L’actualité de l’hiver prochain s’annonce chargée pour Roche Bobois… En effet, après avoir ouvert en juin dernier sa première galerie à Monaco, un espace d’exposition mettant en scène ses pièces iconiques mais également des artistes invités – photographes, peintres, sculpteurs -, l’éditeur français s’apprête à dévoiler une collaboration exclusive avec le styliste Kenzo Takada.

L’occasion de revisiter l’une de ses pièces cultes, le canapé « Mah Jong » d’Hans Hopfer qui, après s’être paré de textiles dessinés par les maisons Jean Paul Gaultier et Missoni Home, se déclinera désormais dans une version japonisante intitulée « Nogaku ». Une collection de tissus inspirée par des kimonos du théâtre Nô, qui sera proposée selon trois harmonies chromatiques évoquant les temps forts de la journée : Asa ou matin, Hiru pour le midi et Yoru, le soir. « J’ai eu un véritable coup de coeur pour ces motifs que j’ai découverts en feuilletant un livre ancien, qui sont à la fois très graphiques et rigoureux », souligne le styliste japonais. A découvrir également, une série de coussins, des vases en céramique ornés d’émaux, de feuilles d’or vieillies ou de cuivre rouge lustré, et deux dessertes en faïence émaillée au pochoir et au pinceau.

Des pièces fortes qui sont venues s’ajouter de manière inattendue à cette collaboration dans l’air du temps. « Vers la fin du projet, Roche Bobois nous a proposé de compléter la collection avec ces objets que nous avons développés ensemble, se souvient Kenzo Takada. Cela a été une expérience extraordinaire grâce à laquelle j’ai compris que j’avais encore envie de travailler, mais en collaborant avec des entreprises qui ont un véritable savoir-faire et qui possèdent cette expertise leur permettant de faire preuve de souplesse lorsque c’est nécessaire », s’enthousiasme-t-il.

Le début d’un nouvel acte ? A suivre…

www.roche-bobois.com

Texte : C.D.A – Photos : D.R