EDO, la nouvelle terrasse éphémère à découvrir cet été au Palais de Tokyo

EDO s’installe pour trois mois sur le parvis du Palais de Tokyo, du 15 juillet au 15 octobre 2020. Le groupe ASSEMBLY (Silencio, Beau Regard, Wanderlust, Josephine, FVTVR) accueille le chef MORY SACKO, jeune candidat très apprécié du public de la saison 2020 de Top Chef, et une programmation de DJs dans une installation conçue par le collectif VISUAL SYSTEM, aux frontières de l’art et du design. 

Face à la Seine et à la Tour Eiffel, un décor futuriste pour profiter en musique des plus beaux couchers de soleil de Paris et découvrir la carte de street food et cocktails du jeune chef aux influences africaines et japonaises.

EDO, comme l’ancien Tokyo de 1603 à 1868, et sa culture du « monde flottant », celui des divertissements aux marges d’une société urbaine et prospère. EDO, aussi, comme le nouveau projet de street food multiculturel du Palais de Tokyo.

 » Nous avons voulu réunir les nouveaux talents de la gastronomie, du design et de la musique pour créer un lieu inédit sur le parvis du plus grand centre d’art européen. ” — Arnaud Frisch

Le chef Mory Sacko, jeune talent découvert dans Top Chef

Il fallait donc un chef capable de retranscrire ce melting-pot dans l’assiette. En attendant l’ouverture de son premier restaurant Mosuke en septembre, Mory Sacko, ancien second de Thierry Marx et candidat remarqué de Top Chef, propose une version fast food léchée de sa cuisine ouverte sur le monde. Cet été, le chef français de 27 ans rend hommage à ses origines familiales maliennes et à sa passion pour le Japon avec un menu qui incarne le renouveau métissé de la gastronomie hexagonale, à retrouver chez EDO.

À la carte cet été, de nombreuses réjouissances réparties en six thèmes et concoctées par le chef. Grillades, fritures, nouilles, sando, sugar et même quelques extras, façon marché tokyoïte. Parmi elles, des brochettes de bœuf « soya », une tempura de saumon Teriyaki ou une cold pèpè soup (une soupe de poisson pimentée typique d’Afrique de l’Ouest) aux nouilles soba. Le tout préparé avec des produits locaux et de saison. Moins régional, la carte fera également la part belle aux sakés (passage obligé !), mais aussi aux vins naturels, quand l’équipe du Silencio elle, shakera les cocktails.

EDO, le restaurant que l’on déguste (aussi) avec les yeux

Edo, un décor en deux tempos : bar d’un côté, restaurant-installation de l’autre. Par l’intermédiaire de la lumière et du son, ses visiteurs et mangeurs s’immergent au cœur d’un univers abstrait, géométrique et lumineux, qui rappellerait presque des paysages urbains futuristes ou sci-fiction. L’espace se compose d’une étendue peuplée de tables, de végétation, de mâts et de branches lumineuses entremêlés. Pour une structure qui fusionne, rayonne et interagit avec le Palais de Tokyo. Un parti-pris qui matchera avec des arts de la table en bois plus traditionnels. Tout en contrastes, ce mix d’authenticité et de modernité assumée semble naviguer entre les rues bondées de Tokyo et celles de Dakar ou de Bamako.

EDO est une installation monumentale dans laquelle on pourrait presque se perdre. Le public est invité à parcourir ce dédale d’ombres et de lumières pour se nicher dans les alcôves qui structurent l’architecture de l’œuvre. Ce Night Market contemporain vit au gré des vagues de lumières, qui nous emportent dans une expérience sensorielle onirique et colorée.

J’ai puisé dans l’énergie de la street food africaine et japonaise à travers des grillades, des laquages, des fritures et des épices. Ces éléments font directement appel à nos instincts, et c’est ce que je souhaite transmettre à travers ma cuisine. Mon passage chez EDO illustre ce bouillon de culture(s) qui m’anime. ” — Mory Sacko

EDO

Du 15 juillet au 22 août, du mardi au samedi entre 18h et 2h

Puis du 25 août au 15 octobre 7  jours sur 7, de 12h à 2h

Plats de 6 à 14€, boissons à partir de 5€

www.edo-palaisdetokyo.com

Images : Chris Saunders

On voit la vie en rose chez MAVI Food !

Voici une nouvelle adresse italienne incontournable, pour colorer nos journées et nous faire imaginer les beaux jours dans la Dolce Vita milanaise !

C’est en septembre 2019, au coeur de Milan, au 9 Via Terraggio, que deux jeunes femmes, Marta Poletti, 26 ans de Crema et Vittoria Rossaro, 29 ans de Milan, mais née à Paris, ont inauguré un petit espace appelé MAVI.
Influencées par leur expérience américaine de trois mois, entre New York et Los Angeles, leur savoir-faire, ainsi que avec l’aide de grands chefs, elles ont composé un menu riche, coloré, sain, appelé « Pink Fusion Food ».

Pourquoi rose ? Car le rose est roi chez MAVI, des murs au sol en passant par le plafond qui est un jardin fleuri, enchanté, empreint de féminité, pour créer une expérience enveloppante et positive pour quiconque entre dans ce petit monde en rose. Fusion Food, parce que le menu, composé de bowls healthy et gourmands, séduit par sa fraîcheur et la diversité de ses ingrédients : l’avocat, à la base de nombreuses recettes, les veloutés, les nouilles, la pizza. Curiosité et dégustation assurées avec le plat phare du menu : la pizza à l’avocat.

Les quatre bowls qui composent la carte : Vegan, Crevette, Saumon, Couscous et les extraits : Antioxydants, Beauté, Detox, Slim, Vitamines et Energie, ont été créés en collaboration avec un nutritionniste.
Les plats sont présentés accompagnés de fleurs, en provenance d’un jardin coloré. On les retrouve dans une version comestible, également dans les décors des bowls, du Poke, du Couscous.

BOL VEGAN x4

Sarrasin
– [] 250 gr de grains de sarrasin
– [] 500 ml d’eau
– [] 1 pincée de sel
– [] 2 feuilles de laurier
Mettez tous les ingrédients dans une casserole et laissez cuire 15 minutes après que l’eau commence à bouillir.

Falafel
– [] 330gr de pois chiches cuits
– [] la moitié d’un poireau
– [] un demi choux brocoli
– [] 1 carotte
– [] 15gr de farine de pois chiches
– [] 5gr de sel
– [] 1gr de bicarbonate
– [] 1 pincée de cumin
Mélangez tout et créez des boules avec le mélange. Cuire à 180° au four pendant 20 minutes.

Fenouil à l’orange
– [] 1 petit fenouil
– [] une demi orange
– [] sel

– [] huile d’olive extra vierge
Couper le fenouil et l’orange en lamelles et laisser mariner le tout avec du sel et de l’huile.

Babaganoush
– [] 2 aubergines
– [] un demi citron
– [] 1 cuillère à café de sauce Tahina
– [] sel
– [] huile
Cuire les aubergines à feu doux dans une poêle antiadhésive jusqu’à ce que la peau soit brûlée.
Peler les aubergines et les battre avec le couteau avec le reste des ingrédients jusqu’à obtention d’une sauce crémeuse.

Sauce au sésame et paprika fumé
– [] 1 cuillère à café de sauce Tahina
– [] 2 cuillères à soupe d’eau
– [] 1 pincée de sel
– [] Une demi-cuillère à café de paprika fumé
Mélanger tous les ingrédients pour créer une sauce assez liquide.

Houmous à la rose libanaise
– [] 120gr de pois chiches cuits
– [] 1 quartier de citron
– [] 1 cuillère à café de sauce Tahina
– [] 30gr de betteraves rouges
– [] sel au goût
– [] huile au goût
Mélanger tous les ingrédients pour créer le mélange épais mais homogène.

Riz sauvage
– [] 20gr de riz canadien
Faites frire légèrement le riz dans l’huile de tournesol. Pour créer votre VEGAN BOLW MAVI, combinez tous les ingrédients et embellissez le plat avec des petites fleurs comestibles.

Séduits par la bowlfood de Marta et Vittoria !
MAVI FOOD
Via Terraggio, 9, 20123 Milano

Texte : Karine Patricola – Images : Stefano Guindani Photo.

Remontons-nous le moral avec un Tiramisu

En nous inspirant de… TIRAMIBLOOM !
Le tiramisu (de l’italien «  tiramisù » ) littéralement « tire-moi vers le haut », « remonte-moi le moral » ou « redonne-moi des forces » est une pȃtisserie et un dessert traditionnel de la cuisine italienne, apprécié dans le monde entier, qui n’a jamais été plus actuel que dans cette période de pause forcée.
Son invention remonterait à la fin du xvi e siècle, en Toscane. Lors d’un voyage à Sienne du Duc souverain de Toscane Cosme III de Medicis, ce dernier aurait fait du tiramisu son dessert préféré, ramenant la recette à la cour de Florence, d’où il se serait répandu en Vénétie à Trévise et à Venise. C’est à Trévise que le mascarpone aurait été ajouté à la recette d’origine.
Les versions de la recette sont multiples dont celle plus légère en Émilie-Romagne, appelée zuppa inglese ( crema della Duchessa ou zuppa della Duchessa), réalisée avec de la crème, sans biscuits à la cuillère, avec des lamelles ou éclats de chocolat à l’intérieur.
Et c’est justement à Rome, au 187, via dei Gracchi, dans le quartier de Prati, qu’une équipe de trois amis, composée de Luca Cuniolo, Luca Fiore et Giacinta Trivero, a décidé de créer le Tiramibloom: un bar-pâtisserie spécial, un tiramisù-bar à sa manière où le célèbre dessert italien, dans une version strictement artisanale, se décline dans mille variations saisonnières.
Un espace en rose dédié au Tiramisu, qui allie la dégustion au véritable laboratoire expérimental.
Avant d’entreprendre une recette déclinée selon la sélection de la Chef Giacinta Trivero, voici la recette base :
4 oeufs
100 g de sucre semoule
300 g de biscuits à la cuillère
500 g de mascarpone
1 tasse de café noir sans sucre
cacao amer
  1. Séparer les blancs des jaunes d’oeufs.
  2. Mélanger les jaunes avec le sucre
  3. Ajouter le mascarpone au fouet.
  4. Monter les blancs en neige et les incorporer délicatement à la spatule au mélange précédent.
  5. Mouiller les biscuits dans le café rapidement et tapisser le fond du plat.
  6. Recouvrir d’une couche de crème au mascarpone puis répéter l’opération en alternant couche de biscuits et couche de crème en terminant par cette dernière.
  7. Saupoudrer de cacao.
  8. Mettre au réfrigérateur 3 heures puis déguster frais.
Bonne dégustation !
Tiramibloom
Via dei Gracchi, 187a, Rome, Italie
Texte : Karine Patricola – Images : D.R.

Dekton® by Cosentino équipe le restaurant Pavyllon de Yannick Alléno

Le chef français triplement étoilé au guide MICHELIN France 2020 Yannick Alléno ouvre au rez-de-jardin du Pavillon Ledoyen (Paris), un nouvel espace de restauration : Pavyllon. Située à proximité des Champs-Élysées, cette troisième offre du chef est un comptoir gastronomique totalement ouvert sur la cuisine et équipée en Dekton® by Cosentino.

Les convives sont aux premières loges pour observer le ballet des cuisiniers et l’exécution d’une cuisine-minute où les influences françaises se mêlent à d’autres traditions culinaires. Une trentaine de places installées sur un comptoir en avant-scène, permettent d’assister à l’élaboration des plats. La cuisine a été conçue dans les moindres détails pour permettre à la brigade et aux gourmets, d’évoluer dans ce cadre exceptionnel.Yannick Alléno a travaillé main dans la main avec l’architecte d’intérieur Chahan Minassian, adepte d’un style à la fois luxueux et raffiné, attentif aux jeux de matières et de textures. L’architecte, qui a signé plusieurs espaces de l’Hôtel Crillon et de nombreuses résidences dans le monde, a donc imaginé un comptoir en bois métallisé patiné bronze dont il prolonge la ligne grâce à un jeu de miroirs colorés. Ce comptoir enveloppe la cuisine, élément central du lieu où se déroule la mise en scène des plats, sur les surfaces ultra compactes Dekton® by Cosentino, coloris Galema, d’une épaisseur de 2 cm.

Comme un subtil rappel de la nature qui entoure le restaurant, Chahan Minassian allie à la perfection les matières, à l’instar du velours et du daim pour les sièges, des panneaux en boiseries de chêne cérusé aux murs, créant un contraste entre le feutré et le brillant, avec une coloration douce dans des tonalités de gris-vert. Une attention particulière a été portée à tous les détails, créant une harmonie qui rend plus attentif et plus réceptif à la dégustation, à la convivialité.

Dekton® présente plusieurs caractéristiques techniques remarquables en termes de résistance aux UV, aux rayures, aux salissures, aux chocs thermiques, sans oublier une très faible porosité. C’est le matériau idéal pour une cuisine de chef, nécessitant peu d’entretien, tout en conservant une esthétique épurée, propre aux cuisines professionnelles.

www.cosentino.com

Images : DR.

 

L’atelier MIKKI, des crêpes bretonnes façon maki !

Tous les midis c’est la même chose, pizza ou bistro, crêpes ou jap ? Des choix cornéliens qui nous font perdre de précieuses minutes sur notre pause déj et des débats interminables entre collègues ! On a déniché pour vous un concept original mi-crêpe, mi-maki qui devrait mettre tout le monde d’accord !

L’Atelier MIKKI, c’est le nouveau hot spot gourmand de la place des Vosges. D’inspiration bretonne et japonaise, la traditionnelle crêpe bretonne est revisitée sous forme de Maki. Pour les recettes salées, une base de galette de sarrasin agrémentée de champignons shitake, radis daikon ou d’œufs de saumon ikura, et pour les douceurs des desserts traditionnels français revisités en y ajoutant une subtile touche japonaise avec, par exemple, le yuzu ou le thé matcha.

Ici, tout est préparé le jour même avec des produits bio, de petits producteurs choisis avec soin. Et cerise sur le maki, l’écolo bobo du bureau n’aura plus d’excuse pour ne pas venir car les recettes maison et artisanales respectent les diverses pratiques alimentaires, du veggie au vegan, en passant par l’intolérance au gluten ou au lactose !

Formules midi entre 9,50 € et 13,50 

 

ATELIER MIKKI

Ouvert tous les jours de 8h à 21h

33, rue de Turenne – 75003 PARIS

www.ateliermikki.com

 

Texte : Margaux Dalbavie – Images : DR

Bienvenue chez Libertino, le nouveau paradis de la pizza et de la burrata… au 44 rue de Paradis !

Après une escapade à Lille et s’être aventuré dans le East London, Big Mamma revient à ses premières amours, Parigi avec Libertino, le restau le plus loufoque de tout le groupe, une trattoria hors norme sur pas moins de deux étages.

Libertino, c’est un vol direct pour Montepulciano, en Toscane. À droite, une impressionnante cuisine où règne la Maserati des fours à braise. À gauche, retour en enfance avec la pâtisserie où l’affriolante farandole de desserts trône sur le comptoir. Le nouveau spot pour se régaler de pizzas romaines ultra fines et croquantes, de festivals d’antipasti à partager ou encore de desserts géants pousse-au-crime enrobés de chocolat, de caramel beurre salé praliné croustillant. Et cerise sulla dolce : si vous en aviez assez de faire la queue pour pouvoir espérer déguster une succulente pizza, une burrata de 1kg ou tiramisu qui-tue-la-mort, le Libertino est ouvert aux réservations ! Décidément, une big bonne nouvelle !

 

LIBERTINO
44 rue de Paradis, 75010 Paris

www.bigmammagroup.com

 

Texte : Margaux Dalbavie – Images : DR

Eclipses, gastronomie au grand jour !

Une nouvelle adresse dans le paisible 7e arrondissement de Paris vient égayer nos papilles… Cyril Choisne, qui a fait ses gammes chez Ledoyen, Le Plaza Athénée, Apicius ou encore Le Grand Vefour, signe une fort belle partition avec Eclipses.

Pour le chef, « le produit est star et la saisonnalité une religion ».  Il s’attache à réaliser une cuisine « décomplexifiée » et là, le mot gastronomie prend tout son sens… Ici, on cuisine. Vraiment. De l’amuse-bouche au dessert en passant par le  pain et les mignardises, tout est exécuté sur place. « Ici on aime le beurre et le sucre » lance Cyril Choisne, tel un avertissement à celle et ceux qui seraient tentés de faire la chasse aux calories…

Tout à table n’est que tentation ! Notre savoureux déjeuner commence par un « craquage » sur un feuilleté dont la longueur est un outrage à tout régime… Le choix du pain en sera un autre… Quant à celui du sel, il régale les plus exigents.

Notre coup de cœur ira au foie-gras, entrée signature à la réalisation impeccable et au bar de ligne à la cuisson plus que parfaite du menu déjeuner en 3 mouvements à 36 euros (dîner en 5 ou 7 mouvements, à 69 et 89 euros).

Lauréat de la dotation Gault&Millau des Jeunes Talents, Cyril Choisne forme un duo respectable avec son maître d’hôtel et associé Nicolas Casal  qui accueille et conseille à la perfection.

Vous savez où réservez vos prochains déjeuners ou dîners. Un dernier conseil, à partir de 8 convives, demandez à réserver la cave de pierres voutée, un cocon sous-terrain qui sublimera l’instant…

 

ECLIPSES

27-29, rue de Beaune 75007 Paris

www.eclipses.fr

 

Texte : Corinne Marcheix-Picard – Images : DR

Mourchevel, la montage à deux pas de Paris !

Ça y est, réjouissons-nous, les premières invitations raclette ont été lancées ! On ajoute un trou à notre ceinture et on se prépare pour le marathon de Noël au Mourchevel !

Raclette, fondue savoyarde, barbecue, grillades, vin chaud, tout ce qui nous rappelle la montagne est réuni dans ce refuge de montagne. Ce refuge de montagne !? Pas d’inquiétude ! Perchée dans les hautes montagnes enneigées de Suresnes, cette « station de ski » possède en prime une vue 360° sur le Tout Paris et ses plus beaux monuments.

Du 6 décembre au 1 mars 2020, ce sont 25 œufs et 3 téléphériques réaménagés en tablées qui accueillent familles, couples et amis pour un véritable moment de partage autour de produits uniques.

 

MOURCHEVEL

Ouvert du 6 décembre 2019 au 1er mars 2020

Terrasse du Fecheray 92150 Suresnes | 06 35 31 20 21

www.mourchevel.fr

Texte : Margaux Dalbavie – Images : DR

Noël féerique au Peninsula Paris

Durant tout le mois de décembre, les 10 hôtels The Peninsula célèbrent l’esprit de Noël. Entre traditions, délices gastronomiques, surprises et jolies idées de cadeaux, le Peninsula se pliera en quatre pour vous créer des souvenirs inoubliables. Tout un programme !

Autour du thème Stories from the Tree, six personnages colorés, parmi lesquels le bonhomme de Pain d’Épice et Casse-Noisette, orneront les décorations de chaque hôtel pour une ambiance féerique. Dès notre arrivée, on file sur l’immense toit-terrasse privé de la Suite Katara pour profiter de la patinoire ! Entouré du jardin d’hiver, tout en admirant une vue spectaculaire sur les monuments et toits de la capitale, on glisse sur la glace dans un moment de grâce.

Pour se réchauffer, on court s’installer dans le somptueux décor du lobby pour une pause gourmande et raffinée pour le tea time de Noël. Un cocktail Peninsula spécialement créé à base de vodka infusée à la truffe et de caviar sera également proposé pendant la période festive. On déguste la bûche de Noël du chef pâtissier Dominique Costa qui puise son inspiration au cœur des vignes, rendant ainsi hommage au savoir-faire français.

Petite balade digestif dans la boutique éphémère pour des idées cadeaux inspirées du thème Stories from the Tree. Puis nous poursuivons notre chemin dans le ravissant village enchanté de la terrasse Kléber. Dans une maison en pain d’épices, nous attendent de savoureux chocolats chauds et autres gourmandises sucrées. Foie gras, saumon ou du caviar, et spécialités au homard, tous les mets de Noël sont là pour ravir les plus gourmands qui finiront leur voyage culinaire dépaysant dans une véritable yourte confectionnée en Mongolie.

Etoile sur le sapin, une partie des bénéfices sera reversée à l’association Les Apprentis d’Auteuil. En soutien à l’alphabétisation des plus jeunes, The Peninsula Hotels onta créé un conte pour enfants digital intitulé L’aventure du Bonhomme de Pain d’Épice, téléchargeable sur peninsula.com/festive

THE PENINSULA PARIS

19 avenue Kléber, 75116 Paris (01 58 12 28 88)

www.peninsula.com

 

Texte : Margaux Dalbavie – Image : DR

Prêt pour une escale en Mongolie ?

Durant tout l’hiver, l’ambassade de Mongolie pose sa yourte sur la terrasse du restaurant Spoon, place de la Bourse. Une véritable invitation au voyage sans bouger de Paris.

C’est sous une yourte, habitation traditionnelle des familles nomades, synonyme de partage et d’hospitalité, que vous êtes convié à déguster un apéritif ou bien quelques créations du chef Hisanobu Shigeta composées de pois chiches doha, butter chicken, crevettes mumbaï…

Ce cocoon, pouvant accueillir de 8 à 16 invités, est privatisable sur demande et propose des plats à partager comme un Biryani Jodhpur, savoureux mélange de riz, bœuf et safran.

 

 

SPOON

25, place de la Bourse 75002 paris

01 83 92 20 30

www.spoon-restaurant.com

Texte : Margaux Dalbavie – Images : DR

Le nouveau bouillon parisien s’installe dans le quartier des Halles !

Un bon repas, dans un cadre d’exception, en plein de cœur de Paris pour moins de 20 €, impossible dites-vous ? Le Petit Bouillon Pharamond l’a fait, pour le plus grand plaisir de nos papilles ! 

Vous connaissiez déjà peut être le Pharamond, établissement mythique du quartier des Halles. Créé en 1832 par Pierre Heutte, le restaurant avait pour vocation de faire découvrir la cuisine normande aux Parisiens. En presque deux siècles, une clientèle prestigieuse y a défilé : Clemenceau, Hemingway, Oscar Wilde, François Mitterrand… Ses colombages de bâtisse normande, ses miroirs peints, ses dorures, ses banquettes rouges, son décor Belle Epoque… lui ont valu d’être classé au titre des monuments historiques !

Aujourd’hui, le Pharamond devient Le Petit Bouillon Pharamond. Avec sa carte bistrotière accessible et composée de plats traditionnels et réconfortants, on retrouve les joies simples de la table. Bien entendu, l’institution a conservé ses spécialités normandes comme le camembert rôti au miel ou le foie gras maison au Calvados, suivis des légendaires tripes à la mode de Caen, renommées « le bouillon Pharamond à la mode de Caen », avant un petit trou normand pour finir le voyage sur un riz au lait façon Teurgoule et pommes caramélisées…

 

LE PETIT BOUILLON PHARAMOND

24 rue de la Grande Truanderie, 75001 Paris

Privatisation possible dans les salons privés (informations tarifs sur demande).

www.pharamond.fr

 

Texte : Margaux Dalbavie – Image : DR

15 chefs pas à leur place ! 

On pourrait ajouter : et quelle place…!

Raconter ce qu’il se passe quand 15 grands chefs ne sont pas dans leur restaurant et ce qu’ils cuisinent dans des circonstances inusuelles, c’est le livre nouveauté du moment en Italie.

Les deux auteurs, Alessandro Maria Ferreri et Marco Bonaldo  deux italiens géniaux, ont uni leur expérience, leurs deux univers, l’un lié à la planète fashion et l’autre à l’huile d’olive extra-vierge d’excellence,  et invité 15 grands chefs à se mesurer dans l’improvisation d’un menu informel.

Un livre en version italienne et anglaise qui a réuni de grands noms de la cuisine étoilée tels que Fabrice Vulin, Thomas & Mathias Sühring, Elio Sironi, Paolo Sari, Marcel Ravin, Gilles Perrin, Romain Meder, Alain Llorca, Daniel Humm, Luca Fantin, Edgard Bovier, Massimo Bottura, Jean-Philippe Blondet et encore Heinz Beck, pour cuisiner des recettes surprenantes et épater les amis durant des moments les plus inattendus.

Le résultat créatif, structuré et ultra coloré, s’est dévoilé à travers le regard de Laurence Delannoy Botta et Pierrick Verny, qui ont réalisé de superbes photos, pour une mise en scène inspirée.

C’est à vous de jouer maintenant, avec les recettes et pourquoi pas dans la même déco !

Texte : Karine Patricola – Image : DR