Villa Blanche, Pitsou Kedem

En phase totale avec son époque, Pitsou Kedem crée via cette maison spectaculaire, des passerelles entre architecture, design et nature.

Par Claire Bossu-Rousseau – Photos Amit Geron/Arcaid

C’est à Ramat Ha-Sharon, une ville si tuée au nord de Tel Aviv, que se dresse cette étonnante maison contemporaine, qui ressemble à s’y méprendre à un bloc rocheux poli sur toutes ses faces. La combinaison de volumes imbriqués les uns dans les autres lui donne des airs de sculpture futuriste aux formes pures et parfaitement équilibrées.

Pitsou Kedem propose, avec cette immense boîte très structurée, un nouveau concept d’habitat. Depuis l’extérieur, la nature semble se confondre avec elle. De l’intérieur, la frontière indoor/outdoor est brouillée grâce aux immenses baies vitrées. La décoration orchestrée par Nurit Ben Yosef et Pitsou Kedem lui-même amplifie le plaisir de contemplation.

L’idée était de rendre l’intérieur extrêmement pur « pour se sentir en paix avec le monde, avec la nature pour seule ligne de mire ».

La maison est pensée comme une entité cohérente aux volumes peu encombrés. En feng shui, elle serait qualifiée de demeure ouverte. L’absence de limitations étanches renvoie à ses occupants des qua lités d’ouverture, d’écoute et d’accueil. Au rez-de-chaussée les différents espaces de vie sont ouverts les uns sur les autres sans cloison ni séparation formelle, le revêtement du sol renforçant visuellement l’unité de traitement. Le salon, diaphane, est organisé comme une seule et unique pièce à vivre qui accueille salon, salle à manger et cuisine en arrière-plan. A l’étage, les chambres à cou cher disposent chacune de leur propre salle de bains.

Toutes les pièces sont inondées de lumière naturelle, grâce aux surfaces vitrées aux dimensions inhabituelles. Quant à la fonctionnalité, elle n’a pas été oubliée, les matériaux naturels cohabitant avec une domotique dernière génération. Derrière une apparence quasi-monacale, cette oeuvre architecturale n’est que confort, luxe et volupté.

« J’ai voulu créer une maison qui favorise l’imaginaire, qui soit toujours associée à l’idée de lumière, d’espace et de liberté, sans jamais d’ombre au tableau. La maison est une grande boîte blanche qui vit, se développe, s’améliore sans cesse et qui est faite pour vraiment embrasser la vie », conclut Pitsou Kedem.

 

Avec ce concept de « maison-loft » où règne le « vivre ensemble » dans des espaces décloisonnés, Pitsou Kedem retranscrit les aspirations de l’époque.

Bibliothèque « Flat C » d’Antonio Citterio chez B&B Italia, table « Xilos » d’Antonio Citterio (Maxalto), chaises « Maja D » de Piero Lissoni par Living Divani et cuisine « Case system 5.0 » de Piero Lissoni (Boffi).

Une envolée de marches aériennes mène aux autres chambres.

Tout est parfaitement blanc, stylisé. L’ameublement est lisse et minimaliste, juste rehaussé par la suspension « Raimond D89 » imaginée par Moooi en collaboration avec OX-ID qui crée un jeu de lumière féerique à la manière d’un ciel étoilé.

Les immenses baies vitrées (six mètres de haut) donnent sur le jardin, l’intégrant à la maison comme une extension naturelle des territoires de chacun. Bordée par une ligne de galets, la piscine devient un élément à part entière du décor. Canapé « NeoWall » de Piero Lissoni, table basse de Victor Vasilev et tapis Living Divani.

L’architecte israélien a créé une habitation aux volumes aériens. L’immense piscine à débordement offre un couloir de nage de 20 mètres de long. Entourée de chaises « Panton » (Vitra) et « Crinoline » de Patricia Urquiola pour B&B Italia, une table posée dans le jardin permet d’accueillir jusqu’à 12 convives.