Une maison simplement chic. Dans les monts du lyonnais, l’architecte d’intérieur Claude Cartier apprivoise les codes d’une famille débordante de vie. Conjuguant matières nobles et détails clés dans une atmosphère sereine. Grands papiers.

Par Nadine Fageol – Photos Erick Saillet

Un couple avec deux enfants, c’est une famille typique d’aujourd’hui, un tourbillon d’énergie avec des parents travaillant et voyageant énormément », explique Claude Cartier qui poursuit, avec l’architecte d’intérieur Fabien Louvier, une aventure démarrée avec l’agencement d’un appartement en ville. L’étape deux, prend la forme d’une jolie parcelle boisée, la dernière disponible dans un village de l’Ouest lyonnais.

Entre les arbres, l’architecte Jean Laurens Berge dresse une maison urbaine, blanche aussi douce que facile à vivre, où chaque membre de la famille dispose d’un espace riche d’une vue privilégiée et d’une terrasse personnelle. Curieux de tout, amoureux des belles cho ses, le maître de maison adepte de précisions, n’hésitera pas à en modifier le dessin à plusieurs reprises pour arriver à ses fins. Sélectionnant peintres et autres spécialistes du traitement des sols avec la décoratrice, il va s’impliquer tout autant, rivé dans l’idée d’élaborer un cadre de vie sobrement contemporain qui exclut un design froid voire trop élitiste pour une famille constamment en mouvement.

Mission à l’architecte d’intérieur d’intégrer dans le projet deux pièces de leur vie d’avant. Aucun problème pour le fauteuil de Ron Arad pour Moroso dont les courbes joufflues prennent place à l’envi tandis que l’enfilade rouge glisse naturellement dans une niche de l’entrée ceinte de noir entre deux miroirs. La grande qualité de Claude Cartier étant de procéder avec une évidence quasi déconcertante dans l’art d’instaurer l’air de rien une atmosphère chiquissime.

Les grands espaces sont parachevés par un volume en cathédrale dans la pièce à vivre marquée d’une baie vitrée de dix mètres de hauteur qui irradie la maison de lumière. Imaginant d’emblée les problèmes liés à cet immense espace, Claude Cartier habille la paroi de verre d’une vertigineuse chute de voilage blanc comme un filtre apaisant l’impact du soleil. Du créatif dans le chaleureux…

 Cette famille a eu un véritable coup de foudre pour les collections Moroso, comme si l’ADN de la marque correspondait à leur joie de vivre !

D’un naturel réservé, la décoratrice s’est même prise au jeu de ces joyeuses réunions de travail la confortant dans ses choix de « travailler les lignes tendues en contournant le sujet ». En développant une habile trame de matières n’excluant surtout pas le relief, grâce au choix d’un mobilier tour à tour rigoureux quand il s’agit du canapé de Patricia Urquiola ou aux accents poétiques à l’instar du fauteuil « Fjord » en virgule ou des tables « Phénix » aux piètements vintage et tournures de galets. Dans un fondu enchainé de blanc à graphite, la couleur marque le détail d’un motif ou d’une matière décalée.

Motifs répétitifs, dans les chambres aux accents pop ou arty mâtinés d’Italie chic, la famille plonge non sans une grande liberté dans le catalogue Cole & Son où l’on découvre la renaissance du papier peint qui traité de moderne manière, imprime une signature personnalisée aux pièces les plus sobres.

 





Articles similaires