Doté d’une vue panoramique sur le golfe de Naples, cet intérieur élitiste, rénové à quatre mains par les architectes du studio Sifola- Sposato, a su préserver son patrimoine sans sombrer dans la nostalgie. Un écrin prestigieux pour une galerie d’art à vivre qui prête sa voix à des icônes majeures de l’art et du design contemporains.

Si certains chantiers marquent un aboutissement dans la carrière d’un architecte, on peut imaginer sans peine la fébrilité d’Alberto Sifola et Vincenzo Sposato, lorsque le projet de rénovation de cet espace hors normes de 500 m2 leur a été confié… Napolitain de pur souche, le duo ne pouvait en effet espérer plus beau terrain de jeu que cette résidence historique construite au sein du Parco Grifeo, un complexe résidentiel en terrasses, aménagé à partir de la fin du XIXe siècle sur la colline Vomero. Un ensemble éclectique et pittoresque, doté d’une vue privilégiée sur le golfe de Naples et d’une luminosité exceptionnelle, devenu le refuge doré d’une certaine élite, à l’instar de l’ancienne propriétaire des lieux, Matilda Serao, écrivain et cofondatrice du quotidien Il Mattino. Les nouveaux occupants de cet espace chargé d’histoire, un jeune couple d’Italiens, collectionneurs d’art vivant entre Londres et Naples, ne font pas exception à la règle…

Sublimer l’existant en respectant la structure originelle Il fallait bien au moins deux paires d’épaules et une solide culture de l’architecture napolitaine pour endosser la responsabilité de cette rénovation d’envergure. Et ce sont les fondateurs du studio Sifola-Sposato, Alberto Sifola et Vincenzo Sposato, qui se sont prêtés au jeu avec pour mots d’ordre, exaltation de la structure des lieux et mise en scène de la luminosité naturelle. Emblématique de cet état d’esprit, la réhabilitation de la cage d’escalier où les architectes ne sont pas contentés de récupérer et de rénover, voire de remplacer à l’identique, les éléments pré-existants. Au contraire, ces derniers se sont amusés à composer un anachronisme architectural entre les deux portes d’entrée, l’une lourdement ornementée, l’autre dotée d’un cadre de plâtre minimaliste et élégant. Une vision artistique et intellectuelle de l’architecture en guise de parfait préambule à un intérieur dont la décoration élitiste mixe icônes du design et signatures majeures de l’art contemporain. Véritable galerie d’art à vivre, cette résidence d’exception expose en effet sur trois niveaux une collection impressionnante… Ainsi, depuis le hall d’entrée spectaculaire, avec son sol aux motifs géométriques noirs et blancs, on peut contempler des oeuvres de Roy Lichtenstein, Mr Brainwash ou encore Andy Warhol. La sélection de mobilier semble, quant à elle, souligner le train de vie cosmopolite du couple propriétaire des lieux, avec une majorité d’éditeurs italiens tels que Edra, Driade, Cassina, Emmemobili ou Promemoria mais également des acteurs incontournables du design international à l’instar de Knoll ou de Santa & Cole. Face à cette abondance de chefs d’oeuvre, les revêtements muraux calment le jeu et déclinent une palette volontairement neutre.

Texte : Céline de Almeida – Photos : Gianni Franchellucci