D’un parc néoclassique sur le lac de Côme au grandiose baroque sur le Lac Majeur en passant par le Versailles napolitain, promenons nous au printemps dans les jardins transalpins, fidèles reflets de l’histoire du paysagisme.

Reportage et photos Alain Le Toquin – Texte Virginie Seguin

Etonnant chêne vert taillé en topiaire à la Villa del Balbianello dont les sublimes jardins qui dominent le lac de Côme ont été le théâtre de plusieurs tournages de films mythiques.

Les lacs du nord de l’Italie virent fleurir des jardins où le plaisir de découvrir une vue magnifique le disputait à la mélancolie d’une telle beauté immuable.

Isola Bella est la plus célèbre des îles-jardins du lac Majeur. Pour transformer ce hameau de pêcheurs en féerie baroque, célébrée par Stendhal et Flaubert, il aura fallu un demisiècle de travaux. Les cultures vivrières ont laissé place à une succession de dix terrasses où jeux d’eau et parterres sont animés par les paons albinos et dominés par une foule de statues du XVIIe siècle. En totale osmose, palais et jardins ont été conçus pour représenter la puissance de la famille Borromée, toujours propriétaire de ce que l’on considère comme l’un des jardins baroques à l’italienne les mieux conservés.

Sur l’île d’Ischia, d’origine volcanique près de Naples, le jardin privé de la Mortella regorge de plantes rares du monde entier où les cours d’eaux sont propices aux espèces aquatiques (papyrus, lotus…).