Un cocon 5 étoiles à Montmartre

Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp

Trentenaires, esthètes, grands voyageurs, ils rêvaient de transformer leur appartement de 64 m2 en suite cinq étoiles, compatible avec Crilu, le chat  ! Ils ont choisi leur architecte en conséquence.

Texte Anne-Marie Cattelain Le-Dû / Photos Jérôme Galland / DR

Acquérir son premier appartement, une aventure, un pari. Surtout dans la capitale, où les prix de l’immobilier s’envolent. Ce couple trentenaire a imaginé son cocon en consultant des sites d’hôtels, de designers, d’architectes, en feuilletant catalogues, magazines de décoration et en surfant sur les réseaux sociaux. C’est sur Instagram qu’il repère Thibaut Picard. Trentenaire lui aussi, cet architecte DE-HMONP (ndlr : équivalent actuel de DPLG) vient d’ouvrir son cabinet après avoir travaillé dans le cabinet de Didier Le Fort et à l’agence AW2, spécialisés dans la conception et réalisation de resorts de luxe et de boutique-hôtels.

A l’est, le living
Pour mettre en valeur la lumière et l’enfilade scandinave chinée chez BelleLurette au Marché Popincourt, l’architecte a opté pour une peinture gris pâle. Avec le galeriste Florian Daguet-Bresson, il a choisi l’œuvre très colorée de Sadie Laska et les céramiques de la Manufacture de Sèvres.

Séduit par les photos de ses premiers projets, appartements à Paris et Avoriaz, hôtel à l’étranger et rénovation d’un château du XIXe en Bretagne, le couple le contacte. L’architecte se souvient : « Je leur ai fixé rendez-vous autour d’une table pour échanger sur leurs envies, leurs idées, leur mode de vie et leur budget. C’est important, car j’essaie toujours de m’adapter et de le maîtriser. Lors de cette prise de contact, je n’ai apporté qu’un carnet de notes et j’ai écouté. Leurs passions pour la musique, l’art et le voyage ont résonné avec mes centres d’intérêt. Et leur désir d’un lieu ressemblant à une suite hôtelière m’a parlé. »

Rentabiliser, exploiter, valoriser, comme dans un hôtel, le moindre centimètre carré.

La nuit en rose
Dans la chambre de 13 m2 où pénètre le soleil couchant, couleur monobloc « Rose S64 » de Ressource, finition mat poudré. Jeu de moulures Orac Décor sur les murs et en tête de lit. Applique « Jube » de Favaretto & Partners. Parquet restauré, poncé et verni mat.

Bingo ! Les dés sont jetés. Thibaut s’associe même à leur recherche du bien idéal jusqu’à ce que ses clients dégottent la perle, dans le 18e arrondissement. « En pénétrant dans cet appartement au sixième étage d’un immeuble 1920 Art déco avec ascenseur, nous avons eu le coup de foudre. Sans vis-à-vis, calme, traversant, ensoleillé… nous nous y sommes immédiatement projetés. La mini-vue sur le Sacré-Cœur, la chambre de bonne révélant la tour Eiffel et la présence d’un gardien, ont été les ultimes détonateurs ».

Cabinet de curiosités
Salle à manger-bibliothèque, peinture amande, mat poudré, réf. « SC203A », Ressource. Meuble avec banquette et colonnes de rangement, création Thibaut Picard. Suspension, « Arrangements Line » de Flos. Table réalisée sur mesure par un marbrier.

Epine dorsale autour de laquelle s’organisait le lieu, un large corridor percé de sept portes. « J’ai bâti mon projet autour de ce couloir. J’ai retiré cinq portes, condamné en premier celle du fond qui brisait les lignes de fuite, imaginé des éclairages indirects par gorges lumineuses, une niche banquette et choisi un vert puissant de Ressource, maison française de peinture haut de gamme. Sous la moquette, j’ai découvert un parquet. Poncé, passé au vernis mat, il a révélé son relief », précise l’architecte. Comme dans un hôtel où chaque centimètre carré doit être rentabilisé, Thibaut Picard a tiré parti du moindre espace, dessiné des meubles sur mesure exécutés par un menuisier. « Je conçois mon rôle comme celui d’un chef d’orchestre qui s’appuie sur les compétences de chaque corps de métier. »

« Un de mes principes : éviter les murs blancs. Ils donnent l’impression de vivre dans une boîte. »

Clair-obscur
Le couloir est devenu utile et élégant grâce à sa niche aménagée d’une banquette-rangement. Les appliques « In the Sun » by Dominique Perrault et Gaëlle Lauriot-Prévost, chez DCW éditions, sont un clin d’œil de Thibaut à Dominique Perrault, architecte de l’université EWHA de Séoul. Vase The Conran Shop. Photographie signée Thibaut Picard.

L’architecte crée ainsi une bibliothèque bourrée d’astuces. « Mes clients désiraient une sorte de cabinet de curiosités avec un espace vide dédié à Crilù, leur chat. Dans un souci d’optimisation, j’y ai intégré une banquette à tiroirs et à chaque extrémité une colonne de rangement. »

Dressing secret
Comme dans un hôtel, une niche rétroéclairée à l’entrée où on peut imaginer poser une machine Nespresso et un vaste dressing, caché, rompent le côté carré, systématique de la chambre.

Pour la touche personnelle, le couple explique : « Nous avons demandé à Thibaut de composer avec les pièces de mobilier auxquelles nous tenions, la table en marbre de la salle à manger et, dans le salon, l’enfilade scandinave et la coffee table. D’ailleurs, dans cette pièce inondée de soleil nous souhaitions des murs blancs. » Mais l’architecte avait son idée : « J’ai plutôt laissé les plafonds aux jolies moulures en blanc, et opté pour un gris pâle qui diffuse bien la lumière. C’est un de mes principes : éviter les murs blancs donnant l’impression de vivre dans une boîte. »

Le grés cérame prend la douche
Dans la petite salle bains, pas de baignoire, mais une grande douche à l’italienne de 1 m sur 1 m 60. Robinetterie de la maison anglaise Lusso. Le grès cérame a été taillé sur mesure par un marbrier dans deux grandes plaques pour éviter les joints.

« Comme un gamin, raconte l’un des propriétaires, je rêvais d’une pièce secrète. Notre architecte s’est pris au jeu… Dans la chambre, d’un rose s’enrichissant de nuances ocre à la lumière du soir, il a dissimulé un dressing. Et, pour brouiller les pistes, a multiplié à l’envi les moulures sur les murs et même en tête de lit. Je souhaitais aussi pouvoir occulter la salle de bains. Pour ne pas perdre de place, Thibaut a doublé la paroi de verre d’une porte coulissant, comme dans une suite. Comme dans une suite aussi les liseuses, les prises aux bons endroits et les mille détails qui nourrissent l’illusion de vivre à l’hôtel. »

L’architecte Thibaut Picard
Formé à l’école d’architecture Paris-Val de Seine, il part une année en Erasmus à Séoul. Sensible aux matières, aux matériaux, il s’intéresse autant à l’urbanisme et à l’architecture qu’à la décoration. Et adore les projets hôteliers qui prennent en compte ces trois aspects.
Article paru dans le numéro 155 de Résidences Décoration paru en décembre 2020 – janvier 2021.
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest

La rédaction vous recommande

Dites-nous ce que vous en pensez