places installées sur un comptoir en avant-scène, permettent d’assister à l’élaboration des plats. La cuisine a été conçue dans les moindres détails pour permettre à la brigade et aux gourmets, d’évoluer dans ce cadre exceptionnel.Yannick Alléno a travaillé main dans la main avec l’architecte d’intérieur Chahan Minassian, adepte d’un style à la fois luxueux et raffiné, attentif aux jeux de matières et de textures. L’architecte, qui a signé plusieurs espaces de l’Hôtel Crillon et de nombreuses résidences dans le monde, a donc imaginé un comptoir en bois métallisé patiné bronze dont il prolonge la ligne grâce à un jeu de miroirs colorés. Ce comptoir enveloppe la cuisine, élément central du lieu où se déroule la mise en scène des plats, sur les surfaces ultra compactes Dekton® by Cosentino, coloris Galema, d’une épaisseur de 2 cm.

Comme un subtil rappel de la nature qui entoure le restaurant, Chahan Minassian allie à la perfection les matières, à l’instar du velours et du daim pour les sièges, des panneaux en boiseries de chêne cérusé aux murs, créant un contraste entre le feutré et le brillant, avec une coloration douce dans des tonalités de gris-vert. Une attention particulière a été portée à tous les détails, créant une harmonie qui rend plus attentif et plus réceptif à la dégustation, à la convivialité.

Dekton® présente plusieurs caractéristiques techniques remarquables en termes de résistance aux UV, aux rayures, aux salissures, aux chocs thermiques, sans oublier une très faible porosité. C’est le matériau idéal pour une cuisine de chef, nécessitant peu d’entretien, tout en conservant une esthétique épurée, propre aux cuisines professionnelles.

www.cosentino.com

Images : DR.

 

Jardin anglais: une maison atypique au coeur de Paris

Au coeur du IXe arrondissement, l’agence NOOOR a habillé d’élégance et de gaieté, une maison atypique ouvrant sur un jardin en sous-sol, visible de la rue, si caractéristique des demeures londoniennes. Havre serein et lumineux.

Esprit d’équipe. Les piliers de l’agence NOOOR prennent la pose devant des objets qu’ils ont glanés et aiment. Devant : Séverine Rebout et Augustin Le Claire, derrière : Laurent Klein et Philippe Tasso. Deux stagiaires les secondent efficacement.

NOOOR, déclinaison de Noor en arabe signifiant lumière mais avec trois O pour désigner les créateurs de ce studio de décoration d’intérieur : Philippe Tasso, Laurent Klein, Séverine Rebout. Augustin Le Claire, le dernier, les a rejoints plus tard apportant son regard plus actuel. « Nous sommes complémentaires et nous battons pour que la couleur triomphe et que nos clients osent sortir du taupe, du blanc, du gris Dior, sans craindre une faute de goût. Les gens ont souvent peur du regard des autres », affirme Philippe Tasso. « Nous respectons leurs désirs mais notre but est de leur montrer qu’il n’existe aucune limite, hormis leurs rêves et leur budget. Ainsi nous avons beaucoup discuté avec les propriétaires de cette maison atypique de 220 m2, rue La Rochefoucauld, dans le IXe arrondissement de Paris, avec une partie en rez-de-chaussée et une partie en soussol ouvrant sur un jardin anglais. Quand on acquiert ce type de bien original c’est qu’on est audacieux. Nous avons convaincu le couple, elle coach sportif, lui homme d’affaires, que les teintes vives apportaient davantage de luminosité, de gaîté que le blanc. »

La cuisine italienne Poliform a été conçue comme une pièce à vivre au quotidien. Le fauteuil Silvera recouvert de velours Dedar fait la jonction avec le living-room.
Salle à manger située au rez-de-chaussée avec, en son centre, l’incontournable Tulip de Knoll et ses sièges que possédaient déjà les propriétaires. Papier peint Silkbird gold de Dedar évoquant les paravents de Coromandel. L’or apporte beaucoup de lumière. Etagère en plexiglas et laiton, dégottée chez un antiquaire, rue Saint- Georges. Elle joue les cabinets de curiosités pour exposer la collection de coraux et de coquillages. Parquet en chêne.

 

Dans le salon, papier Feuilles d’or d’Elitis et canapé des années 70, chiné chez un antiquaire de l’île Saint-Louis.

 

Le fameux jardin anglais avec un baby-foot extérieur vintage.

Ne pas trahir l’histoire

Dans cette maison, l’élément essentiel était le jardin anglais, une exception à Paris et les structures métalliques. NOOOR est parti de cet espace de verdure pour composer une demeure urbaine et champêtre. De grandes baies capturent la lumière et la végétation. On imagine mal lorsque l’on vit dans ces pièces être à deux pas de la turbulente Pigalle et de rues encombrées par les voitures. Le calme s’impose avec son flegme tout britannique. « C’est l’un des intérêts de l’architecture d’intérieur de continuer à écrire les chapitres de biens existants. Et rêver de projets fous. J’aimerais redécorer un train mythique ou sauver des ruines le fabuleux hôtel perché dans la montagne libanaise qui m’avait inspiré mon mémoire », confie nostalgique Philippe Tasso dont le coeur est un peu resté dans son pays. « Moi, renchérit Laurent Klein, je rêve de réaliser une maison style Madeleine Castaing, la grande décoratrice du milieu du XXe siècle, avec ses codes, verrières, vérandas, couleurs franches, tapisseries très présentes. Et une si belle élégance. »

Publié dans Résidences Décoration numéro 150

NOOOR
Architecte d’intérieur
www.nooor.fr

Texte : Anne-Marie Cattelain-Le Dû – Images : Agathe Tissier.

Scavolini, marque ambassadrice de l’excellence italienne arrive enfin à Paris !

Scavolini Store Paris XVII est un nouveau concept qui allie la quintessence de l’esprit Scavolini, référence du savoir-faire et du design transalpin, à l’élégance parisienne.

Depuis plus de 50 ans, Scavolini est une référence pour la qualité et la fiabilité de ses produits – comme en témoigne l’obtention en 2018 de la certification Made in Italy – qui confirme son rôle de marque ambassadrice du style et de l’excellence italiens dans le monde.

Après l’ouverture de sa filiale française en 2019, Scavolini poursuit son expansion et ouvre enfin à Paris deux premiers points de vente exclusifs : Scavolini Store Paris XVII.

Les deux Scavolini Store, distants d’à peine 400 mètres l’un de l’autre, situés entre l’Etoile et la place des Ternes, proposent un accompagnement personnalisé en matière d’architecture d’intérieur : cuisine, salle de bains, salon, dressing, accessoires…

Dirigé par Thierry et David Atthar, spécialistes de l’aménagement haut de gamme, Scavolini Store Paris XVII propose une prestation de décoration globale orchestrée par des architectes d’intérieur expérimentés ayant à cœur le goût du Bel ouvrage et la satisfaction de leurs clients.

 

CÔTÉ CUISINE

Mia by Carlo Cracco

Dès l’entrée, se tient l’emblématique cuisine MIA by Carlo Cracco. Mia est l’interprétation domestique de la cuisine professionnelle imaginée par le chef étoilé italien Carlo Cracco.

Elle se compose d’un spectaculaire îlot monobloc en acier foncé qui accueille l’espace de lavage, de coupage et de cuisson. Il est recouvert d’un plan de travail en granit naturel Ice Blue (Sensa by Cosentino). La cuisine intègre des fonctionnalités dignes de grands chefs : fonction marinade, lampe chauffante, planche à découper intégrée…

Au-dessus, se tient un immense vaisselier suspendu, en aluminium finition acier foncé et en verre Stopsol clair, intégrant la hode. Derrière l’îlot, se trouvent les armoires de rangement en Biomalta Argile Delhi avec des vitrines pliantes au cadre aluminium finition acier foncé et verre Stopsol clair destinées au rangement des petits électroménagers.

Espace Diesel Living
Scavolini s’est associé à la marque italienne de mode Diesel pour développer deux gammes de cuisines: Diesel Social Kitchen et Diesel Open Workshop.

Diesel Social Kitchen, célèbre la convivialité de la cuisine. Un espace intelligent et ergonomique qui surprend par son design mais aussi par la recherche et la qualité des matériaux. La composition linéaire avec zone de cuisson et lavage est habillée de portes en chêne noueux Ruxe Wood et d’un plan en acier Drip Metal. Au mur, le somptueux carrelage Iris Green Liquid, fruit de la collaboration entre Diesel Living et Iris Ceramica.

 

CÔTÉ BAIN

Espace Diesel Open Worshop, by Diesel Living

La nouvelle collaboration Scavolini et Diesel Living d’inspiration industrielle minimaliste. Diesel Open
Workshop est un concept urbain, à l’esprit résolument contemporain et haut de gamme qui mélange
des tons chauds, des couleurs foncées et des matériaux mats unis à de grandes surfaces à effet miroir et
des volumes métalliques. La console lavabo est associée à une petite console de maquillage.

La console lavabo comporte des détails signatures du côté industriel imaginé par Diesel Living: des
plaques angulaires avec des goujons finition bronze et une texture effet « réticulaire ». La console est
composée d’un double jeu de contraste entre les lignes arrondies de la vasque et la structure
géométrique des équerres en acier à laquelle s’ajoute une opposition entre le blanc en Mineralmarmo de
la vasque et le plan en marbre Nero Marquinia.
Les meubles bas pour lavabo, présentés ici en finition Laqué mat Noir Ardoise, sont complétés par un
autre élément esthétique à forte connotation du modèle : le tube porte-servie des finition Bronze, c’est-à-dire
la structure de l’élément du système Stock Rack réinterprétée, pivotante, pour de nouveaux usages.

Espace GYM SPACE, design Mattia Pareschi

Le projet Gym Space redessine les éléments typiques de l’ameublement de salle de bains en les combinant de façon magistrale avec une structure murale dédiée à l’activité physique, invitant l’espace fitness dans le quotidien et proposant ainsi un nouveau concept de bien-être.

Cet espace se compose d’un meuble suspendu Aquo, coloris gris clair finition mate avec un plan en verregris clair brillant et une vasque posée en Minélalmarmo noir. Espalier Gym Space avec miroir et lampe LED. Armoire suspendue finition gris clair mat. Porte-serviettes Scavolini en acier.

De l’autre côté, on trouve deux espaliers – Salle de sport Gym Space – avec banc de gym et barres de traction.
Cabine de douche avec profilés en argent brillant et parois en verre Extra light. Receveur Lifestone blanc lisse. Mur de la douche en panneaux de carrelage grande taille Iris Ceramica finition Onyx.

Espace Tratto, design Vuesse

Le savant jeu de couleurs et de matières, associé aux lignes géométriques, apporte un caractère inédit à la nouvelle collection de salle de bains Tratto dessinée par Vuesse, enrichie par des accessoires précieux.

La particularité de la collection : la porte avec le profil de la poignée intégrée pour une prise de main plus confortable.

La collection Scavolini est également complétée par le design essentiel de Line System : une structure modulable grâce à des dosserets et des profils intercalés à laquelle il est possible d’accrocher des objets en tôle fine finition acier foncé comme des bacs de rangement, des étagères, des éléments ouverts et des crochets qui décorent l’espace, rappelant fortement la crédence du modèle Mia pour la cuisine.

Meuble suspendu avec portes laquées Gris fer mat et plan en Grès Pietra d’Iseo Ceppo (ép.3 cm). Robinetterie Scavolini et Miroir Ikon rétro-éclairé.

 

SCAVOLINI STORE PARIS XVII

Cuisine / dressing – 14, Avenue Niel – 75017 Paris

Salle de Bains / Aménagement – 12 Bis, Avenue Mac-Mahon – 75017 Paris

Tel : 01 47 64 01 01

E-mail : contact@parisXVII.scavolinistore.net

www.parisXVII.scavolinistore.net

 

Images : Lola moser.

Des canapés pour toutes nos envies !

Bien-être, confort et convivialité sont les maîtres mots de cet automne-hiver. Les formes se font plus rondes, les tissus plus doux, l’agencement plus modulable… Une invitation à la discussion et au partage.

Cinna, constituée d’une chauffeuse, d’un diabolo et d’un pouf, la collection Saparella est une réédition d’un modèle créé par Michel Ducaroy dans les années 60. Mobilier cocon et modulable au gré des envies, il invite à la détente.

A partir de 2050 €

Indémodable et confortable, Maillol, le modèle iconique de la maison Duvivier Canapés, se marie avec toutes les décorations d’intérieur. Best-seller, il est aujourd’hui revisité en wax (prix sur demande).Apple, c’est le tout nouveau canapé de chez Mobilier de France. Avec son design tout en rondeurs et sa mousse bidensité, on a tout de suite envie de s’y lover. Le plus ? Il offre un petit côté vintage à votre salon (1290 €).

 

Ligne Roset a fait appel à Philippe Nigro pour dessiner Confluences 2. Ce canapé atypique plaira aux avant-gardistes toujours à la recherche de la différence et de la créativité. Avec son design radical, il offre une liberté de posture inédite avec des possibilités infinies de configurations à la fois colorées et débridées. Comme un puzzle, il s’imbrique pour former une pièce unique (à partir de 3700 €).

Dessiné par Hans Hopfer en 1981, le canapé Informel s’offre aujourd’hui un petit lifting. De nouvelles couleurs pétillantes et acidulées viennent moderniser ce modèle iconique de Roche Bobois. Informelle, toujours aussi actuelle, c’est une pièce parfaite pour rehausser un intérieur et lui donner du peps (à partir de 2690 €).

Babette Mourlon Beernaert, de chez PH collection, voit toujours les choses en grand. Ce canapé Nelson ne déroge pas à la règle. De forme arrondie, Nelson attire immédiatement l’oeil et remplit l’espace, parfait pour ceux qui aiment se réunir autour d’un verre (à partir de 5112 €).

Avec You sofa, le designer Luca Nichetto livre une vision décontractée et accueillante du canapé. Perché sur un fin piétement d’acier, ce canapé propose de nombreuses finitions, que ce soit en termes de matériaux, de coloris et se décline dans une version fauteuil (à partir de 4514 €, Coedition).

Dès le premier regard, Delta évoque la douceur. Ce canapé ultra confortable avec ses coussins moelleux vient s’ajouter à la collection Bensen et apporter sa touche de fraîcheur. Doté de nombreuses finitions et de différentes tailles de coussins, sa grande flexibilité laisse place à votre créativité (à partir de 3000 €, Silvera).

Publié dans Résidences Décoration numéro 150

Texte : Margaux Dalbavie – Images : DR.

L’ÉLOGE DE LA LUMIÈRE : LES DERNIÈRES IDÉES LUMINEUSES DES DESIGNERS

Poétiques, techniques et plus écologiques, les luminaires jouent un rôle central dans nos intérieurs, métamorphosant un mur, illuminant nos pièces. Pleins feux sur les modèles les plus tendance…

JACK O’LANTERN X BROKIS

La designer Lucie Koldova a créé Jack o’Lantern, une sentinelle du soir et de la nuit, composée d’un cadre en métal qui sertit une perle lumineuse, placée à l’intérieur (1584 €, Brokis).

ARTEMIDE X VOLTEX

Inventée par Ernesto Gismondi, la famille Discovery, récompensée par le Compasso d’oro 2018, continue de s’agrandir. Disponible en trois diamètres et en version murale avec une lumière à intensité réglable, ce luminaire n’envahit pas l’espace, il prend du volume lorsqu’il est éclairé (à partir de 1152 €, Artemide x Voltex).

LAMPADAIRE LISBON X JONATHAN ADLER X MADE IN DESIGN

Très élégant, le lampadaire Lisbon propose un superbe mélange de matériaux : laiton poli, métal verni et base en marbre. L’abatjour du dessus permet de répartir la lumière tandis que celui du dessous de la tamiser, procurant un éclairage indirect, doux et agréable (1 295 €, Jonathan Adler x Made in Design).

NOCTAMBULE CÔNE N°1 X FLOS

Designer réputé pour son épure et sa rigueur fonctionnelle, le designer munichois Konstantin Grcic signe la collection de luminaires Noctambule. Transparente le jour, étincelante la nuit… Noctambule Cône n°1 est un luminaire éthéré en cristal soufflé, et aluminium moulé sous pression (à partir de 2500 €, Flos).

Publié dans Résidences Décoration numéro 150
Texte : Margaux Dalbavie – Images : DR.

ROBLIN, DES HOTTES QUI NE MANQUENT PAS D’AIR !

Roblin, marque référente dans l’univers de la hotte, ne manque jamais d’inspiration pour proposer des produits dans l’air du temps. Depuis plus de 50 ans, Roblin nous surprend par ses innovations. Rencontre avec Monia Fekih, directrice Marketing du groupe Franke auquel appartient Roblin.

 

  1. Pour les néophytes, pourriez-vous nous présenter en quelques mots la marque Roblin ?

La marque a été fondée il y a une cinquantaine d’années par Pierre Roblin, meilleur ouvrier de France. Installé en Normandie, pays de la métallurgie, il travaillait à l’origine le cuivre puis s’est progressivement orienté vers les hottes en inox.

Roblin, c’est la marque premium de hottes du groupe Franke. Nous travaillons toutes les typologies de produits mais notre cœur de métier reste le plafonnier. C’est une marque premium avec une fabrication made in France. Le prix de nos hottes se justifie par leur performance et leur fiabilité. D’ailleurs, notre part de marché très importante chez les cuisinistes est un gage de qualité. De par leur métier, ce sont des clients très exigeants qui demandent une grande flexibilité sur l’élaboration de produits techniques.

 

  1. Qu’est-ce qui a fait le succès des hottes Roblin ?

De loin, l’innovation et la qualité. Notre production étant française, nous avons su concilier une approche artisanale et des procédés industriels ce qui nous permet une très grande flexibilité. Sur notre site industriel, situé sur Villedieu-les-Poêles, nous ne sommes pas dans une logique de masse. La production s’adapte à la demande ce qui nous permet de faire du sur-mesure.

Si l’on devait résumer, c’est sa démarche de recherche de l’excellence, sa politique d’innovation et le soin du détail qui font de Roblin une référence, une marque très fiable avec des produits robustes et durables made in France et c’est  ce que recherchent aujourd’hui les clients : des produits de meilleures qualités et qu’ils garderont.

 

  1. Vous misez beaucoup sur le made in France, effet de mode ou véritable choix ?

Nous sommes une marque franco-française, cela fait vraiment partie de notre ADN. Il y a des spécificités à Villedieu-les-Poêles, notamment sur les techniques de satinage de l’inox, que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Grâce à ce savoir-faire, on obtient des finitions parfaites. On utilise aussi la technique du pliage, un procédé très élaboré avec une pièce complexe faite dans une seule tôle. Puisqu’il n’y a pas d’assemblage, la pièce finie est plus résistante avec une finition impeccable.

C’est donc tout l’inverse d’un effet de mode. Nous capitalisons sur le made in France, gage de qualité. Nous croyons au patrimoine industriel français et c’est pour ça que nous relocalisons de plus en plus. Cette année, nous avons déjà rapatrié deux produits. Nous ne nous reposons pas sur nos acquis, l’innovation est au cœur de notre stratégie et nos usines prennent en importance et en performance.

 

  1. Quelques conseils pour bien choisir sa hotte ?

Il est important de bien choisir sa hotte car c’est l’une des pièces maîtresses de notre cuisine, elle aspire, filtre et évacue odeurs et graisses engendrées par la cuisson. Produit technique par excellence il faut, outre le design, qu’elle soit adaptée à notre espace et corresponde à nos besoins.

Tout d’abord il faut prendre en compte la configuration de la cuisine. Pour une installation en îlot central, on va plutôt s’orienter vers un plafonnier ou une hotte plan de travail. En revanche, si votre plaque de cuisson est positionnée sur le plan de travail, le long d’un mur, une hotte murale ou un groupe de meubles seront  plus adaptés.

Ensuite, la taille de la cuisine joue un véritable rôle dans le choix d’une hotte. Pour que la qualité de l’aspiration soit optimale, on considère qu’il faut multiplier par 10 le volume de la pièce pour obtenir le débit nécessaire au renouvellement de l’air ambiant. Par exemple, pour une cuisine 40 m3, il faudra une hotte avec un débit d’au moins 400 m3/h.

On l’oublie trop souvent mais dans le cas d’une installation en évacuation, il faut déterminer la pression (c’est-à-dire ce que rejette la hotte). Elle dépend de la longueur et du circuit d’évacuation. Mieux vaut demander conseils auprès de votre installateur.

Enfin, il faut une hotte au moins aussi grande que la plaque de cuisson et tenir compte des habitudes en cuisine (fréquence, type cuisson…). Si vous faites beaucoup de friture, il faudra une hotte très performante.

 

  1. Quelles sont vos dernières innovations ?

Nos dernières innovations techniques sont bien évidemment sur des moteurs ultra performants avec, par exemple, nos moteurs séparés. Mais aussi sur l’aspect esthétique de nos produits pour nous démarquer.

Afin d’incarner la marque et de lui donner une véritable identité, nous avons développé l’idée de collection. La hotte doit s’intégrer parfaitement à la cuisine. Nous travaillons beaucoup la matière comme dans nos collections « Nature » et « Minérale ». La finition noir mat pour les plafonniers rencontre aussi un grand succès.

 

 

  1. Parlez-nous justement de vos dernières collections « Nature » et « Minérale ».

Elles se concentrent uniquement sur les hottes murales verticales pour le moment. Il y a une véritable volonté de retour au naturel, incarnée par le travail sur la matière. Une tendance aujourd’hui très présente chez les cuisinistes. Nos hottes sont faites en bois sur le devant. Les panneaux en bois fabriqués à partir de fibres de papiers compactées sont très robustes et permettent un travail sur le design bien plus important que l’inox.

Déclinée en 5 finitions avec des nuances très différentes, « Nature » s’inscrit dans tous les styles. Passant d’un design très scandinave au chêne vieilli, cette collection s’adapte à une cuisine contemporaine ou plus classique pour plus de cachet et d’authenticité.

La collection « Minérale » reprend l’aspect de la pierre. Avec ses 3 finitions (marbre, ardoise et pierre naturelle), cette collection matche avec les univers des cuisinistes actuels qui font la belle part au plan de travail en pierre naturelle. Les gens font de plus en plus attention à la matière, nos hottes aspect pierre permettent d’apporter originalité avec une touche de rappel du plan de travail.

 

  1. Pourquoi avoir choisi de travailler sur ces deux matières naturelles plutôt que sur l’inox ou l’acier comme c’est le cas traditionnellement ? D’où vous vient l’inspiration ?

Notre souhait était réellement de matcher avec les univers en matière de meuble de cuisine. On a pu constater ces dernières années un retour aux matières naturelles.

Nous voulions apporter quelque chose de différent. En général, dans l’univers des hottes verticales, il y a très peu de finitions autres que le verre, et en termes esthétiques c’est très peu différenciant. Les collections « Nature » et « Minérale » sont donc des propositions très originales et audacieuses. Le bois permet d’apporter de la chaleur, de l’authenticité, quant à la pierre, elle sublime la cuisine.

Evidemment l’inox reste notre matière iconique et privilégiée. Nous prévoyons d’ailleurs de sortir une collection finition inox en 2020 avec un travail un peu différent. Mais je ne peux pas encore vous en dire plus !

 

  1. A votre avis, dans les prochaines années à venir, quelles vont être les tendances en matière de hottes ?

Depuis quelques années, les gens sont à la recherche de produits plus performants, plus durables et moins énergivores mais avec une vraie attention portée à l’esthétique.

Il y a un engouement très important pour les hottes élégantes, discrètes comme les plafonniers très tendance pour les agencements en îlots.  Cela fait vraiment partie de nos spécialités, une touche design de plus au plafond. On a une gamme très large qui permet de répondre à toutes les demandes.

On constate aussi, l’essor des hottes de plan. La hotte est complètement intégrée au plan de cuisson pour un design minimaliste sans précédent.  Nous avons chez Roblin, une collection Maestro de hotte de plan avec un moteur en classe énergétique A+++ et résistant à l’eau, si la casserole déborde, pas de soucis à se faire ! C’est un produit facile à intégrer et un véritable concentré de technologie, d’où son succès.

Pour finir, il y a le sur-mesure. Nous avons déjà une véritable expertise dans ce domaine puisque nous travaillons avec des professionnels et que chaque besoin est unique.  Notre proximité physique nous permet d’être extrêmement agile et flexible pour créer la hotte la plus adaptée à vos besoins.

 

ROBLIN 

www.roblin.fr

 

Interview : Margaux Dalbavie – Texte : DR

FabBRICK, du textile en brique !

FabBRICK, c’est l’histoire d’une jeune architecte qui porte l’esprit de son temps, soucieuse du monde qui l’entoure. Consciente des enjeux environnementaux, elle se spécialise en éco-conception. Du sujet de son mémoire jaillit le projet de FabBRICK. L’idée ? Des matériaux de construction innovants à partir de déchets recyclés. C’est alors à deux secteurs qu’elle décide de s’attaquer : celui de la construction, très énergivore, et celui du textile, un des plus polluants au monde.

Des briques faites à partir de textile recyclé, quand on sait que seulement 32,5 % d’entre eux sont collectés et traités, une idée simple et brillante ! Une fois assemblées, ces briques créent des cloisons très performantes en isolation acoustique et thermique.« Les déchets représentant une ressource conséquente, notamment en France, il m’a semblé intéressant d’y puiser certains d’entre eux pour créer un nouveau matériau. […] Le coton étant un très bon isolant, j’ai donc pensé au textile, car il s’agit en plus d’une industrie très polluante, il était donc intéressant de trouver encore un moyen de le recycler. » Fondatrice de FabBRICK

C’est en partenariat avec Gebetex, une entreprise de tri et valorisation textile, que FabBRICK récupère les vêtements trop abîmés pour être réutiliser. Une fois collectés, ils sont simplement broyés et mélanger à une colle écologique unique, le but étant de limiter au maximum le processus de transformation. La jeune entreprise a déjà été contactée par la marque Jules, tant pour la construction des cloisons que la création de mobilier, pour leurs nouvelles boutiques « 0 WASTE ».

Aujourd’hui, FabBRICK est une agence de design intérieur spécialisée dans l’économie circulaire et l’innovation, basée à Paris. Un nouvel élan dans le monde du design porté par une jeunesse créatrice !

 

FABBRICK

www.fab-brick.com

 

Texte : Margaux Dalbavie – Images : DR

Guillaume Alan, « Je n’aspire pas au spectaculaire, uniquement à l’exceptionnel »

 

Perché dans un magnifique immeuble hausmannien du XIXe siècle proche du Trocadéro avec vue sur la Seine et la Tour Eiffel, cette résidence offrait le cadre idéal pour permettre à Guillaume Alan de réaliser un intérieur d’exception.

Son emplacement à lui seul était déjà enviable, mais le designer y a réalisé une véritable prouesse esthétique.

 

Appréhendant les projets dans le droit fil de la tradition française des « décorateurs ensembliers », l’architecture, la décoration intérieure et le mobilier ont été pensés et dessinés par la même main. Le projet est tout à la fois fluide et harmonieux.

 

La manière dont l’espace est défini est très pur, caractérisée par des lignes sobres et fortes, une précision époustouflante et des proportions impeccables. Toutes les pièces de l’appartement sont reliées par les matériaux utilisés et la palette de tonalités.

 

Le lumière est au coeur de ce projet, un élément majeur de la philosophie raffinée du designer : « La lumière crée l’architecture, c’est grâce à la lumière que les murs, les ombres peuvent exister. »

Il aime à ce titre citer Le Corbusier : « l’architecture se découvre en marchant ».

La poésie, véritable emprunte du travail de Guillaume Alan irradie à travers ce film et illustre parfaitement la pensée de Guillaume Alan : « Je n’aspire pas au spectaculaire, uniquement à l’exceptionnel ».

 

Credits: 

Architecture, interior design et mobilier : Guillaume Alan

Film : Matthew Donaldson

Styling : Emilie Le Corre

 

GUILLAUME ALAN 

www.guillaume-alan.com