Ultra dynamique, la plus grande place financière  du Canada rayonne par sa créativité et sa diversité, au-delà de ses impressionnants buildings.

Gladstone House

Campée au bord du lac Ontario, Toronto peut s’enorgueillir d’avoir été élue ville la plus agréable au monde en 2015. Imaginez une rue où seraient parlés plus de cent cinquante langues et dialectes, un modèle réduit du monde où les communautés cohabitent sans se heurter ! En iroquois, Toronto signifie l’endroit où l’on se rencontre, et cette définition colle parfaitement à la peau de cette ville en fusion, de sa mosaïque de quartiers ethniques, de son paysage culinaire extrêmement étendu, avec ses six Chinatowns, sans parler de Little Iran, de Little India, du populaire Greekland, du branché Little Italy et… de la récente vague de restaurants syriens où de nombreux réfugiés essaiment leur savoureuse gastronomie, se concoctant un avenir loin de la guerre.

Une riche empreinte culturelle

Toronto pulse entre nature et gratte-ciel, XVIIIe et XXIe siècle. Un bouillon de culture qui s’exprime à ciel ouvert, à deux pas du 401 Richmond à Graffiti Alley, une ruelle d’environ 300 mètres située à l’ouest de la rue Spadina et au sud de la très branchée Queen Street West, où le street art a pris possession d’anciennes maisons victoriennes.

Plus loin, sur Dundas Street W, Frank O. Gehry fait danser la façade 1900 du Musée des beaux-arts de l’Ontario qui abrite quelque 66.000 œuvres dont des Picasso, des Rodin, des Van Gogh, des Warhol et la plus grande collection au monde de sculptures de Henry Moore. Terrain de jeu des meilleurs architectes.

Egalement,  la spectaculaire extension du Musée royal de l’Ontario, conçue par les architectes Daniel Libeskind et Bregman + Hamann Architects.

Nos coups de coeur ? Le travail de la designer de mode Sarra Tang à découvrir chez Hoi bo, les délices sucrés de Soma Chocolate Maker et la cuisine mexicaine d’El Catrin Destileria, aux murs bariolés de calaveras. N’oubliez pas de grimper en haut de la CN Tower, symbole visuel de Toronto, pour un café ou juste pour le point de vue vertigineux à 360 degrés.

Puis déjeunez au Kost, restaurant à l’ambiance très paceful, ouvert au 44e étage de l’hôtel Bisha, avec vue plongeante sur la CN Tower, justement. La carte imaginée par le chef Ben Heaton a des accents californiens ettwiste avec esprit saveurs exotiques et best-sellers de la cuisine nord-américaine.

Faites un tour à l’Aquarium Ripley, les dents de la mer en famille : le plus grand du Canada avec ses 12.500 mètres carrés de galeries et de bassins, et ses 5,7 millions de litres d’eau.

Allez au Kensington Market (près de Chinatown), quartier bohème, dénicher des pépites vintage entre fripes, bazars et bouis-bouis comme on les aime ! Prenez le temps de baguenauder une matinée au St. Lawrence Market, le marché d’Old York, pour son ambiance et ses produits alléchants. Et offrez-vous une pause sur les îles de Toronto, petits paradis nés après un ouragan, uniquement accessibles par ferry.

Enfin, pour terminer votre escapade en beauté, rendez-vous au village de Niagara-on-the-Lake à quelques kilomètres de la route des vins de la péninsule de Niagara. Cet endroit est resté figé au siècle dernier et c’est tant mieux. Balades en calèche, demeures cossues, pelouses impeccables, golf centenaire, même les devantures des boutiques participent à ce retour vers le passé. Une pause hors du temps sur la route des vins… du moderne Stratus Vineyards, certifié LEED (bâtiment à haute performance écologique), au Reif Estate Winery, l’un des plus anciens domaines de cette région, située sur la même latitude que la Bourgogne.

Si les vignes y poussent sur des sols riches en calcaire provenant d’anciens fonds marins exposés lors des périodes glaciaires, procurant une belle minéralité aux vins, la star est un jus ultra concentré, récolté dans l’obscurité de l’hiver… le Ice Wine. C’est le trésor de l’Ontario !

 

Publié dans Résidences Décoration n°150

 

Texte : Madeleine Jelstrupp – Photos : DR





Plus d'articles