Jeux de vagues en surplomb de la mer

Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp

D’une étrange construction en parpaings inachevée dans les années 90, Caroline Fau Deffis a imaginé une grande maison moderniste surplombant l’immense baie de Rosas sur la Costa Brava en Espagne.

Par Marie-Maud Levron / Photos Cécile Perrinet-Lhermitte

Les flots d’argent au loin, le ciel d’azur imperturbable… de la maison, on embrasse une vue à couper le souffle sur la baie de Rosas dans une tranquillité imperturbable. Pendant des années, Caroline et Jean-Marc, respectivement architecte d’intérieur et propriétaire d’élégants hôtels dans la région, ont mené une vie rythmée entre la France et l’Espagne. Décidés à fonder une famille, et à vivre plus posément, ils se sont mis en quête d’une grande maison proche de leur établissement de Cadaqués, sur la Costa Brava.

« Nous recherchions, sans idée précise, une propriété profitant d’une belle vue sur la mer, dans un quartier habité toute l’année car nous ne comptions pas venir ici uniquement pour les vacances », se souvient Caroline.

Postée en vigie face à l’horizon, cette maison s’intègre  parfaitement à la flore méditerranéenne qui l’entoure. La décoratrice d’intérieur l’a dessinée avec une modernité sans concession s’inspirant des maisons de Palm Beach des années 1960. Le jardin a été aménagé par Claire Fau Paysage.

Las de visiter des maisons sans caractère, le couple persévère et finit par s’intéresser à une imposante construction ronde sur les hauteurs de la station balnéaire de Rosas. Réduite à l’état de carcasse abandonnée depuis vingt ans, cette tour en parpaings sans fenêtre ni cloison, entourée d’un jardin en pente rempli de gravats ne pouvait inspirer que les plus audacieux.

« J’aime avant tout respecter les lieux et les bâtisses. Mon travail part souvent de cet environnement. J’étais totalement dépitée quand Jean-Marc a choisi d’acheter cette maison. Pour lui c’était un défi ! Pour moi, nous achetions la maison la plus laide de la Costa Brava, qui n’avait rien à raconter. Et puis je me suis prise au jeu et finalement, être affranchie de toute histoire incite à la création », raconte Caroline.

Toutes les chambres d’amis indépendantes profitent d’un petit balcon isolé. Chaise « Globus Chair » de Jesus Gasca Design éditée chez Stua ; coussin Le Monde Sauvage ; table en métal Pols Potten.

La bâtisse ne s’insère pas dans un périmètre contraint par une architecture traditionnelle, Caroline se plie à l’exercice en l’abordant comme une page blanche. Elle privilégie les volumes, les circulations et le choix des matières. Pour concevoir une habitation pratique aussi agréable à vivre à l’intérieur qu’a l’extérieur, destinée aux vacances d’été et d’hiver, elle imagine un dernier étage perché comme espace de vie principal, distribuant cuisine ouverte, salon et grande chambre parentale de plain-pied sur la terrasse protégée d’une rambarde.

« Je voulais un garde-corps qui reprenne l’architecture ronde de la maison, et très ajouré pour ne pas masquer la vue sur mer. C’est un serrurier local qui l’a réalisé en découpe numérique sur de l’acier puis thermolaqué. Je me suis inspirée d’un modèle que j’avais vu au Mexique », décrit Caroline.

L’escalier profite d’une belle hauteur sous plafond et accueille une grappe lumineuse qui évoque une constellation de petits soleils. Suspensions « Here Comes The Sun », créées en 1970 par Bertrand Balas, chez DCW éditions.

Après les inévitables vicissitudes d’un chantier d’envergure, une piscine sinueuse rappelant l’arrondi de la tour vient parfaire cette intention première de vivre aux premières loges en surplomb de la grande bleue. Dehors, Caroline imagine une pergola en palissandre et lattes de cèdre dessinées en vagues, qui suit les courbes de la piscine. Cette structure apporte des ombres très graphiques, dont les reflets évoluent suivant la position du soleil, à chaque heure de la journée.

Un agencement qui s’apparente à celui d’un grand appartement moderniste tout en courbes et en rondeurs, jouant majestueusement avec les perspectives. Avec pour ligne conductrice l’esprit des maisons lumineuses de Palm Springs des années 1960, Caroline opte pour une résine blanche sur les sols intérieurs et extérieurs, des baies vitrées coulissantes pour profiter largement de l’horizon, effaçant plus encore la frontière dedans-dehors.

L’implantation de la cuisine est adaptée au mur arrondi de la tour. Le fond des rangements épouse la paroi. Table sur mesure ; tabourets trouvés chez un antiquaire de Barcelone ; lustre Eichholtz ; au mur, triptyque de Jean-Michel Basquiat « Horn Players » The Skateroom.

Dans la pièce de vie, la plupart du mobilier est dessiné par ses soins pour s’adapter parfaitement à l’arrondi de la tour avec la théorie du Bauhaus – Less is more – comme leitmotiv… Un principe radical que Caroline s’est approprié et a illustré dans les lignes des aménagements. Les placards de rangement et parois de la pièce sont plaqués de teck ou laqués turquoise, les banquettes garnies de cuir blanc, les têtes de lit incurvées. « L’idée était de faire simple mais avec un côté ludique, une maison riante et non ostentatoire », insiste la décoratrice.

Avec sa salle à manger extérieure, sa piscine miroir et ses immenses baies vitrées, la maison vit  au rythme du soleil. Table réalisée sur mesure,  pieds recouvert de petits carreaux identiques à ceux de la piscine, plateau en Corian®, Chaises « Globus Chair » Stua.

Le mobilier sur mesure aux lignes pures est ainsi associé à des luminaires colorés, des vases aux formes amusantes d’éditeurs contemporains et des pièces vintage tout en rondeur des années 50 chinées entre Barcelone et Paris. Pour accentuer ce luxe évocateur de l’esprit Riva, chaque chambre profite elle aussi d’une vue sur la baie.

Les teintes bleu azur et turquoise font écho à la couleur de l’horizon. Lit et tête de lit réalisés sur mesure, tables de chevet « Babbel 03 », Kartell ; lampe de chevet « Dada Divina », Maison Dada ; plaid Maison de Vacances ; coussins rectangulaires Le Monde Sauvage. Photo achetée sur le site en ligne Shutterstock et imprimée sur plexiglas.

Trois autres réservées aux amis, indépendantes, sont organisées à l’étage inférieur auquel on accède par un escalier aux lignes épurées magnifiquement maçonnées. Dehors, la réalisation d’un jardin en harmonie avec le paysage alentour n’est pas en reste. Les plants d’essences méditerranéennes des jardinières et les espaces paysagers ont été travaillés par paliers par Claire Fau, fille de Jean-Marc. Les bruits et les mouvements de l’eau viennent compléter ce tableau vivant, véritable décor solaire, idéal pour refaire le monde loin de la foule des touristes.

Dans le salon, la pureté linéaire des meubles souligne l’esprit enveloppant de la pièce. Fauteuils « Lady » par Marco Zanuso pour Arflex chinés ; table basse Galerie Glustin aux Puces de Saint-Ouen ; vase profil d’homme Asiatides ; lampes en céramique de Manises des années 50 et applique de style moderniste chinées à Barcelone.
Plus familière des créations citadines et des conceptions d’hôtels, Caroline Fau Deffis a su s’inspirer de l’esprit Palm Beach des années 60 pour apporter de la gaité et réveiller ce bâtiment longtemps délaissé.

www.carolinefaudelfis.com

Reportage paru dans le numéro 159 de Résidences Décoration

Inscription à notre NewsletterInscrivez-vous pour être informé en avant première et recevoir les offres exclusives !
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur pinterest

La rédaction vous recommande

Dites-nous ce que vous en pensez