Le XIIIe siècle s’encanaille à Venise

Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp

Côté lagune, sur le campo Santi Giovanni e Paolo, l’une des plus belles places de la sérénissime, moins fréquentée que la Piazza San Marco, Anna Covre et Frédéric Tubau, propriétaires de ce palais, signent aussi sa décoration Intérieure.

Texte Anne-Marie Cattelain Le-Dû / Photos Mr. Tripper et Matthieu Salvaing / DR

Architectes d’intérieur, Anna Covre et Frédéric Tubau, couple italo-français vivant à Paris, rêvait depuis longtemps de s’installer à Venise. Au départ, tous les deux souhaitaient trouver un simple pied-à-terre. Mais comme bien souvent, le hasard a changé la donne. En orientant leurs recherches du côté de la lagune, ils tombent amoureux du quartier du Castello et y dénichent un appartement au deuxième étage d’un petit palais du XIIIe siècle, le palazzo Volpi, lieu historique. Ce bâtiment abrita un temps l’ambassade de la République de Brescia avant que la région ne soit rattachée au XVIIIe siècle, par les troupes napoléoniennes, à la République cisalpine puis au royaume d’Italie. « Une demeure magique dans un environnement qui l’est tout autant, s’enthousiasme Anna. Le palazzo donne sur le Campo Santi Giovanni e Paolo, sans doute l’une des plus belles places de Venise avec la statue équestre du Colleone de Verrocchio, face à la Scuola Grande di San Marco, et la basilique Santi Giovanni e Paolo. Dans cet édifice religieux, le plus grand de Venise, reposent les doges. »

Vue mystique
Ce grand salon ouvrant sur la basilique Giovanni e Paolo, dite San Zanipolo, reprend à travers l’usage du marbre et des miroirs les codes déclinés à l’envi dans leur palais par Anna et Frédéric. Canapés et fauteuils Maison Maxalto, rideaux en lourd coton uni, typiques des demeures patriarcales de Venise.

Mobiliser les artisans vénitiens réputés pour toutes les rénovations, dans les règles de l’art.

L’acte de vente signé, les deux décorateurs contactent les différents corps de métier pour lancer la restauration, dessinent des plans, des meubles, feuillettent des catalogues de matériaux, de textiles. Hélas, quand le chantier démarre, il s’avère rapidement que pour assainir le palais de gros travaux s’imposent. Problème, les Dominicains, propriétaires des autres lots, ne disposent pas du budget nécessaire. Seule solution réaliste et rapide pour le couple : racheter l’ensemble du palais. « Même si les banques nous suivent, le budget dépasse largement nos moyens. Nous prenons donc la sage décision de conserver, dans un premier temps, le deuxième étage et de créer au premier et au rez-de-chaussée de grandes suites, comme celles d’un hôtel, pour les louer. Nous savons dès lors que nous nous engageons sur un long, très long chantier. Il durera trois ans et demi. Avec, comme toujours, des surprises qui freinent l’avancement. »

Motifs miroirs
Les panneaux coulissants aux dessins géométriques et le sol aux lignes brisées mettent en valeur la baignoire sur pieds qui renouvelle le genre. La salle de bains s’inscrit en continuité de la chambre et disparaît derrière ces cloisons graphiques pour gagner en intimité.

Pour des questions de coût mais aussi de goût, les deux comparses dessinent, hormis les canapés et les fauteuils, quasiment l’ensemble du mobilier qu’un ébéniste et un menuisier hors pair réalisent. « Nous imaginions un style intemporel, un intérieur ultra-confortable pour combler nos futurs hôtes mais aussi nous-mêmes. Nous avons mixé les lignes très contemporaines avec des matériaux traditionnels vénitiens. Pas question que notre palais perde son âme ». Pour redonner du faste à leur demeure, le couple privilégie le marbre blanc de Venise, le bois verni comme celui des Riva, jolis bateaux taxi qui sillonnent la lagune et les canaux, le bois brossé sombre, les étoffes de velours, satin et coton de la Maison Rubelli et des miroirs, beaucoup de miroirs, l’un des symboles de cette ville posée sur l’eau.

Zoom chic
Le marbre toujours et encore, pare la cuisine ainsi qu’une des quatre salles de bains. Son noir profond est animé de veinures contrastées. Ici, le marbrier a habillé avec élégance la crédence et le plan de travail.

Graphiques, le blanc et le noir rythment chaque pièce, chaque objet avec un extrême raffinement.

Une armée d’artisans vénitiens est littéralement mobilisée. « Venise recèle de compagnons formidables, embauchés sur les plus grands projets de construction et de réhabilitation dans le monde entier. Ici, il existe de telles contraintes, de tels problèmes – sel, humidité, terrains mouvants, accès compliqués, édifices fragilisés – qu’à chaque instant ils doivent inventer des solutions, faire preuve d’ingéniosité, déployer des techniques inédites et un savoir-faire unique, particulièrement lors des rénovations. Je suis très admirative. »

Lit-Cabane
Baldaquin revisité version contemporaine pour le lit dessiné par les décorateurs et dont les montants noirs mettent en valeur les superbes poutres du plafond. Le grand miroir, toujours encadré de noir, accentue la profondeur et le relief de la pièce. Linge de lit haut de gamme de la célèbre maison milanaise Frette.

Et c’est l’alliance des deux savoirs, celui des artisans et celui des décorateurs, qui a donné naissance à cette pépite, un lieu unique à l’image de la Sérénissime, comme le désiraient Anna Covre et Frédéric Tubau. Qui, pour le rentabiliser, louent trois suites-appartements d’une à trois chambres à des hôtes soucieux de vivre Venise à la manière des locaux, le temps d’un séjour. Ils les accueillent personnellement en amis, partageant leurs adresses préférées et leur offrant, pour qu’ils cuisinent éventuellement sur place, le livre de Laura Zavan, papesse des recettes vénitiennes.

Déco à quatre mains
Anna Covre et Frédéric Tubau ont quitté Paris pour s’installer à Venise. Devenus propriétaires de ce palais sur la lagune, ils ont imaginé et refait ensemble toute la décoration. Compte tenu de l’état de dégradation de la grande demeure, les travaux se sont étalés sur trois ans et demi.
Article paru dans le numéro 155 de Résidences Décoration paru en décembre 2020 – janvier 2021.
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest

La rédaction vous recommande

Dites-nous ce que vous en pensez