Un écrin parisien et haussmannien !

Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp

Avec cet appartement haussmannien revisité et pensé pour une famille d’aujourd’hui, la décoratrice Cynthia Apolinario coche toutes les bonnes cases : convivialité, intimité préservée, confort et praticité… sans se priver d’un rafraichissant pied de nez aux codes stylistiques du genre !

Texte Lucie Tavernier / Photos Jean-Louis Carli

Trop cloisonné l’haussmannien ? Engoncé dans un autre temps ? Cet appartement niché au 3e étage d’un immeuble du boulevard Pereire, près de la porte Maillot à Paris, fait fi des défauts qu’on attribue d’ordinaire aux logements sis dans les bâtisses en pierre de taille qui ont changé le visage de la capitale au XIXe siècle. Il faut dire que la décoratrice Cynthia Apolinario, qui signe la métamorphose de ce lieu baigné d’une lumière aimantée par le choix chromatique d’une palette immaculée, est partie d’une feuille blanche, ou presque.

TEXTILES EXCLUSIFS
Pour habiller le canapé Bolia qui structure le salon, Cynthia Apolinario a choisi dans la tissuthéque de la marque la référence « Ascot », une première ! Les rideaux ont été réalisés sur mesure par une couturière parisienne dans un voile de coton Dedar. Table d’appoint « Bell Side Table », design Sebastian Herkner, ClassiCon ; vase en  verre Zara Home et bougie Baobab Collection.

Ses clients, un producteur de musique et sa femme, étaient à l’origine à la recherche d’un appartement pour vivre avec leurs deux petites filles, mais aussi recevoir et travailler, le tout avec style. Aujourd’hui, face au cœur battant de ce 120 m2 percé de verrières contemporaines, avec en enfilade, salle à manger so chic, salon très cosy et cuisine bleu magistral, le coup de foudre, ressenti par le couple à la première visite paraît relever d’une folle évidence. Pourtant, alors divisé en deux parties sans aucune cohérence, dont l’une sans le moindre charme dédiée à la location, et l’autre vétuste et dans son jus, le bien demandait beaucoup d’imagination pour pouvoir se projeter.

Le vaste espace à vivre, architecturé et décloisonné, est rythmé par un dialogue tranché entre couleurs et matières.

BIEN ECLAIREE
Le couloir de l’entrée dévoile la salle à manger derrière une verrière contemporaine dessinée par la décoratrice, qui laisse naviguer la lumière naturelle. Le soir venu, une suspension Moooi, arachnéenne et sculpturale, prend le relais. Appliques DCW Editions ; table avec plateau en céramique marbrée sur mesure ; chaises PH Collection ; tissu Dedar ; vase Galeries Lafayette.

Audacieux, le couple prend néanmoins le temps de soumettre son projet à Cynthia Apolinario, l’une de leurs connaissances, décoratrice à la tête d’Apolinario Paris, cabinet d’architecture et décoration d’intérieur fondé il y a 4 ans. « Cet appartement offrait un beau cadeau de départ : l’absence de murs porteurs, rare dans l’haussmannien », se souvient-elle. Ayant gardé d’une autre vie outre-Atlantique le goût du challenge, la décoratrice se laisse happer par le défi et décide de faire abattre toutes les cloisons. Elle obtient un plateau quasi-brut, d’où repartir de zéro pour ne perdre aucun mètre carré et redistribuer les pièces avec fluidité. L’exercice lui permet également d’apporter le nec plus ultra en matière de confort à ce logement fonctionnel, sans que cela soit visible. Toute la partie technique, de la climatisation réversible haut-perchée dans les faux-plafonds des couloirs à la télévision et à la cheminée encastrées du salon, jusqu’au système de rétro-projecteur dans la chambre parentale, est savamment dissimulée.

CHIC INTEMPOREL
Depuis la cuisine ouverte, le salon et la salle à manger s’offrent au regard. Immaculés mais ponctués de pièces fortes, ces espaces à vivre desservent le reste de l’appartement. Peinture « Strong White » de Farrow & Ball ; photophores sur pied Vips & Friends de part et d’autre de la reproduction d’une photographie de Brigitte Bardot signée Terry O’Neill.

Mais plus qu’un sens de l’épure, cet écrin au style affirmé révèle un art du contraste maîtrisé. « Je voulais laisser dialoguer le mobilier, les objets soigneusement choisis, avec la beauté de cette architecture classique », commente Cynthia Apolinario, qui n’a pas hésité à ressusciter d’authentiques moulures là où elles avaient disparu du fait des anciens occupants. Sur la toile de fond constituée par un parquet en chêne massif, posé dans tout l’appartement pour apporter de l’unité, le moindre détail est pensé, jusqu’aux courbes des placards conçues pour ne pas heurter le regard.

Avec un vrai luxe de détails, le mariage du contemporain et de l’ancien conjugue confort et caractère

CUISINE SPECTACLE
Entièrement sur mesure, la cuisine marie son bleu profond au subtil marbré de la céramique haut de gamme «XTONE», collection Nuba chez Porcelanosa. Une association sublimée par les touches de laiton de la robinetterie, des assises AYTM et de la suspension dessinée par Cynthia Apolinario qui surplombe le coin repas. électroménager Smeg et De Dietrich.

Surtout, cette passionnée d’hôtellerie de luxe, inspirée par les architectes d’intérieur russes, a particulièrement soigné le choix des matières et des couleurs. Une luxueuse céramique aux nervures subtiles pour un effet marbre, du laiton par touches mesurées, des textiles texturés taillés dans un camaïeu raffiné… voilà son fil conducteur décliné de pièce en pièce. « Avec mes clients, nous avons opté pour une vraie harmonie, jusqu’aux couverts blancs rehaussés de laiton, et à la vaisselle, assiettes grises et verres fumés et biseautés, que j’ai choisis pour eux », sourit Cynthia Apolinario. Harmonie, mais surtout pas monotonie ! Arty, luxueux, cosy et contemporain, l’esprit des lieux cousu main par cette experte ès air du temps parvient à casser les codes de l’appartement familial parisien grâce à une identité visuelle forte, qui imprime longtemps les rétines !

COMME A L’HOTEL
Une paroi coulissante en verre fumé permet de cloisonner sans séparer l’espace chambre de la salle de bains. Dans ce petit espace, le moindre recoin a été exploité pour offrir du rangement sans avoir à choisir entre douche à l’italienne et baignoire (modèle « Calipso » sur Masalledebain.com). Lit sur mesure ; linge de lit Zara Home ; coussins en cuir « Coria », teinte Pale Mint, AYTM.
CYNTHIA APOLINARIO, DECORATRICE A SUIVRE
La vocation tardive de cette ancienne styliste est née en jetant un œil curieux au-dessus de l’épaule du décorateur Philippe Puron, son voisin de bureau à Los Angeles. Depuis son retour en France, cette autodidacte crée pour ses clients « des lieux à vivre et à rêver ».

Article publié dans le numéro 156 de Résidences Décoration

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest

La rédaction vous recommande

Dites-nous ce que vous en pensez