Une ferme urbaine sur le toit de l’université Thammasat à Bangkok

L’urbanisation sauvage des grandes villes d’Asie du Sud-Est les ont conduites à perdre leur statut de société agraires, autrefois abondantes. C’est pour contrebalancer cette évolution dramatique que, à Bangkok, l’université Thammasat a lancé un formidable projet écologique : utiliser près de deux hectares de toit pour produire de la nourriture de manière efficace et durable.

Thammasat présente une solution climatique adaptative avec la plus grande ferme de toit biologique d’Asie – Thammasat University Rooftop Farm (TURF). En intégrant l’architecture du paysage à l’ingéniosité des rizières en terrasses traditionnelles elle intègre la production alimentaire durable, les énergies renouvelables, les déchets organiques, la gestion de l’eau et l’espace public.

Avec justement ce terrassement de rizières en terrasses et une technologie de toit vert moderne, le toit en cascade absorbe, filtre et ralentit le ruissellement vingt fois plus efficacement que les toits de béton conventionnels.

Alors que l’eau de pluie zigzague sur les pentes, TURF cultive de la nourriture pour nourrir le campus. À la fin de son voyage, quatre bassins de rétention attendent sur chaque aile, atténuant et stockant les précipitations excessives pour une utilisation future en cas de sécheresse. Taillant dans l’architecture montagneuse, TURF maximise le terrain pour créer des espaces publics multifonctionnels et un grand amphithéâtre avec une vue panoramique à 360 degrés de Bangkok. Le toit est équipé de panneaux solaires, capables de produire jusqu’à 500 000 watts par heure pour irriguer la ferme urbaine et alimenter le bâtiment en dessous.

Le TURF est bien une solution réaliste, pleine d’espoir, qui remet les citadins au courant des pratiques agricoles. Les leçons sur l’agriculture thaïlandaise, le paysage et le sol indigène sont intégrées dans le TURF et le message est clair : aux futurs dirigeants de s’éduquer, de s’adapter et de relever les défis climatiques, en construisant des villes durables pour les générations à venir.

LANDPROCESS

LANDPROCESS est une entreprise d’architecture de paysage et de design urbain basée à Bangkok, fondée en 2011 par l’architecte paysagiste Kotchakorn Voraakhom.

www.landprocess.co.th

Crédits Photos : Panoramic Studio / LANDPROCESS / Dsignsomething / Jinnawat Borihankijanan

Canada : un chalet face au lac Archambault Saint-Donat-de-Montcalm, tel un dialogue avec la nature

Cette résidence secondaire est située à Saint-Donat dans les Laurentides. Elle s’implante sur un terrain boisé et escarpé en bordure du lac Archambault. Le terrain, de plus de 1 600 m2, possède une végétation dense qui apporte ombrage et fraîcheur en été.

Construit il y a plus de 40 ans par le père du présent entrepreneur, ce chalet familial nécessitait d’importantes transformations pour répondre adéquatement aux besoins des propriétaires actuels tout en le rendant plus confortable en été comme en hiver. Les clients avaient la volonté de conserver le cachet existant tout en créant des environnements au goût du jour. L’ajout de zones extérieures pour profiter de la nature et la création d’espaces pour faciliter le départ et l’arrivée des activités sportives étaient au coeur des priorités.

Le chalet est agrandi au nord et à l’ouest. Au nord, un garage, des espaces de rangement pour les équipements sportifs et un mud room logent dans le nouveau volume. À l’ouest, un nouvel espace trois saisons prolonge les journées à l’extérieur et offre un somptueux panorama sur la forêt environnante. Les deux nouveaux volumes, au revêtement de bois foncé, reprennent la volumétrie existante et enrichissent la composition initiale.

Face au lac, la terrasse existante se prolonge jusqu’au nouvel espace trois saisons créant ainsi une importante surface extérieure pour profiter du soleil. Le garde-corps en bois massif est remplacé par une paroi de verre laissant place à une vue dégagée sur le lac et la végétation luxuriante.

La façade ouest a été ouverte et la fenestration de la cuisine a été agrandie en largeur et en hauteur. L’espace de vie principal devient maintenant lumineux du lever au coucher du soleil. La cuisine d’origine est décloisonnée  et réorganisée. Elle devient ainsi fonctionnelle et favorise les échanges autour d’un grand îlot devenant le cœur des échanges familiaux.

La matérialité des pièces rénovées vient s’harmoniser avec l’existant tout en marquant sa modernité. La cheminée en pierre d’origine, les poutres, le plafond et les murs en lattes de bois côtoient ainsi joliment la cuisine, la véranda et l’entrée au design sobre et épuré. Seuls quelques éléments décoratifs, tels que les tabourets faits avec des sièges de tracteur, le luminaire conçu avec une roue de bois et quelques pièces industrielles sont intégrés au décor afin de rappeler l’histoire de cette résidence.

Le chalet ainsi transformé répond maintenant à l’ensemble des besoins de la famille, et ce au fil des saisons. Cette résidence de Saint-Donat dialogue aujourd’hui avec son histoire et la nature qui l’entoure, devenant un véritable havre de paix confortable et chaleureux.

Cardin Julien

Fondée en 1992 à Montréal, Cardin Julien conçoit et réalise des projets clés se traduisant en espaces et bâtiments significatifs et durables. La firme crée des espaces adaptés à ses usagers grâce à ses compétences et son savoir-faire dans la planification et la réalisation d’installations complexes. La signature unique de ses projets est obtenue par la transformation de contraintes en solutions créatives. Cardin Julien compte sur la grande expérience de son équipe qui, au fil des années, a développé une expertise unique en réalisant avec succès des projets novateurs.

www.cardinjulien.com/projets/residence-saint-donat

Jean-François Julien, associé

Équipe de design : Jean-François Julien, Gabrielle Roberge et Lakmé Gremillet

Images : Olivier Blouin.

Skyline House, une maison au toit ondulé surplombant la ville d’Oakland

Ce projet est une reconstruction d’une maison datant de 1991. Situé en haut de la chaîne de montagnes Eastbay surplombant la ville d’Oakland, le site offre une vue imprenable vers la baie sud-ouest et le Golden Gate. Il a été conçu pour une jeune famille, qui souhaitait une maison à aire ouverte qui embrassait la vue sur la baie et une connexion au jardin existant.La propriété possède de grands séquoias sur les deux côtés longitudinaux de la propriété, canalisant ainsi ceux qui se concentrent du jardin avant aux vues arrière.

La conception consiste à entourer l’espace commun du rez-de-chaussée dans un tube en bois qui relie le jardin à l’avant à la terrasse panoramique, de l’espace de vie à l’arrière. Situé près du sommet de la chaîne de montagnes, à environ 450 mètes au-dessus du niveau de la mer, le site est confronté à des conditions météorologiques extrêmes et à de larges variations de température.

Le toit de la forme tubulaire est déformé créant un grand volume de ventilation pour l’espace de vie. La forme fait écho au brouillard côtier qui vient vers l’intérieur, refroidissant ainsi l’espace avec les brises de l’après-midi. L’espace commun du rez-de-chaussée connecte les deux espaces extérieurs contrastés.


En travaillant avec le plan d’étage existant, le coin cuisine a été transformé pour s’ouvrir et se connecter au jardin de la cour avant et former un coin repas extérieur. Un planteur / banc en béton a été placé pour mieux définir l’espace de jardin extérieur.

En face de la cuisine rénovée, l’espace repas intérieur s’ouvre de façon transparente sur le pont d’observation, créant un grand espace ouvert et étendant la structure du toit en treillis pour abriter l’espace ensoleillé . Un nouvel escalier relie le rez-de-chaussée à l’espace inférieur grâce au prolongement du tube de bois à travers une crevasse vers une salle de projection, une chambre et un bureau.

Terry & Terry Architecture
www.terryandterryarchitecture.comwww.terryandterryarchitecture.com

Images : Bruce Damonte.

Can Bordoy – Grand House & Garden, une vielle maison restaurée en hôtel au cœur du centre historique de Palma de Majorque

Can Bordoy – Grand House & Garden– est un petit hôtel de 24 chambres avec un magnifique jardin, piscine, spa et terrasse panoramique, situé dans le quartier de La Lonja, au cœur du centre historique de Palma de Majorque.Il s’agit d’une rénovation complète d’un bâtiment abandonné de 2500 m2 qui avait été fortement modifié au cours de ses plus de 500 ans d’histoire. Can Bordoy a été imaginé et développé par l’homme d’affaires Mikael Hall et sa famille. L’architecture et la décoration intérieure ont été réalisées par OHLAB, un bureau dirigé par les architectes Paloma Hernaiz et Jaime Oliver.
L’un des éléments les plus distinctifs de la propriété est son jardin, non seulement en raison de sa taille dans une zone aussi dense de la ville, connu pour être le plus grand jardin privé de La Lonja, mais aussi en raison de la richesse et de l’antiquité de la végétation existante. Elle comprend entre autres des micocouliers spectaculaires, des jacarandas et des agrumes, ajouté à cela le bruit des oiseaux l’habitent.

Le jardin, ainsi que la cour intérieure de la maison et la terrasse sur le toit avec vue panoramique sur la ville, totalisent près de 1 000 m2 d’espace extérieur. L’une des interventions les plus importantes du projet a été d’ouvrir les portes du jardin, jusqu’alors inconnu de la grande majorité, à la ville et de lui donner une visibilité depuis la cour d’entrée et la rue.

Grâce à la nouvelle utilisation du bâtiment, vous pouvez maintenant visiter la majeure partie du jardin à travers la terrasse ouverte du restaurant.


Le programme proposé vise à évoquer l’expérience de visiter une maison plus qu’un hôtel. Par conséquent, plutôt que d’être à la réception d’un hôtel, les clients se rencontrent dans le hall d’entrée de la maison, au lieu d’un restaurant, et dînent dans une salle à manger résidentielle plutôt qu’un restaurant. Les chambres et les salons sont comme ceux que vous trouveriez dans une vieille maison.


Pendant plus de trois ans, il y a eu un travail intense et minutieux sur un projet très respectueux de l’architecture préexistante, honnête avec son histoire mais aussi honnête avec les éléments contemporains qui ont dû être incorporés pour sa nouvelle utilisation.

Le projet préserve soigneusement l’atmosphère romantique et décadente du bâtiment et est délibérément contrasté avec des interventions et des éléments de différentes époques. Can Bordoy est une maison qui a subi de nombreuses rénovations tout au long de son histoire.

Ce n’est pas un édifice noble qui a fidèlement suivi les traditions historiques de son époque mais bien au contraire. Il s’agit d’une maison qui a traversé de nombreuses mains et a subi de nombreuses interventions, parfois agressives et brisant souvent les conventions culturelles et historiques de son temps d’une manière (sans doute) heureuse. Le projet réalisé par OHLAB est une intervention respectueuse de ce métissage architectural, qui a su conserver les traces du passé en évitant une fausse récupération d’un passé glorieux que la maison n’a jamais connu.


L’équipe OHLAB s’est inspirée des principes de la technique traditionnelle japonaise du Kintsugi – l’art de réparer la porcelaine antique cassée avec un matériau précieux, comme la poussière d’or, et d’obtenir ainsi une pièce réparée qui ne cache pas la fracture, mais la montre et le célèbre et dont le résultat est une pièce qui peut avoir encore plus de valeur que la céramique avant de se casser.

Les architectes ont recherché un projet qui ne prétend pas cacher l’éclectisme hétérodoxe du bâtiment existant, mais concilie et célèbre les différentes couches de l’histoire et met clairement en évidence les nouvelles interventions qui ont été nécessaires pour donner à la maison son nouvel usage.

La première étape a été d’analyser les différentes phases de construction du bâtiment, de sélectionner et de protéger les éléments les plus distincts pour leur protection. L’étape suivante consistait à restaurer, remplacer et compléter les pièces manquantes à partir de pièces originales des différentes époques. Une palette simple de matériaux respectueux de la construction existante a été utilisée, comme les mortiers de chaux, les enduits traditionnels en stuc, les pierres nobles, etc. Là où cela a été possible, des éléments anciens ont également été récupérés pour intégrer les installations et la structure de manière subtile. Pour cette phase, un délicat travail de restauration a été effectué, toujours dans le souci de respecter la patine du passage du temps.

Par la suite, les éléments nécessaires à la nouvelle utilisation de l’hôtel et à l’ouverture de la maison et du jardin à la ville ont été identifiés. À cette fin, une série de stratégies architecturales ont été conçues et développées dans tout le bâtiment comme un ensemble d’interventions contemporaines distinctives en dialogue avec le bâtiment existant. Au rez-de-chaussée un couloir verdoyant de végétation envahit les salles à manger reliant le jardin avec la cour et la rue …


A l’entrée, un mince miroir, déformé en ellipse par la structure d’un escalier impossible à reproduire aujourd’hui, renforce la structure de l’escalier et encadre le reflet du visiteur entrant dans le bâtiment comme le nouveau protagoniste éphémère de la maison …

Dans le hall d’entrée, un plafond miroir cache les nouvelles installations et double la hauteur du bar et du rideau de velours qui l’entoure …

Dans l’escalier principal, le puits de lumière est inondé d’eau devenant une petite piscine avec un fond transparent qui crée un jeu de lumière à travers l’eau, inondant l’escalier de reflets caustiques … La nouvelle section d’escalier qui était des reflets à travers la cage d’escalier tandis que l’intérieur de l’escalier se termine par un noyer chaud et robuste … A l’étage du escalier, un verre circulaire encastré dans la dalle se connecte au spa situé au sous-sol et permet à l’utilisateur du spa au sous-sol de voir le ciel à travers le plan d’eau sur le toit … Les nouvelles salles de bains dans les chambres sont masquées, créant une scénographie où la salle de bain se trouve être le nouvel ensemble; au lieu de cacher ce nouvel élément, son utilisation est célébrée …

De plus, les murs en miroir cachent parfois des éléments sanitaires tels que des toilettes et des douches, reflétant l’espace volé par ces éléments et, en même temps, soulignant la contemporanéité de ces nouveaux usages. .. Ce sont quelques-unes des stratégies qui rendent possible la nouvelle utilisation de la maison et le dialogue avec l’histoire du bâtiment, mais il est nécessaire de visiter le bâtiment pour les découvrir et les liens établis entre eux.
Le mobilier est une partie très importante du projet. L’éclectisme de l’architecture se reflète dans la sélection de meubles avec des pièces d’époques et d’origines très différentes. À Can Bordoy, nous pouvons trouver des pièces anciennes que OHLAB et le propriétaire Mikael Hall ont compilé pour ce projet pendant plus de deux ans.


Les antiquités européennes de Paris, Copenhague, Stockholm, Istanbul, sont combinées avec des pièces de différents magasins d’antiquités à Majorque, des pièces artisanales de l’île telles que les lampes Gordiola, des éléments trouvés dans la maison existante, ainsi que certaines pièces de la maison privée du nouveau propriétaire collection. Ces antiquités coexistent avec des meubles contemporains tels que GTV Thonet, Baxter, Moroso, Artemide, Norr, Santa & Cole et Flos, soigneusement sélectionnés et avec des meubles sur mesure conçus par OHLAB spécifiquement pour Can Bordoy.

Parmi les meubles sur mesure conçus par OHLAB, une collection de lits et de bars pour toutes les chambres se démarquent. Le lit, avec ses tables de chevet et têtes de lit finies en noyer et en velours et équipé de lampes en laiton vieilli et de boutons-poussoirs en laiton, forme un espace délicat et intime qui contraste avec la texture rugueuse et inachevée des murs et plafonds existants. Le bar, présent dans toutes les pièces dans différents modèles, est un autre élément délicat de confort qui intègre un minibar, un réfrigérateur, un espace de stockage pour les collations, un bureau extensible, un éclairage et un système audio Audio Pro intégré avec une conception personnalisée très facile à utiliser station de bouton en laiton vieilli.

Des tableaux antiques classiques du XVII au XIX siècle de la collection privée du propriétaire sont accrochés dans toute la maison combinés à une collection créée par l’artiste Pedro Oliver ad-hoc pour Can Bordoy. D’une part, il y a une série de grandes toiles, 250x125cm, préparées pour être suspendues sans cadre ni base, flottant à quelques centimètres des murs avec un aspect spontané d’une pièce temporaire ou inachevée.

Les toiles sont estampées de motifs classiques, rappelant l’histoire de la maison, couvertes par les traits simples et déterminés du peintre. Les transparences qui se chevauchent créent une riche complexité de nuances et de volumes. D’autre part, on retrouve une série colorée sur papier avec des gravures naturalistes anciennes de plantes évoquant le magnifique jardin. Enfin, un dossier d’œuvres graphiques avec des études sur l’œuvre de Can Bordoy complète la collection.

Sur les fondations du bâtiment, nous trouvons l’expérience Spa. Entouré de murs en pierre d’origine du XIIe siècle, de renforcements structuraux brutalistes en béton apparent et de finitions délicates en pierre naturelle, un voyage de sensations aquatiques commence à différentes températures après la culture balnéaire millénaire méditerranéenne.

Le Spa se compose d’une salle de bain comprenant différentes expériences aquatiques, de cabines de massage et, dans le jardin, d’une cabine extérieure.

 

OHLAB 

Architectes : Paloma Hernaiz et Jaime Oliver

ohlab.net

 

Can Bordoy Grand House & Garden

Carrer del Forn de la Glòria, 14, 07012 Palma, Illes Balears, Espagne

www.canbordoy.com

Images : José Hevia.

 

 

 

LG House, une résidence semi ouverte à São Paulo rythmée par des espaces de jour et de nuit

À São Paulo, au Brésil, se trouve LG House, une résidence à l’architecture unique construite par blocs, séparée en deux espaces jour et nuit. Le site représente une surface de 10 000 m² et est adjacent à une belle forêt indigène.

Légèrement en descente face au nord, il dispose d’une vue imprenable sur les paysage environnants.

Dans cette maison les architectes ont décidé de faire une distinction entre « l’espace jour » et « l’espace nuit ».

L’espace journée se situe dans un étage supérieur, pour fournir chaleur et sécurité dans cette période.

En revanche, l’espace nuit est resté dans un étage inférieur avec une connexion complète avec l’extérieur et le jardin. Les pièces sont larges et ouvertes avec de nombreux patios.

Le projet architectural a placé l’entrée au rez-de-chaussée dans un bloc parallèle à la rue, où se trouvent des zones implantées qui maintiennent l’architecture telles que le garage, les entrepôts et une résidence de service.

Séparé de ce bloc par un généreux patio de service, mais relié par une passerelle suspendue, un deuxième bloc a été implanté, dans lequel sont développés le programme de nuit et de jour de la maison elle-même.

À l’étage supérieur, mais au niveau de l’arrivée, se trouve l’unité familiale du programme, comme un appartement, avec salon, cuisine et chambres – le soi-disant « étage de nuit ».

Au niveau inférieur se trouve le « plancher de jour » avec un deuxième cuisine, chambre d’amis et vérandas avec espaces de loisirs. Un patio généreux avec double hauteur de plafond en structure de béton apparent, soutenu par des piliers métalliques légers et minces, rejoint ces deux étages. Un treillis en bois, face à la forêt protège ce patio du soleil levant.

Reinach Mendonça Architectes
Henrique Reinach et Maurício Mendonça
www.rmaa.com.br

Images :  Nelson Kon

Maison de vacances dans une pinède d’arbousiers au Cap Ferret

Cette maison de vacances, située dans une pinède d’arbousiers, de yuccas et de pins a été conçue pour se fondre dans le paysage en limitant son impact sur l’environnement végétal existant.


Comme des cabanes dans les arbres, les vues intérieures multiples et les échappées visuelles ancrent cette relation à la nature.

La maison est conçue pour accueillir une grande fratrie joyeuse et recomposée, afin que tous puissent se retrouver et que chacun trouve aussi des espaces d’intimité et de calme.

Avec ses façades revêtues de bois, la maison semble tapie dans la pinède.

L’ambiance intérieure minérale apporte clarté, luminosité et quiétude à l’ensemble.

Le grand escalier intérieur maçonné, aux amples lignes courbes, adoucit les verrières triangulaires qui cadrent les vues sur la nature.

Projet lauréat A+ Architizer Awards 2017

Atelier du Pont

www.atelierdupont.fr

89 rue Reuilly, 75012 Paris
110 rue de Sèze, 69006 Lyon

Images Takuji Shimmura – Philippe Garcia

MaisonP, une composition architecturale comme une référence à l’architecture bioclimatique provençale

Située dans le village du Puy-Sainte-Réparade, dans un espace intime à la végétation dense, la parcelle de la MaisonP, à flanc de colline, offre une vue panoramique sur les Alpes.

Sa volumétrie, simple, a été conçue en fonction de l’orientation du terrain et permet ainsi de limiter au maximum la modification de la pente naturelle et d’en préserver l’état sauvage.

Le projet est composé de deux parties distinctes : une maison principale et une annexe en pierre sèche. La maison, d’une surface de 296 m², est construite sur un seul et même niveau mais divisée en plusieurs entités.

Le rez-de-chaussée est composé de trois volumes distincts de même hauteur: le garage, la partie entrée/cuisine et la partie chambres/salon.

L’annexe, d’une superficie de 95 m², est située à une altimétrie légèrement supérieure à la maison et sur la partie nord-ouest du terrain.

Le projet est divisé en deux, le long d’un canal végétal, avec une mise en transparence de cette perspective tout au long de la maison.

La séquence d’entrée se fait autour d’un bassin. La MaisonP n’est pas un monolithe mais une composition architecturale, structurée autour d’espaces vides, comme une référence à l’architecture bioclimatique provençale.

 

 

PietriArchitectes

www.pietriarchitectes.com

Images :  Philippe Biolatto.

Le Pine, une maison familiale à Saint-Tropez à l’architecture traditionnelle de la Riviera méditerranéenne

Cette maison d’été familiale à Saint Tropez, conçue par SAOTA, est une interprétation contemporaine de l’architecture traditionnelle de la Riviera méditerranéenne. Libéré des contraintes historique, le projet est devenu une opportunité de faire progresser l’expression de la forme, de l’espace et du mode de vie associés au lieu.

Le site long et étroit est adossé à une clairière de pins au sud. «Lorsque nous sommes allés sur le site pour la première fois, nous avons trouvé très agréable de pouvoir admirer la forêt de pins et de découvrir ces volumes incroyables sous les auvents des pins», explique Stefan Antoni, directeur de SAOTA. « Cela est devenu un signal important lorsque nous avons développé la conception. »

«Notre premier objectif était d’essayer de maximiser la perception de l’espace», explique Phillippe Fouché, directeur de SAOTA, architecte principal du projet. «Nous l’avons fait en créant de généreux espaces extérieurs couverts, qui donnent l’impression que les intérieurs débordent vers l’extérieur et s’étendent à l’avant du site

La maison est disposée entre deux ailes latérales rectilignes qui embrassent une cour centrale.

Les chambres occupent toutes une aile, plus le niveau supérieur de la seconde, tandis que la cuisine et la salle à manger sont situées en bas.

La suite principale dispose d’un escalier dédié qui permet d’accéder à partir d’un salon privé à double volume.

Les principaux espaces de vie et de divertissement sont positionnés dans le vide central à volume élevé entre les ailes, coiffé d’un toit flottant plié de façon spectaculaire, ce qui confère un sentiment de grandeur aux intérieurs.

La forme pliée du toit, formée de planches de bois brut dans une référence subtile aux pins, fait non seulement écho aux terrasses en cascade du paysage, mais contraste également avec la géométrie rectiligne des ailes de chaque côté. Fouché ajoute que le pli du toit joue également un rôle structurel, permettant une portée de 12 mètres sans colonnes. Le positionnement de la maison vers l’arrière du site a créé l’opportunité pour les espaces de vie de se retirer avec le paysage en terrasses, étendant de manière transparente l’espace utilisable.

L’approche de SAOTA a exploré diverses stratégies pour maximiser la perception de l’espace, telles que les portes à cavité pour brouiller la distinction entre les espaces intérieurs et extérieurs et permettre aux brises fraîches d’été de circuler dans la maison.

La piscine centrale, qui descend en cascade sur une pente reliant un coin salon martini à la piscine principale avec les lignes épurées des ailes latérales, accentue les lignes de perspective, exagérant la longueur de la propriété, conduisant l’œil vers l’horizon et plus loin contribuant à l’illusion de l’espace.

Le long de son côté est, on retrouve l’architecture vernaculaire locale, qui présente généralement des murs épais et une distinction catégorique entre l’intérieur et l’extérieur. Lorsque le chemin d’entrée monte à partir de l’aire de stationnement hors rue en dessous de la maison à travers des plates-formes flottantes dans le jardin, la maison présente une façade solide exagérément lourde, avec seulement de petites ouvertures. Non seulement cela crée de l’intimité pour les chambres de cette aile, mais cela entraîne également les résidents et les invités dans un voyage de découverte vers le seuil. Fouché souligne cependant que ces murs lourds flottent au-dessus du sol dans une interprétation contemporaine de la typologie traditionnelle, faisant allusion au volume moderne et ouvert au-delà de l’entrée relativement discrète. Au-delà de la porte pivotante, l’espace de vie et de divertissement imprégné de lumière se révèle dans un moment de drame et de surprise.

L’intérieur a été conçu comme un espace de type galerie, qui impliquait non seulement de créer des espaces ouverts clairs, mais également d’inviter la lumière, en particulier d’en haut. «Partout où nous avons pu, nous avons essayé de faire entrer la lumière dans les volumes», explique Fouché. Des fenêtres à claire-voie soigneusement placées baignent l’intérieur de lumière naturelle et offrent une vue sur les pins des pentes au-dessus de la propriété, ce qui a également aidé à déterminer le plafond ondulé. D’autres fenêtres et ouvertures sans cadre capturent des vues sur les cours environnantes, intégrant davantage l’intérieur et l’extérieur.

Les finitions intérieures contrastent par exemple avec le béton brut sur le soffite, avec un revêtement en marbre foncé sur les murs arrière, des pierres plus claires vers l’avant de la maison et des sols en travertin. Les matériaux naturels soulignent l’architecture comme une extension du paysage, tandis que la pierre sombre vers l’arrière du salon accentue l’illusion de profondeur, renforçant encore le sentiment d’espace.

Sur le plan architectural, Le Pine explore le potentiel d’une nouvelle expression de l’esprit de Saint-Tropez, en s’appuyant sur les connaissances de SAOTA acquises au cours des décennies de conception de maisons le long de la côte atlantique du Cap, libérant ses espaces intérieurs et permettant un style de vie rafraîchissant intérieur-extérieur.

SAOTA 

Phillippe Fouché, Stefan Antoni et Amé Venter

www.saota.com

Images : Adam Letch

Une villa enfouie dans le sol avec toit terrasse surplombant la pinède et la mer

A partir de conditions plus que difficiles à Hyères, l’architecte Frederique Legon Pyra a fait sortir de terre une villa moderne de 250m2, avec patio.

Le terrain était difficile, orienté plein Nord, avec des règlements privés contraignants, dont une servitude de vue limitant la hauteur à 4,50m.

Tout le projet a été de tirer parti de ces contraintes fortes pour en faire des atouts. Et quels atouts !

Dans le prolongement du salon se situe la grande terrasse, avec vue imprenable sur la Pinède et la mer. Le toit des chambres est de ce fait devenu une belle surface de terrasse surplombant la mer.

La villa ne dépasse pas 4,50m de hauteur par rapport au terrain naturel afin de respecter le règlement de droit privé lié à ce terrain. Ainsi, la villa, sur deux niveaux, épouse le terrain naturel en s’enfouissant dans le sol.

Ce niveau enterré, qui reçoit la suite parentale, est éclairé par un patio agrémenté d’un mur d’eau et d’un jacuzzi. De l’autre côté du patio, un deuxième corps de bâtiments face à la mer reçoit les chambres d’amis conçues en studios indépendants qui ont chacun une terrasse privée donnant aussi sur la mer.

La villa constitue à elle-seule un trésor caché. En effet, elle se devine à peine depuis la mer, elle est tapie dans la pinède et la majorité de sa surface est enterrée. En haut le salon et les pièces à vivre. En bas à droite, la suite parentale qui donne sur le patio. L’ouverture du patio vers l’extérieur à gauche, permet à la lumière naturelle de pénétrer dans les espaces enterrés. Chaises longues, jacuzzi, mur d’eau, palmiers… ce patio invite à la détente et à la contemplation.

Frédérique Legon Pyra, architecte DPLG
Hyères, France
www.frederiquepyra.com

Images : Michel Eisenlohr.

Pavillon A, un oasis au coeur d’un jardin

Inspiré par la Glass House de Philip Johnson et la Ben Rose House du film Ferris Bueller’s Day Off, Pavillon A est un hommage à l’architecture moderne. Accueillant une piscine quatre saisons, ce pavillon de verre a été pensé comme une véritable oasis au cœur d’un jardin.

Durant les longs hivers québécois, l’espace permet de faire quelques brasses dans la piscine, de se détendre dans le spa, de lire sous une plante tropicale, ou de faire du yoga en contemplant la nature enneigée. L’été, le pavillon s’ouvre sur une longue terrasse en bois grâce aux grandes baies vitrées présentes sur une des façades.

© Adrien Williams
© Adrien Williams

Implantée en dehors du pavillon de verre, la structure métallique donne l’impression au toit de flotter. La structure extérieure noire contraste avec l’intérieur clair et lumineux. Les parois vitrées laissent entrer abondamment la lumière naturelle et les lanterneaux installés au plafond maximisent l’apport de lumière zénithale tout en protégeant du soleil l’été. Le vitrage sur 360 degrés fait disparaître la frontière entre intérieur et extérieur et participe au dépaysement.

L’aménagement intérieur et ses plantes à même le sol contribuent à créer une ambiance tropicale qui favorise la détente. La disposition des grandes bandes de végétation propose des zones d’intimité que l’on soit dans le spa, la piscine ou sur son tapis.

© Raphael Thibodeau

Au cœur des lignes orthogonales du pavillon se distingue la salle de bain. Récompensée d’un prix à la 13e édition des Grand Prix du Design, cette salle d’eau cylindrique marie avec élégance beauté et fonctionnalité. Bardée de tasseaux de cèdre rouge, cette colonne en relief se contemple tel un élément sculptural dans le pavillon. Le caractère chaleureux du bois contraste avec l’intérieur pur et lumineux de la mosaïque blanche.

Une attention particulière a été portée au mobilier et aux détails de finition qui épousent la forme arrondie ou cylindrique, contribuant à créer un espace singulier et harmonieux. L’ouverture circulaire dans le plafond d’où jaillit une douche de lumière naturelle renforce le caractère intime et dépaysant de cette audacieuse salle d’eau.

© Adrien Williams

Avec son architecture moderne, sa lumineuse transparence, sa touche tropicale et son bijou de salle de bain, Pavillon A magnifie l’expérience de détente et de relaxation que propose cet espace dédié au bien-être.

© Raphael Thibodeau

Maurice Martel, Architecte

La firme Maurice Martel architecte représente une manière créative de penser design, matérialité, structure et construction dans l’évolution de l’architecture contemporaine. Fondée en 2016, elle a pour vocation de stimuler l’architecture et le design intérieur à travers des ouvrages construits, des travaux de recherches critiques, des expositions et des écrits.

www.mauricemartel.com

Aménagement intérieur : Maurice Martel et Bipède

Aménagement paysager : Vertige Paysage, Nicolas Ménard

Crédits Photos : Adrien Williams et Raphael Thibodeau

Résidence privée sur les collines d’Hollywood

Perchée sur les collines d’Hollywood surplombant Los Angeles, l’agence d’architecture et de design MTD a construit une résidence privée de plus de 450 m2 conçue pour offrir la vue du paysage environnant à l’intérieur de la résidence. La maison est construite en béton, acier, bois et verre.

Les connexions, les détails et l’éclairage sont tous conçus pour être dissimulés grâce à l’utilisation de l’évidement et du soffite. La maison se compose de 3 volumes programmatiques principaux : la pièce à vivre, la chambres et la galerie.

Tout tourne autour de la de l’environnement extérieur, et de la circulation : les jardins intérieurs offrent une nouvelle opportunité d’amener le paysage dans la maison. On note une utilisation minimale des matériaux, et le choix d’énergies renouvelables : l’énergie solaire, la récupération de l’eau et le compostage. La maison fonctionne en parfait équilibre avec son environnement.

 

Archietcture par MTD | Marc Thorpe Design

Images : Truetopia

Jeux d’ombre et de lumière

La pergola est la solution idéale pour créer un espace extérieur, prolonger une terrasse ou un intérieur, mais aussi aménager une cuisine d’été.

Un espace cosy et intimiste au coeur de votre jardin grâce à une pergola sur mesure.

Veranda
La pergola e-VOLUTION bioclimatique de Biossun permet d’orienter chaque lame depuis son smartphone pour une protection sur mesure.

Avec l’arrivée des beaux jours, l’envie de profiter des rayons du soleil entre amis ou en famille se fait sentir. Les fonctions filtrantes ou occlusives des pergolas vous permettent de profiter de la terrasse, la journée comme le soir, et de s’adapter aux variations climatiques. Grâce à des stores résistants au vent ou à des lames rotatives, la pergola transforme votre terrasse en un espace de vie extérieur. A l’image du tout nouveau modèle « Algarve » de Renson, qui offre la possibilité de créer un havre de paix isolé de la maison. Le large choix de couleurs, matériaux et options disponibles, comme des panneaux coulissants en verre ou un éclairage led, fait de la pergola un objet design et architectural totalement personnalisable, unique. De son côté, Biossun, avec son système d’orientation lame à lame contrôlable à distance, est la clé pour vivre des moments agréables même en plein été, en jouant avec l’ombre et le soleil, et en maîtrisant ainsi la température. Ce système s’avère idéal pour protéger une piscine. Tel un moucharabieh, la pergola filtre l’air et s’adapte à vos envies.

Markilux propose avec
sa nouvelle « pergola
compact », un store
filigrane à deux pieds
dont le design carré
et l’éclairage habillent
de modernité et de
sophistication les plus
petites terrasses.

La pergola c’est l’alliée de l’été ! La pergola est une solution ingénieuse pour mettre en place un espace supplémentaire venant compléter, habiller et agrandir une terrasse existante. Le fabricant belge Markilux a bien compris cela et suggère sa pergola compact qui s’adapte aux plus petites entités. Cette dernière prend la forme d’un store élancé sur deux pieds qui est compatible avec toutes les façades et permet d’ombrager l’espace jusqu’à 18 mètres carrés. Comme pour Renson, la toile résiste au vent grâce à sa technologie et au maintien des deux pieds avant. Des stores verticaux peuvent également être ajoutés pour se protéger des brises d’été ou bien créer un espace fermé accompagné de radiateurs thermiques adaptés par temps frais.

La pergola, grâce à sa technologie intégrée, devient une pièce à part entière à l’extérieur comme à l’intérieur.

Le marché des pergolas ne cesse de s’accroître et de développer des solutions de plus en plus innovantes pour répondre à toutes les envies. En plus d’être un prolongement extérieur, les pergolas se révèlent être idéales pour gagner une pièce supplémentaire dans une maison. Technal, Reflex’Sol et Vie & Véranda répondent à cette problématique précise grâce à leurs technologies dernier cri.

Gérer ses besoins énergétiques

La pergola en aluminium Suneal de Technal peut se targuer d’un nouveau design de lames extraplates qui sied aux architectures contemporaines. Une fois fermée, cette dernière est complètement étanche. Accompagnée de baies vitrées, elle permet de profiter tout au long de l’année de cette pièce supplémentaire créée qui baigne la maison de lumière pour une ouverture totale sur l’extérieur. Avec les pergolas, la question des besoins énergétiques est essentielle. En été, elles aident à diminuer l’utilisation de la climatisation, et à conserver la chaleur l’hiver. Tout cela grâce à un système de lames rotatives ou à un store de qualité comme le store anti-chaleur Reflex’Sol. La maîtrise de la lumière et de la chaleur est totale chez Reflex’Sol, grâce à la personnalisation et l’interdépendance des modules, qui transformera presque votre terrasse estivale en jardin d’hiver !

Un élément architectural fort

Les pergolas ne sont plus seulement une simple protection solaire, mais deviennent des éléments architecturaux permettant notamment d’aménager une cuisine remplie de clarté, de lumière et de chaleur. C’est notamment ce que propose Vie & Véranda. Exit les pergolas ou vérandas standardisées, place à un espace design et arty. La notion de personnalisation, de plus en plus développée, rendra cet espace extérieur/intérieur unique. Votre pergola ne s’effacera plus mais deviendra la pièce forte de votre maison pour des moments complices en famille ou entre amis.

Texte : Anne-Sophie Coussens – Images : DR