Pour la 12e édition de l’Expérience Pommery, la prestigieuse maison champenoise dévoile un florilège d’œuvres originales déclinées en bleu. Une exposition d’art contemporain pétillante qui rend hommage au champagne Brut Nature lancé il y a 140 ans.

Par Serge Gleizes

C’est à trente mètres sous terre que tout se passe, entre caves, galerie et crayères gallo-romaines. Cette passion pour l’art, Pommery l’a depuis le début de son histoire, et aujourd’hui, Paul-François Vranken, PDG de la maison, et sa femme Nathalie, la poursuivent avec ces expositions dévoilant des œuvres figuratives, abstraites, poétiques et contemporaines scénographiées cette année par Lef Kazouka. Et les artistes de cette nouvelle session restent fidèles à la ligne artistique générale, interpeller, faire rêver, émouvoir.

121-variations-indigo-02

Il y a de l’humour avec « Monster’s Room » de Babak Aleebrahim Dehkordi et Peyman Barabadi, artistes iraniens auteurs de petites silhouettes dansantes ; de la poésie avec « Fils de cristal » de Léa Barbazanges, une forêt fragile composée de 140 fils de cristal posés sur le sol, mais également avec « There’No Place Called Home » de James Webb, une installation située dans le cellier Carnot diffusant le chant d’un passereau indigo ; de l’illusion optique avec « Infinite Light » de Laurent Gras­so mais également avec l’œuvre pointilliste « Réactivé » de Loïc Raguénès ou avec « Disques évidés dans le bleu » de Felice Varini, célèbre pour ses peintures graphiques immergées dans l’espace ; du ver­tige avec « Présage Tranche » de Hicham Berrada qui rend hommage au monde sous-marin grâce à des paysages fossiles plongés dans des aquariums.

121-variations-indigo-01

C’est également une immersion dans les abysses que la photographe plasticienne et vidéaste Mathilde de l’Ecotais nous propose, constellant ainsi le bar de grains de raisins déclinés dans le bleu de Prusse du cyanotype, une technique photographique artisanale créée au milieu du XIXe siècle, du cyanure posé au pinceau sur du papier.