Cette exposition est un hommage à la nature, aux hommes qui la cultivent, au cœur de ses paysages variés, de ses plantes et fleurs précieuses, là où la terre et les hommes se rencontrent, s’unissent pour le respect de la planète et de ses ressources. Un voyage immersif fascinant à la découverte du monde et de ses richesses.

© Olivier Löser

Préserver la biodiversité, protéger la nature, les hommes, sont des actions chères à Clarins. Pionnier de la beauté responsable, depuis 1985, le Groupe Clarins s’engage et s’implique au quotidien pour donner aux générations futures le meilleur, en prenant soin de leur bien-être. La volonté et le savoir-faire de la Maison Clarins : cultiver en respect de la biodiversité et en harmonie avec les populations locales. Un modèle de développement responsable aux valeurs humanistes.

De là, est née GRANDEUR NATURE, un carnet de voyage des Alpes au Lot-et-Garonne en passant par le Portugal, le Sénégal, Madagascar ou encore le Brésil. Le photographe Olivier Löser a accompagné Clarins en reportage sur le terrain, dans ses rencontres avec les producteurs, au cours de la culture et de la récolte des plantes et fleurs, joyaux de la terre. Il pose son regard d’artiste sur le lien entre la Nature et l’Homme.
Avec la participation exceptionnelle de Guido Mocafico, photographe proche de la marque depuis plus de 30 ans pour qui il a signé de son style unique des images d’ingrédients végétaux.

GRANDEUR NATURE est aussi une carte blanche offerte au photographe Laurent Monlaü avec sa série « les forêts Originelles ». Son travail photographique présente des bulles de forêts primaires intactes dans le monde, des fresques vertigineuses de la nature, un panorama végétal, véritable écho aux valeurs de Clarins.
Au travers du regard d’Olivier Löser et Laurent Monlaü, deux photographes de talent, Clarins en commissaire d’exposition, met en lumière l’équilibre si précieux entre la Nature et ses Hommes.

Un parcours en 3 temps
Grandeur Nature offre 3 temps forts aux visiteurs, qui vont rythmer son parcours de visite. Trois temps pour un voyage autour du monde, qui démarre en France avant de s’envoler pour l’Europe et le Monde. Des rencontres avec les populations locales, au cœur d’une nature préservée qui n’a pas fini de livrer tous ses secrets…

1ÈRE ESCALE, LES ALPES AVEC LE DOMAINE CLARINS

Au cœur d’un site majestueux de plus de 80.000 hectares, dans un écrin des Alpes situé à 1.400 mètres d’altitude, ce lieu de 20 hectares est bien plus qu’une simple parcelle de terre dans la montagne. C’est la concrétisation d’une histoire d’amour de la nature et une fenêtre sur l’avenir de la beauté.

Le domaine Clarins, centre de recherche en pleine nature permet d’observer minutieusement les plantes, afin de les comprendre et d’en extraire la quintessence pour identifier de nouvelles propriétés cosmétiques. Jardin botanique pédagogique, le Domaine Clarins regroupe en un même lieu une collection inédite de plantes habituellement disséminées dans la nature : la Joubarbe, la Gentiane, la Mélisse, la Rose des Alpes, l’Arnica, et le Millepertuis.

Clarins contribue à la préservation du sol et des plantations des régions alpines en pratiquant le labour à cheval.

2ÈME ESCALE, LE MONDE ET L’OUVERTURE AUX SENS

© Laurent Monlaü

Longtemps, nos ancêtres considéraient les forêts comme issues du chaos original, mystérieuses, archaïques, antérieures au genre humain. Régnait alors l’anarchie de la matière, la forêt sous l’ombre protectrice de ses arbres, était la matrice primitive de nos rêves païens, loin du ciel et de ses dieux. Sacrées et craintes, en marge de la loi humaine, elles étaient le refuge des fous, des fugitifs, et des ermites.

Laurent Monlaü, grand voyageur et photographe explorateur, aime le silence des forêts perdues, là où règne le chaos du monde, sa tendance irréversible au désordre. Ainsi l’ordre et le désordre se frôlent, s’emboitent, conversent.

Chaque paysage est photographié digitalement, détail par détail, bout à bout, puis assemblé numériquement lors d’un long travail de post-production réalisé par ses soins. Manuellement, branches à branches et parfois feuilles à feuilles afin de restituer au plus près le réel observé.

Devant ces anamorphoses, plus vraies que nature, le visiteur est face à une multitude de points de fuite qui entraîne une distorsion du réel, des perspectives et de la chromie, à l’essence même de l’art baroque : la profondeur dans l’artifice, dont le fruit est la rencontre de la plus haute technologie photographique et d’un monde naturel archaïque.

Par cette exposition grand format, Laurent Monlaü dévoile des images inédites extraites de sa série “La forêt” dont l’aventure a démarré en 2008 lors d’un premier voyage en Nouvelle-Zélande.

3ÈME ESCALE, AU COEUR DES INGRÉDIENTS

© Olivier Löser

Olivier Löser capte dans son objectif la relation entre l’Homme et la Nature.

C’est un travail à la fois botanique, scientifique ou encore naturaliste qui va être proposé au travers de la découverte de : 5 végétaux (noisette, la coco, l’hibiscus, le kalanchoé, la centella asiatica et l’arbousier mis en scène par Guido Mocafico), 4 pays (Madagascar, Brésil, Portugal, Sénégal et France) et 4 visions de la nature vont ainsi être observés pour tout comprendre du développement responsable qu’il est possible d’imaginer partout dans le monde, pour une action dans le respect de l’Homme et de la Nature, tournée vers les générations futures. Leur région d’origine et leurs spécificités climatiques, la population locale, ses besoins, sa façon de récolter, l’utilisation traditionnelle des végétaux, autant de sujets qui sont abordés sous l’angle des ingrédients.

Deux regards au service de la Nature, deux photographes : Olivier Löser et Laurent Monlaü

Olivier Löser

Photographe de voyages, d’architecture, de mode et portraitiste,  Olivier Löser affectionne d’explorer le monde pour découvrir d’autres contrées et coutumes, d’immortaliser l’instant d’une rencontre, la découverte de paysages. Depuis plusieurs années, il réalise pour Clarins des reportages axés sur la relation entre l’Homme et la Nature.  Il met en lumière la richesse que la culture des plantes peut lui apporter. Il se livre à des missions d’exploration aux quatre coins du monde,  autant de séries-témoignage qu’il réalise avec passion, authenticité et engagement. Pour lui, « La photographie est une passion et un engagement envers la Nature dans son sens universel : la vie. C’est un besoin de m’éloigner de la vie moderne pour revenir à des choses plus essentielles et vraies. Une envie de partager cette beauté que nous trouvons tout autour de nous, pour témoigner de ses forces et de ses fragilités, pour attirer l’attention sur une nécessité urgente de sauvegarder nos racines et notre héritage. »

Laurent Monlaü

PORTRAIT DE LAURENT MONLAÜ, MITU, AMAZONIE COLOMBIENNE, 2019.

Grand voyageur et photographe explorateur, Laurent Monlaü sillonne la planète, tel un anthropologue.

Aujourd’hui son travail et sa passion se portent sur le thème de la forêt, il la met à l’honneur par de très grands tirages. Touché par cette végétation luxuriante, il pose son regard sur le chaos de la nature, le foisonnement entropique des vieilles forêts dans le monde.

« J’aime le silence des forêts perdues, là où règne le chaos du monde, sa tendance irréversible au désordre. J’aime ces vestiges archéologiques de la flèche du temps, l’archaïsme prédateur et solidaire de ces écosystèmes fragiles. J’aime l’anarchie de la matière, la matrice primitive de nos rêves, loin du ciel et de ses dieux. Sous l’ombre protectrice de ses arbres, j’aime la forêt, comme un autoportrait, le miroir organique et chaotique de l’esprit, son écho. » Laurent Monlaü.

Et la participation amicale de Guido Mocafico

Photographe spécialisé en nature morte, il a réalisé des campagnes publicitaires pour les plus grandes marques de l’industrie du luxe. C’est d’ailleurs dans ce contexte qu’il a rencontré CLARINS. Il a su poser un regard différent sur les ingrédients végétaux emblématiques de la marque. Résultat, de sublimes natures mortes épurées sur fond blanc,en référence au soin. Ses photographies au style unique connaissent un succès mondial et sont publiées régulièrement dans la presse internationale haut de gamme.

INFOS PRATIQUES

Grandeur Nature
8 juin au 30 octobre 2020

Plein tarif : 15 €
Tarif réduit : 7 € (de 7 à 12ans)
Le billet d’entrée donne accès au Toit de la Grande Arche par les ascenseurs panoramiques et à l’exposition, en juin de 10h30 à 18h30, en juillet de 10h00 à 19h00.

Accès : M°1, T2 ou RER A, arrêt La Défense Grande Arche
Tél : 01 40 90 52 20
www.lagrandearche.fr

Plus d'articles