Lui, Bernar Venet, est l’un des plus grands plasticiens français ; elle, Diane Venet, a constitué l’une des plus belles collections de bijoux d’artistes au monde. Ensemble, ils mettent en scène leurs passions dans un appartement réhabilité par Charles Berthier au coeur de Saint-Germain-des-Prés.

Devant la porte d’entrée, un carrelage typiquement parisien. Sur la console de Bernar Venet, une lithographie de Jasper Johns et une oeuvre de James Turrell. A droite, sculpture « Stilthouse Mansize – RED », 2008, d’Arne Quinze en bois laqué. Au mur, l’applique de Frédéric Ruyant sculpte la lumière.

La cheminée jugée trop classique, a été supprimée. Bernar Venet imagine un ensemble en acier qui recouvre le bas du mur et y intègre une cheminée à l’éthanol. Au mur, une oeuvre de Donald Judd, 1985 et un rouleau d’Yves Klein « Blue paint on roller », 1960. Sur la table basse, la sculpture « Alsace Lorraine : Rodemack », 1992, de Frank Stella. Au sol, un dessin de Cy Twombly, 1960.

Sur le mur, un « Wall Drawing », 1970 de Sol LeWitt. Canapé, table, chaise, bougeoirs de Bernar Venet. Sculpture « ligne indéterminée » et tableau « The Satisfiability of A », 2011, de Bernar venet. Chaise « Chair #45 » peinture émaillée sur aluminium de Donald Judd. Lustre « Polyèdres », 2006, Hubert Le Gall.

Dans la chambre, la bibliothèque « Builders Hods », 1985, de Ron Arad achetée dans une salle des ventes, la chauffeuse « Mushroom » et le pouf « Ottoman » de Pierre Paulin, apportent une note vintage. Au mur, une peinture industrielle sur carton « Relief Carton », 1964, de Bernar Venet.

Leur collection est avant tout sentimentale. Bernar et Diane Venet aiment vivre entourés d’oeuvres d’art de leurs proches. Sur la table de chevet, une impression offset dédicacée « LOVE » de Robert Indiana. Au mur, une sérigraphie du même artiste. Sur le mur du couloir « Jazz band » une sérigraphie sur métal, de François Morellet.

 

Texte : Véronique Guilpain – Photos : Antoine Baralhé (N°126 p 109)




Articles similaires