EDO s’installe pour trois mois sur le parvis du Palais de Tokyo, du 15 juillet au 15 octobre 2020. Le groupe ASSEMBLY (Silencio, Beau Regard, Wanderlust, Josephine, FVTVR) accueille le chef MORY SACKO, jeune candidat très apprécié du public de la saison 2020 de Top Chef, et une programmation de DJs dans une installation conçue par le collectif VISUAL SYSTEM, aux frontières de l’art et du design. 

Face à la Seine et à la Tour Eiffel, un décor futuriste pour profiter en musique des plus beaux couchers de soleil de Paris et découvrir la carte de street food et cocktails du jeune chef aux influences africaines et japonaises.

EDO, comme l’ancien Tokyo de 1603 à 1868, et sa culture du « monde flottant », celui des divertissements aux marges d’une société urbaine et prospère. EDO, aussi, comme le nouveau projet de street food multiculturel du Palais de Tokyo.

Nous avons voulu réunir les nouveaux talents de la gastronomie, du design et de la musique pour créer un lieu inédit sur le parvis du plus grand centre d’art européen. ” — Arnaud Frisch

Le chef Mory Sacko, jeune talent découvert dans Top Chef

Il fallait donc un chef capable de retranscrire ce melting-pot dans l’assiette. En attendant l’ouverture de son premier restaurant Mosuke en septembre, Mory Sacko, ancien second de Thierry Marx et candidat remarqué de Top Chef, propose une version fast food léchée de sa cuisine ouverte sur le monde. Cet été, le chef français de 27 ans rend hommage à ses origines familiales maliennes et à sa passion pour le Japon avec un menu qui incarne le renouveau métissé de la gastronomie hexagonale, à retrouver chez EDO.

À la carte cet été, de nombreuses réjouissances réparties en six thèmes et concoctées par le chef. Grillades, fritures, nouilles, sando, sugar et même quelques extras, façon marché tokyoïte. Parmi elles, des brochettes de bœuf « soya », une tempura de saumon Teriyaki ou une cold pèpè soup (une soupe de poisson pimentée typique d’Afrique de l’Ouest) aux nouilles soba. Le tout préparé avec des produits locaux et de saison. Moins régional, la carte fera également la part belle aux sakés (passage obligé !), mais aussi aux vins naturels, quand l’équipe du Silencio elle, shakera les cocktails.

EDO, le restaurant que l’on déguste (aussi) avec les yeux

Edo, un décor en deux tempos : bar d’un côté, restaurant-installation de l’autre. Par l’intermédiaire de la lumière et du son, ses visiteurs et mangeurs s’immergent au cœur d’un univers abstrait, géométrique et lumineux, qui rappellerait presque des paysages urbains futuristes ou sci-fiction. L’espace se compose d’une étendue peuplée de tables, de végétation, de mâts et de branches lumineuses entremêlés. Pour une structure qui fusionne, rayonne et interagit avec le Palais de Tokyo. Un parti-pris qui matchera avec des arts de la table en bois plus traditionnels. Tout en contrastes, ce mix d’authenticité et de modernité assumée semble naviguer entre les rues bondées de Tokyo et celles de Dakar ou de Bamako.

EDO est une installation monumentale dans laquelle on pourrait presque se perdre. Le public est invité à parcourir ce dédale d’ombres et de lumières pour se nicher dans les alcôves qui structurent l’architecture de l’œuvre. Ce Night Market contemporain vit au gré des vagues de lumières, qui nous emportent dans une expérience sensorielle onirique et colorée.

J’ai puisé dans l’énergie de la street food africaine et japonaise à travers des grillades, des laquages, des fritures et des épices. Ces éléments font directement appel à nos instincts, et c’est ce que je souhaite transmettre à travers ma cuisine. Mon passage chez EDO illustre ce bouillon de culture(s) qui m’anime. ” — Mory Sacko

EDO

Du 15 juillet au 22 août, du mardi au samedi entre 18h et 2h

Puis du 25 août au 15 octobre 7  jours sur 7, de 12h à 2h

Plats de 6 à 14€, boissons à partir de 5€

www.edo-palaisdetokyo.com

Images : Chris Saunders





Plus d'articles