Dans une vaste zone forestière de Valle de Bravo, au Mexique, cinq maisons de week-end sont dispersées le long du sol, s’adaptant à la topographie du site, entouré de pins qui font écho au bruit du vent.

Le site, également divisé en cinq parties, concentre les accès et les espaces communs au nord, tandis qu’au sud, on trouve les maisons et les jardins. En inclinant les maisons et en les dispersant en volumes, le sentiment d’un ensemble de maisons est perdu; il devient un amas de masses et de végétation immergé dans le lieu, rapprochant l’architecture de l’échelle humaine.

Les maisons sont profondément enracinées dans le paysage et construites à partir de matériaux locaux tels que la brique, le bois et le sol. Le sol, prélevé et réutilisé des fouilles pour enfouir les fondations, est le matériau principal. Par conséquent, l’architecture émerge du lieu.

Chaque maison, de typologie identique aux autres, est fermée et solide vers le sentier nord, ouvrant les vues sur la forêt au sud. Les maisons se composent de six volumes positionnés de telle manière qu’ils génèrent un vide, une cour centrale qui accorde vue, silence et intimité. Cette cour devient l’espace central de la maison.
Ce schéma de composition de volumes indépendants crée une séquence d’espaces qui ne suit pas un chemin linéaire simple, au lieu de cela, l’habitant peut flâner et s’attarder, ressentant des atmosphères différentes dans chaque espace.

Ces volumes sont creusés par la lumière qui brise les espaces intérieurs, créant différents chemins qui culminent avec les jardins qui se confondent avec la forêt environnante. Se déplacer entre la combinaison de la lumière et de l’ombre, des espaces ouverts et fermés, révèle de nouvelles expériences à l’habitant. C’est à travers cette liberté de mouvement que les souvenirs et le sens du lieu sont évoqués tout en faisant l’expérience de nouvelles atmosphères à travers le changement du son et de la lumière.

Cette composition permet à chaque volume de fonctionner presque indépendamment, en évitant les hiérarchies et en intégrant le programme architectural. À l’étage inférieur: le salon, la salle à manger, la cuisine et l’une des chambres étendent leurs limites aux extérieurs joignant les terrasses, les cours et le jardin, perdant les frontières entre l’intérieur et l’extérieur.

À l’étage supérieur, trois chambres sont placées, créant des espaces intimes qui encadrent la vue sur les magnifiques pins.

Taller Héctor Barroso

tallerhectorbarroso.com

Images : Rory Gardiner.





Plus d'articles