Richard Orlinski : « Rendre l’art accessible au plus grand nombre »

Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp

Il est l’artiste contemporain français le plus vendu dans le monde ! Amoureux de l’art sous toutes ses formes, le père du « Crocodile Born Wild » et du « Wild Kong » (en photo) dynamite les idées reçues et n’hésite pas à casser les codes en se frottant à tous les genres. Sa créativité est jouissive. Permanente. Existentielle.

Propos recueillis par Monique Delanoue

Dans quel type d’habitation réside celui qui a révolutionné les codes ?
Dans mon intérieur, se marient classique et modernité. Mes commodes Empire côtoient ma table « Nuage » de Guy de Rougemont, et de vieilles bornes des années 80, les murs blancs s’allient au parquet pointe de Hongrie, tandis que ma cuisine tout inox s’ouvre sur un grand salon meublé de canapés modulables. J’aime l’haussmannien éclairé par de la lumière blanche et le paradoxe. Ma vraie pièce de vie ? Ma chambre/bureau/studio de musique. Un écrin de cuir capitonné de python argenté et doté d’un gigantesque écran plat démesuré. C’est là où je vis, travaille et dors.

Tous les espaces de création vous inspirent, quel est votre rapport à l’art ?
Je m’évertue à le rendre accessible à tous ! Dans la continuité de cet ADN, j’ai lancé un e-shop qui cartonne et enthousiasme les collectionneurs. Au-delà d’exposer dans des lieux insolites, créer des produits à prix abordables s’inscrit dans le prolongement de cette démarche. Ainsi, vous pouvez acquérir des figurines représentant mes œuvres les plus emblématiques à tout juste 150 euros. Ma volonté ? Challenger un marché qui se veut élitiste pour affirmer ma vision de l’art et partager ce dernier avec le plus grand nombre.

Quels partis pris déclinez-vous dans l’univers du design ?
L’épuré, la transparence, les angles, les craquelés… Conceptualiser le drôle et le glamour. Aller vers la vie ! Jouer avec couleurs et matériaux : résine, aluminium, bronze, pierre, inox. Je fonctionne toujours de la même manière. Mes modèles d’inspiration ? Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Keith Haring. Mon concept ? « Born Wild » qui s’adresse à un public large et s’expose aussi bien à la Fiac, au Fouquet’s à Paris, que sur les pentes de Courchevel et dans pléthore de galeries à travers le monde. L’art ne doit pas avoir de frontières.

S’exposer aux critiques et jugements vous dérange-t-il ?
Pas plus que ça ! J’ai une très grande communauté et Paris n’est pas la France. Je fais beaucoup d’expositions gratuites. En haut des montagnes, mais aussi dans les bassins miniers, les villes ou les hôpitaux. Je vais dans les écoles pour privilégier le contact auprès des enfants. La notoriété m’est nécessaire pour partager mes émotions et non pour flatter mon ego. J’ai constitué des équipes aux quatre coins de la planète. Tout me passionne et le mélange des genres me convient bien.

Le sculpteur designer vit dans le 16e arrondissement de Paris, dans un appartement-plateau décoré par ses soins, avec vue sur la tour Eiffel et peuplé d’objets et d’œuvres d’art. Tout son génie créatif part de là !

D’ailleurs, parlez-nous de Orlinski Design ?
C’est une agence de design et d’architecture intérieure qui repose sur la complémentarité de deux artistes pluridisciplinaires. Un laboratoire d’idées entre mon univers et l’expertise esthétique et technique de l’architecte Xavier Cartron. Notre dernière création ? Un interrupteur hologramme, adaptable partout. Exit le toucher et la transmission de virus ! 

« Ma montre Hublot “Tourbillon” ne me quitte jamais »

À la fois sculpteur, designer, DJ, auteur et comédien, Richard Orlinski enchaîne les collaborations : The Kooples, Daum, Christofle, Hublot…

« La fusion de nos deux univers, celui de la marque horlogère suisse qui façonne de précieux matériaux et imagine des produits d’exception, et le mien, un monde pop et coloré, s’est exercée de façon spontanée, presque naturelle. » L’artiste protéiforme est aussi en partenariat pour des hôtels Orlinski (dans les Caraïbes) dont il signe le design et la ligne de mobilier.

www.orlinskidesign.fr

Article paru dans le numéro 158 de Résidences Décoration

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest

La rédaction vous recommande

Dites-nous ce que vous en pensez