Beau-Rivage Palace, au bonheur des sens

Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp

Soucieux du bien-être de ses hôtes, le mythique Beau-Rivage Palace de Lausanne a revisité son espace forme, en accord avec la maison Cinq Mondes. Sous le regard audacieux de l’architecte français Alexandre Pierart.

Par Anne-Marie Cattelain Le Dû / Photos Sylvain Bardin

« Dans tous mes projets, j’aime raconter des histoires, mettre l’humain au coeur du propos», explique Alexandre Pierart, à la tête depuis dix ans du cabinet Suprem Architecture, baptisé ainsi en hommage au peintre russe Kasimir Malevitch, père du mouvement du suprématisme, pour qui l’architecture était une fin en soi.

Ô temps, suspends ton vol !
Se remémorant le premier vers du poème « Le lac» de Lamartine, on médite face aux Alpes et aux eaux limpides. Avant de commencer sa journée, on s’abreuve ainsi de paix et de sérénité.

Contacté il y a trois ans par Jean-Louis Poiroux, fondateur de la maison de cosmétologie Cinq Mondes, pour revoir la conception de l’espace bien-être à la demande de la Fondation Sandoz, propriétaire du Beau Rivage, l’architecte procède d’abord à une analyse minutieuse de l’existant.

Dans une colonne il liste les plus : un parcours maîtrisé, une superficie conséquente, une piscine aux jolies proportions, une vue exceptionnelle sur le lac. Dans une autre, il aligne les moins : les carreaux blancs, l’absence d’émotion, une certaine froideur. « Il manquait des étapes pour entraîner les hôtes dans un voyage sensoriel, les mener en douceur vers le but, c’est-à-dire les massages, tout en leur offrant une escapade hors du temps. » L’attente des clients en matière de spa a beaucoup évolué.

lobby confidentiel
Accueil bienveillant, couleurs naturelles et sensualité du chêne brossé invitent au lâcher-prise avant les soins. Dans cet espace de réception, les hôtes rencontrent leur thérapeute autour d’un échange attentionné.

Peu d’hôtels ont intégré ce changement. Fini le spa clinique, technique, ennuyeux. Place aux rêves, aux matériaux réconfortants, enveloppants de douceur, de sensualité comme les crèmes et les huiles utilisées par les thérapeutes.

C’est cette réflexion qu’Alexandre Pierart a menée avec Cinq Mondes et la direction du cinq-étoiles historique de Lausanne. Fort de ces échanges, l’architecte, avec sa principale collaboratrice, a donc privilégié le chêne, arbre sacré, traité en lignes courbes, allié à l’or reflétant la lumière. Quant aux enduits au toucher de velours « Armourcoat » de Signature Murale, ils permettent de combiner des textures, des incrustations et de traiter des murs sans joints comme des œuvres d’art.

Savante poésie
Dans la salle de relaxation, une lumière semblable à celle d’une bougie anime cet arbre de vie en chêne. Une prouesse technologique signée Antoine Cuvelier (Pixalto).

Ainsi, en quelques mois, le spa du Beau Rivage est entré dans une autre dimension : sensationnelle, appréciée depuis son ouverture en septembre dernier autant par les femmes que par les hommes. « On sollicite l’imaginaire, on facilite la contemplation, l’abstraction du monde réel pour vivre une expérience corporelle et psychique incroyable. »

Relaxation solaire
L’été, pour profiter tout à la fois de la lumière naturelle, du soleil et du clapotis des eaux du lac Léman, les hôtes du spa s’installent sur la pelouse après les massages.

Avec en point d’orgue, deux lieux magiques. Tout d’abord la suite Félicité pour des massages en duo, de forme ronde, condensée d’expériences spa avec cérémonial de bienvenue. Elle ressemble à un objet abstrait avec des ouvertures secrètes et coulissantes qui révèlent la douche, le hammam, le bain japonais, et par beau temps le jardin privé. Second lieu féerique, la salle de relaxation avec en son centre un grand arbre de vie fascinant.

Les branches se projetant au plafond semblent bouger sous l’effet d’une lumière semblable à celle provoquée par des bougies grâce à un système de gestion électronique de la lumière qui recrée fidèlement le vacillement de la flamme, mais avec la puissance de la Led. Une programmation unique au monde, qui a demandé plusieurs mois d’ingénieuses mises au point à son inventeur, Antoine Cuvelier, génial septuagénaire à la tête du bureau d’étude Pixalto. Une conception qui plonge tout un chacun dans un état quasi hypnotique de bien-être absolu.

Raconter des histoires
Depuis vingt ans, Alexandre Pierart, architecte DPLG et architecte d’intérieur, signe des projets où l’émotion est palpable, comme dans un scénario ou un récit bien ficelé.

Beau Rivage Palace brp.ch

Cinq Mondes cinqmondes.com

Suprem Architectures supremarchitectures.com

Article paru dans le numéro 157 de Résidences Décoration

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest

La rédaction vous recommande

Dites-nous ce que vous en pensez