Construire en pleine nature est un acte radical. Le défi était de concevoir une maison dans l’un des cadres naturels les plus spectaculaires de la côte Pacifique qui respecterait et transformerait la terre.

Cette maison de trois chambres, sur la spectaculaire côte sud de Big Sur, est ancrée dans la beauté naturelle et la puissance de ce paysage californien. Leur stratégie de conception intègre le bâtiment dans le terrain, créant une structure inséparable de son environnement.

Le site offre des vues spectaculaires : une chute de 75 mètres dans l’océan Pacifique à la fois le long du bluff et de l’exposition ouest. Il s’agit d’une structure plus complexe qu’une baie vitrée géante.

Le long et mince volume se conforme et se déforme aux contours naturels de la terre et aux géométries du bluff, et des forêts balnéaires de la région. De cette façon, le système structurel complexe défi les formes naturelles pour s’adapter à l’emplacement.

La maison est en porte-à-faux à plus de 3 mètres du bluff, à la fois pour protéger l’écosystème délicat de la falaise et pour assurer l’intégrité et la sécurité de la structure. L’intérieur est un abri, un refuge en contraste avec la rugosité et l’immensité de l’océan et de la falaise. La maison protège également les espaces extérieurs sud des vents puissants qui soufflent du nord-ouest.

Le corps principal de la maison est composé de deux parties rectangulaires reliées par une bibliothèque tout en verre. L’entrée principale est située en haut du volume supérieur avec les espaces de vie se déployant du plus public au plus privé.

La cuisine du salon et la salle à manger sont un plan ouvert avec de subtils changements de niveaux et de plans de toit pour différencier les différents espaces.

Le volume inférieur, une suite parentale à double porte-à-faux, agit comme un promontoire au-dessus de l’océan, offrant une vue imprenable depuis ses fenêtres du sol au plafond. Le lien entre ces deux volumes est la bibliothèque de verre, c’est le foyer de la maison, une pièce qui unit la maison à l’intérieur comme à l’extérieur par sa géométrie et sa transparence.

Une aile en béton d’un étage perpendiculaire à la maison comprend une chambre au rez-de-chaussée, des services de construction et un toit vert; c’est le rocher qui tient la maison au sol.

La maison a deux façades principales, celle du sud est recouverte de cuivre qui enveloppe le mur et sur le toit. Les surplombs de toit en cuivre protègent les fenêtres et la porte d’entrée du soleil et du vent de l’océan.

La façade au nord est entièrement en verre; des étendues de verre claires ouvrent la maison à la vue.

Une approche écologique

La lumière naturelle du jour dans toutes les pièces, y compris les salles de bains, est adaptée à l’orientation solaire et réduit les charges électriques provenant de l’éclairage artificiel. La lumière du jour principale est indirecte et vient du nord tandis que la lumière du sud est limitée et atténuée par un système d’ombrage automatique.

Le vitrage à contrôle solaire à faible émissivité est isolé et installé dans un cadre en acier personnalisé à rupture thermique. Ce vitrage haute performance réduit le gain solaire, améliore le confort hivernal et offre des performances thermiques supérieures sans sacrifier les vues.

La chaleur hydronique élimine les conduits et permet des températures de fonctionnement plus basses et un meilleur confort pour les occupants. La consommation d’énergie est nettement inférieure et plus efficace que les systèmes traditionnels.

La ventilation des cheminées est naturellement facilitée par l’aménagement du bâtiment. Le plan d’étage ouvert est connecté à plusieurs niveaux de la suite parentale. Le vitrage fonctionnel à commande automatique au niveau le plus bas est coordonné avec une grille de transfert d’échappement à la plus haute élévation. Le différentiel de pression et de hauteur permet l’épuisement de l’air chaud et le stockage d’air frais et froid.

La végétation résistante à la sécheresse est spécifiquement destinée à réduire l’érosion des sols et facilite de nouveaux habitats pour la faune locale. Un toit végétalisé réduit l’empreinte visuelle aérienne du bâtiment et fournit une masse thermique / isolation supplémentaire pour l’espace occupé en dessous.

Le traitement des eaux usées sur place est réalisé grâce à une fosse septique jumelé à des appareils de plomberie efficaces qui réduisent les charges dans les réseaux d’égouts municipaux et différencie les eaux noires et grises. À l’inverse, l’eau douce provient d’un ruisseau sur place qui ne dépend pas non plus des réseaux municipaux.

Blasen Landscape Architects 

Eric Blase

www.blasengardens.com

Ingénieur : Paul Endre

Ingénieur géotechnicien : Harold Gric

Images : Joe Fletcher

Plus d'articles