Moinard & Bétaille :« Nous jouons sur la chaleur d’un bois, le soyeux d’un velours, la brillance d’un verre »

Complices et complémentaires, Claire Bétaille et Bruno Moinard imaginent projets résidentiels, hôtels et boutiques de luxe dans leur agence de l’avenue Montaigne, avec un sens aigu du raffinement, de l’élégance et du détail.

Propos recueillis par Anne-Marie Cattelain-Le Dû / Photos : © Jacques Pépion / Droits réservés

1. Votre « signature-archi » ?
L’unicité ! Notre travail est de concevoir des espaces au caractère unique, d’interpréter les envies et les besoins de nos clients afin d’imaginer un lieu singulier. Les voyages, les traditions locales, les influences et les mélanges nous inspirent. Cette alchimie, entre le développement d’une réflexion nourrie par nos expériences, notre histoire, est la base de notre travail de conception. Nous cherchons les détails à conserver ou à supprimer pour écrire la nouvelle page d’une histoire. Tout changer sans rien changer… Nous sommes convaincus que les plus grands projets sont ceux pour lesquels peu de matière et de matériaux sont utilisés. Un minimalisme accessoirisé, éloquent sans être bavard.

2. Des chantiers en cours ?
Nous développons plusieurs hôtels, deux à Macao, l’hôtel Capella et l’hôtel Baccarat, deux en Italie, le The Westin Excelsior de Florence et l’hôtel Cala di Volpe en Sardaigne, un à Budapest, le Klotild Palace St Regis, et au Caire, le Shepheard Hotel avec le groupe Mandarin Oriental. Sans oublier la métamorphose par touches de l’iconique Plaza Athénée à Paris. Nous réalisons des résidences privées dans le monde entier et nous achevons un vignoble en Bourgogne, le climat du Clos de Tart. Enfin, nous poursuivons notre belle histoire avec la Maison Cartier, à travers deux boutiques à Genève et Milan, et le chantier titanesque du mythique « 13 rue de la Paix », à Paris.

Depuis 2014, par petites touches, ils métamorphosent le Plaza Athénée, palace de l’avenue Montaigne. Dernière réalisation, la rénovation des chambres et suites du dernier étage dans un style Art déco.


3. Votre plus beau projet ?
Disons l’hôtel Cala di Volpe en Sardaigne, puisqu’après quatre ans de travaux nous abordons la phase finale. C’est une œuvre d’art imaginée par Jacques Couëlle pour l’Aga Khan dans les années 1960, a priori assez éloigné de notre vocabulaire esthétique. Nous avons été choisis pour rendre à ce lieu son lustre et sa fonction dans le monde d’aujourd’hui. Dans un autre registre, le vignoble de Château-Latour, à Pauillac, écrin épuré dont le minimalisme évoque le dépouillement, l’élégance, la lumière, la théâtralité et un sentiment de plénitude.

Chantier prestigieux et d’importance sur la côte Smeralda, en Sardaigne, revisiter le Cala di Volpe. Le cinq-étoiles voulu par l’Aga Khan était le refuge des jet-setters, des années 1960 aux années 1980.

4.Un rêve un peu fou ?
Refaire un Concorde !

5. La plus belle architecture ?
La terrasse d’un monastère japonais, pour contempler sereinement ses jardins.

6. Un objet fétiche ?
(Bruno) Mon sac de feutres et un vase coréen. (Claire) Mon carnet de croquis et son appareil photo.

Repères

1996
Création de l’agence

1997
Première collaboration pour Cartier

2007
Arrivée de Claire

2014
Le Plaza Athénée Paris

2021
Les 25 ans de l’agence, l’édition du livre anniversaire
Communic’Art, 50 €

Article paru dans le numéro 161 de Résidences Décoration.

Inscription à notre NewsletterInscrivez-vous pour être informé en avant première et recevoir les offres exclusives !

La rédaction vous recommande

Dites-nous ce que vous en pensez