Sur l’archipel de Velkua au milieu des paysages rocheux, Villa Mecklin

Au début du printemps 2004, les futurs habitants ont parcouru la mer gelée jusqu’à la parcelle insulaire d’un de leurs amis dans la municipalité de l’archipel de Velkua.

Leur intention était de déterminer avec précision les emplacements des bâtiments qu’ils avaient esquissés sur le terrain rocheux de l’île. Ils avaient leur équipement de pêche sur glace, et une fois qu’ils eurent attrapé suffisamment de poissons, ils se sont déplacés avec leurs mesures sur la parcelle.

Dès le début, la configuration de ce projet différait de la norme. Les bâtiments ont été construits à un rythme tranquille, afin de pouvoir étudier les détails de construction et les développer sur place, parfois en pêchant, en profitant d’un sauna ou en se relaxant le soir.

Villa Mecklin a été principalement un projet d’auto-construction. Les documents contractuels ou les dessins d’exécution complets n’étaient pas nécessaires car les problèmes ont été résolus sur place.

La construction a été facilitée en concevant toutes les pièces, du cadre aux détails, pour qu’elles soient aussi simples que possible.

Le cap rocheux nord de l’île de Mustaluoto abrite un port de plaisance sur son côté est. Sur la parcelle exposée à l’ouest, de grands arbres poussent dans l’humus qui s’est accumulé dans une étroite crevasse rocheuse. Sinon, les environs sont constitués de roches exposées et de végétation basse : mousse, herbes, bruyères et genévriers.

Les bâtiments ont été placés au milieu d’une zone abrité par les arbres. Le bâtiment principal se trouve au milieu des rochers, sa terrasse abritée s’étendant au-dessus de leur sommet. On arrive par le port jusqu’à l’entrée du bâtiment principal, à l’abri des arbres.

Après une descente de quelques marches, le vaste paysage de la rive ouest, avec ses longues vues, se déploie. Une cheminée a été encastrée au centre de la grande terrasse, accessible par une trappe dans le platelage.

Lorsque le feu n’est pas allumé et que la trappe est en place, il est possible d’utiliser toute la terrasse comme, par exemple comme piste de danse pour les soirs de fête. Le sauna est situé en bord de mer, et il y a aussi une cabine chauffée au poêle pour les clients.

Les matériaux de construction sélectionnés pour la Villa Mecklin sont des matériaux de base naturels et adaptés à l’archipel. Toutes les surfaces en bois n’ont pas été traitées et deviendront naturellement grises.

Surface au sol: 70 m2 + 75 m2 (terrasse) + 20 m2 (sauna)

Huttunen – Lipasti Architects

www.h-l.fi
Architectes: Risto Huttunen et Santeri Lipasti
Images : Marko Huttunen.

Maison de vacances dans une pinède d’arbousiers au Cap Ferret

Cette maison de vacances, située dans une pinède d’arbousiers, de yuccas et de pins a été conçue pour se fondre dans le paysage en limitant son impact sur l’environnement végétal existant.


Comme des cabanes dans les arbres, les vues intérieures multiples et les échappées visuelles ancrent cette relation à la nature.

La maison est conçue pour accueillir une grande fratrie joyeuse et recomposée, afin que tous puissent se retrouver et que chacun trouve aussi des espaces d’intimité et de calme.

Avec ses façades revêtues de bois, la maison semble tapie dans la pinède.

L’ambiance intérieure minérale apporte clarté, luminosité et quiétude à l’ensemble.

Le grand escalier intérieur maçonné, aux amples lignes courbes, adoucit les verrières triangulaires qui cadrent les vues sur la nature.

Projet lauréat A+ Architizer Awards 2017

Atelier du Pont

www.atelierdupont.fr

89 rue Reuilly, 75012 Paris
110 rue de Sèze, 69006 Lyon

Images Takuji Shimmura – Philippe Garcia

Une villa enfouie dans le sol avec toit terrasse surplombant la pinède et la mer

A partir de conditions plus que difficiles à Hyères, l’architecte Frederique Legon Pyra a fait sortir de terre une villa moderne de 250m2, avec patio.

Le terrain était difficile, orienté plein Nord, avec des règlements privés contraignants, dont une servitude de vue limitant la hauteur à 4,50m.

Tout le projet a été de tirer parti de ces contraintes fortes pour en faire des atouts. Et quels atouts !

Dans le prolongement du salon se situe la grande terrasse, avec vue imprenable sur la Pinède et la mer. Le toit des chambres est de ce fait devenu une belle surface de terrasse surplombant la mer.

La villa ne dépasse pas 4,50m de hauteur par rapport au terrain naturel afin de respecter le règlement de droit privé lié à ce terrain. Ainsi, la villa, sur deux niveaux, épouse le terrain naturel en s’enfouissant dans le sol.

Ce niveau enterré, qui reçoit la suite parentale, est éclairé par un patio agrémenté d’un mur d’eau et d’un jacuzzi. De l’autre côté du patio, un deuxième corps de bâtiments face à la mer reçoit les chambres d’amis conçues en studios indépendants qui ont chacun une terrasse privée donnant aussi sur la mer.

La villa constitue à elle-seule un trésor caché. En effet, elle se devine à peine depuis la mer, elle est tapie dans la pinède et la majorité de sa surface est enterrée. En haut le salon et les pièces à vivre. En bas à droite, la suite parentale qui donne sur le patio. L’ouverture du patio vers l’extérieur à gauche, permet à la lumière naturelle de pénétrer dans les espaces enterrés. Chaises longues, jacuzzi, mur d’eau, palmiers… ce patio invite à la détente et à la contemplation.

Frédérique Legon Pyra, architecte DPLG
Hyères, France
www.frederiquepyra.com

Images : Michel Eisenlohr.

La maison des Landes

Un couple de collectionneurs de voitures vintage, passionné de rallye, a fait appel à l’architecte Maud pour imaginer cette maison de week-end. À deux pas de l’océan pour pratiquer le surf et contempler la nature !

 

Carte blanche a été donnée à l’agence d’architecture Maud Caubet par des collectionneurs pour signer cette maison de vacances perdue dans la pinède à quelques mètres de la plage en se fondant avec élégance dans son environnement.

« La Maison des Landes » offre une ossature bois très sombre qui lui confère des attributs de caméléon. Construite sur pilotis, elle offre une véritable immersion dans la nature. Sa forme en H permet la mise en scène d’un bel escalier brut offrant une vue sur mer à l’horizon puis se prolongeant en terrasse panoramique.

Toutes les menuiseries sont en aluminium gris foncé et les garde-corps sont formés d’une structure légère et fine en métal sur laquelle sont rapportés les barreaux en bois verticaux.

Les nombreuses ouvertures et percées laissent passer la lumière tout au long de la journée. Les matériaux durables et naturels créent une ambiance intérieure décontractée et conviviale.

D’une surface généreuse totale de 130 m2, le projet livré en 2018 a été conduit sur un terrain de 1510m2 situé dans les Pélindres et a pour intention de conserver les dénivelés dans leur état naturel comme pour la végétation. L’étage ainsi que la toiture plate sont en bois tandis que les façades sont finies par des bardages en bois type pin maritime des Landes. L’un des défis majeurs à surmonter été l’accessibilité du chantier dans un environnement naturel que les équipes ont dû apprivoiser.

 

Texte : Clément Sauvoy – Images : D.R.

Publié dans Résidences Décoration n°152.